ActualitésAprès la pluie et la neige à Khénifra, une petite lueur d’espoir pour les agriculteurs

Actualités

betterave_agriculture-M-504x298-eco
26 Mar

Après la pluie et la neige à Khénifra, une petite lueur d’espoir pour les agriculteurs

Khénifra – Les récentes pluies importantes qui se sont abattues sur la province de Khénifra ont redonné espoir aux agriculteurs pour sauver une saison agricole relativement moyenne, après le grand retard des précipitations et le déficit pluviométrique enregistré au début de la saison agricole actuelle.

Selon la direction provinciale de l’agriculture de Khénifra, les dernières pluies enregistrées, qui ont atteint une moyenne de 64,2 mm, auront un impact très positif sur l’actuelle saison agricole, la croissance de la végétation et sur les plantations d’automne en plus des arbres fruitiers, ce qui permettra aux agriculteurs d’initier le processus d’entretien et de lutte contre les mauvaises herbes.

Les chutes de neige au sommet des montagnes de la province contribueront à améliorer l’état de la végétation dans les alpages, à augmenter le niveau de la nappe phréatique et à alimenter les barrages qui connaissent encore un faible taux de remplissage en attendant la fonte des neiges. Le barrage Ahmed El Hansali ayant enregistré un taux de remplissage ne dépassant pas les 28,8% jusqu’aux dernières précipitations.

Le directeur provincial de l’agriculture à Khénifra, Mohamed Kamili, a souligné à la MAP que les récentes pluies auront un impact très positif sur les plantations d’automne, les arbres fruitiers et les pâturages, ce qui a encouragé les agriculteurs à commencer le processus d’entretien, suite à l’augmentation des niveaux des nappes phréatiques٬ exprimant le souhait de voir plus de pluies, pour au moins garantir une saison agricole moyenne.

La province de Khénifra s’étend sur une zone importante dans laquelle les terres et le climat sont variés, avec une superficie des terres arables de plus de 214.000 hectares, dont plus de 17.000 hectares irrigués.

La région est célèbre pour la culture de céréales avec plus de 50%, les cultures fourragères (près de 7%), les arbres fruitiers (près de 12%) et les légumes, en particulier les pommes de terre avec environ 2%.

Voir Aussi