ActualitésA la veille de la COP23, le SGde l’ONU appelle à des « engagements renouvelés » pour le climat

Actualités

(FILES) This file photo taken on May 10, 2017 shows UN Secretary General, António Guterres attending the London Somalia Conference at Lancaster House in London.
UN Secretary-General Antonio Guterres on May 15, 2017 condemned North Korea over its launch of a ballistic missile and called on Pyongyang to return to denuclearization. "This action is in violation of Security Council resolutions and a threat to peace and security in the region," said Guterres in a statement by his spokesman.

 / AFP PHOTO / JACK HILL
03 Nov

A la veille de la COP23, le SGde l’ONU appelle à des « engagements renouvelés » pour le climat

New York (Nations-Unies) – A la veille de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP23) de Bonn (6-17 novembre), le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, appelle à « plus d’action » pour le climat et à des « engagements renouvelés » de la part des Etats pour contrer les conséquences du phénomène du réchauffement climatique.

« Le message du Secrétaire général est que nous devons faire plus, en ce sens que les engagements pris à Paris (en 2015) ne sont pas suffisants et que nous avons besoin de voir des engagements renouvelés de la part des gouvernements », a déclaré vendredi son porte-parole, Stéphane Dujarric.

« Nous avons besoin aussi d’un soutien et d’une participation débridés de la part du secteur privé et de la société civile », a-t-il ajouté lors de son point de presse quotidien, en réponse à une question de la MAP sur les attentes de l’ONU de cette conférence mondiale qui intervient un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris sur le climat.

Selon lui, les derniers rapports publiés la semaine dernière par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM) montrent clairement que « nous devons faire davantage pour stopper la hausse continue des températures » dans le monde.

Le rapport du PNUE sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions montre, en effet, que les engagements pris par les pays au niveau national ne représentent qu’un tiers des réductions d’émissions nécessaires à l’horizon 2030 pour respecter les objectifs relatifs à la lutte contre les changements climatiques.

L’OMM a fait état, pour sa part, de niveaux de concentration de CO2 dans l’atmosphère sans précédents. Ces concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone (CO2), responsable du réchauffement climatique, ont augmenté à un rythme record en 2016, atteignant le niveau le plus élevé depuis 800.000 ans.

L’Accord de Paris, qui a été adopté par les 196 Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en décembre 2015 à Paris, appelle les pays à lutter contre le changement climatique en visant à limiter la hausse de la température mondiale en-dessous de 2 degrés Celsius et à s’efforcer de ne pas dépasser 1,5 degré Celsius.

En novembre 2016, la Conférence de Marrakech sur le climat s’était conclue par la « Proclamation de Marrakech pour l’action en faveur du climat et du développement durable », dans laquelle les Etats parties à la CCNUCC affirmaient leur « engagement » à « la mise en œuvre complète » de l’Accord de Paris. Aujourd’hui, 169 Parties ont ratifié cet accord.

A la Conférence de Bonn, les pays chercheront à avancer dans l’élaboration du règlement d’opérationnalisation de l’Accord de Paris, selon l’ONU.

Voir Aussi