ActualitésAppel d’économistes de 20 pays pour « la fin immédiate » de tout investissement dans les énergies…

Actualités

POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE CELINE AGNIEL : "LE TOURISME INDUSTRIEL : UNE ACTIVITE D'ETE ALTERNATIVE QUAND LE SOLEIL BOUDE". Un touriste photographie des éoliennes lors d'une visite organisée par EDF-Energies Nouvelles dans le parc éolien de Bouin, le 06 Aout 2009. Quand le temps n'est pas au beau fixe et que les estivants se lassent d'écumer musées et châteaux autour de leur lieu de villégiature, il reste encore pour les plus curieux le tourisme industriel et artisanal.  AFP PHOTO FRANK PERRY / AFP PHOTO / FRANK PERRY
07 Déc

Appel d’économistes de 20 pays pour « la fin immédiate » de tout investissement dans les énergies fossiles

 

Paris – Près de 80 économistes de 20 pays ont appelé, jeudi, à « la fin immédiate » de tout investissement dans les énergies fossiles tout en préconisant « une hausse significative » du financement des énergies renouvelables ».

« Nous appelons à la fin immédiate de tout investissement dans de nouveaux projets de production et d’infrastructure de combustibles fossiles, et encourageons une hausse significative du financement des énergies renouvelables », ont-ils affirmé dans une Déclaration lancée par l’ONG 350.org et publiée jeudi avant le Sommet sur le climat prévu mardi prochain à Paris.

Cette déclaration, signée par des économistes en provenance notamment de France, des Etats-Unis, du Royaume Uni, de Suède, du Japon et de Grèce, rappelle l’engagement du président français Emmanuel Macron et d’autres dirigeants en faveur d’un soutien financier accru aux solutions climatiques.

Les signataires de la déclaration observent cependant que ceux-ci « n’ont rien dit sur l’autre partie de l’équation: les financements qui continuent à être accordés à de nouveaux projets de production et d’infrastructures charbonnières, gazières et pétrolières ».

« Il est temps que l’ensemble des acteurs économiques mondiaux se tournent pleinement vers des énergies renouvelables sûres », insistent-ils soulignant que « les institutions de développement comme les investisseurs publics et privés ont la responsabilité urgente et l’obligation morale de montrer la voie ».

Les signataires de l’appel, qui évoquent une « transition inévitable » et les opportunités qui y sont liées, mettent l’accent sur le fait que « la communauté des investisseurs a le pouvoir de créer les conditions pour rendre ce changement possible », appelant à « construire une économie saine tout en protégeant les salariés du secteur de l’énergie, les communautés et en tenant compte des limites écologiques d’une planète finie ».

La combustion des énergies fossiles à l’origine des émissions de gaz à effet de serre est responsable pour les trois quarts au dérèglement du climat sans précédent.

Selon des études scientifiques, il est nécessaire de réduire l’exploitation des réserves en cours si le monde veut réaliser l’objectif de rester sous le seuil critique de 2°C de réchauffement climatique.

La France organise, mardi, à Paris un Sommet qui sera consacré essentiellement au financement des politiques climatiques, auquel participeront dirigeants politiques et institutions financières.

 

Voir Aussi