ActualitésAlgérie : les centres d’enfouissement techniques, la nouvelle source de pollution à Jijel

Actualités

05 Août

Algérie : les centres d’enfouissement techniques, la nouvelle source de pollution à Jijel

Alger- Censés résoudre le problème des ordures qui écument les villes et les bords des routes algériens, les centres d’enfouissement techniques sont devenus la nouvelle source de pollution à Jijel (nord), déplore le journal « Liberté ».

La pollution aux déchets ménagers non ramassés ou entassés dans des décharges sauvages qui prolifèrent çà et là s’est encore aggravée par l’écoulement d’un liquide hautement polluant des centres d’enfouissement technique (CET), précise la même source.

Le Lixiviat revient de plus en plus dans les rapports des différentes commissions de l’APW, dénonçant son effet sur l’environnement, a-t-elle ajouté.

Consacré à l’agriculture, un rapport présenté à cette instance a fait part du déversement de ce liquide extrêmement polluant dans des terres agricoles dans la localité de Demina, où est implanté un centre d’enfouissement technique.

Relevant de la commune de Taher, cette infrastructure a fini par être fermée par des citoyens, qui se sont soulevés contre ses effets polluants, fait-elle savoir.

Dans ce rapport, l’APW précise que c’est le lexiviat qui est à l’origine de la pollution des terres agricoles de cette localité, dont les les agriculteurs subissent de plein fouet les effets non contrôlés de ce liquide résiduel s’écoulant du CET.

Le même phénomène a été observé au CET de la localité de Zerzour, à El Milia, lorsque ce liquide s’est infiltré pour aller polluer l’oued Bazir, a relevé le journal.

Les citoyens s’adonnant à des activités agricoles dans cette région ont cessé d’irriguer leurs espaces agricoles ou d’abreuver leur bétail à partir de ce cours d’eau. L’alerte donnée a poussé les services concernés à se déplacer sur les lieux pour s’enquérir de la situation. Une situation préoccupante à telle enseigne qu’elle a poussé à prendre des mesures pour endiguer l’écoulement de ce liquide dans cet oued. Il a surtout été décidé que ce liquide soit recueilli et transporté à la station de traitement du CET de Beni Ahmed, à Jijel, rapporte le quotidien.

Or, cette station est en panne, ce qui risque de compromettre les mesures prises, note-t-il.

Voir Aussi