ActualitésArgentine: Signature d’un accord-cadre de coopération visant la valorisation énergétique des…

Actualités

29 Mai

Argentine: Signature d’un accord-cadre de coopération visant la valorisation énergétique des déchets solides urbains dans la capitale argentine

Buenos Aires – Le ministère de l’Energie et des Mines a signé un accord-cadre de coopération avec le ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Coordination environnementale de Buenos Aires, dans le but de faire progresser la valorisation énergétique des déchets solides urbains dans la capitale argentine.

L’accord a été signé par le ministre de l’Énergie et des Mines Juan Aranguren, le ministre de l’Environnement et du Développement durable Sergio Bergman et le président de la Coordination environnementale de Buenos Aires, Gustavo Javier Coria.

L’accord prévoit le développement de projets visant à valoriser, traiter et éliminer définitivement les déchets solides produits à Buenos Aires dans le cadre d’une coordination entre les différents signataires.

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud pour la journée du mardi 29 mai 2018 :

Brésil:

Les 12 finalistes de la 7ème édition du Prix des meilleures pratiques de durabilité (A3P) ont été sélectionnés par le ministère de l’Environnement.

Le classement et les lauréats seront annoncés lors de la cérémonie de remise des prix qui aura lieu le 23 août prochain à Brasília, souligne le ministère de tutelle.

Les institutions finalistes ont présenté des initiatives qui encouragent la responsabilité sociale et environnementale selon l’Agenda environnemental en administration publique (A3P), un programme qui vise à encourager les agences publiques dans le pays à mettre en œuvre des pratiques de durabilité.

Au total, huit États sont représentés parmi les 12 finalistes, à savoir, São Paulo, Santa Catarina, Rio Grande do Sul, le District fédéral, Maranhão, Pernambouco, Rio de Janeiro et le Mato Grosso.

Le prix A3P vise à reconnaître et à encourager le mérite des initiatives municipales, étatiques et fédérales dans la promotion de la pratique des actions durables.

Chili:

Le ministère chilien de l’Environnement a procédé lundi au lancement du site « ChaoBolsasPlasticas.cl » (Bye les sacs en plastique) qui présente notamment des informations sur le projet de loi visant à interdire la livraison des sacs en plastique dans les commerces au Chili.

Cette plate-forme offre des informations détaillées sur les produits de remplacement ainsi que des réponses aux questions des citoyens sur la mise en œuvre de la loi une fois qu’elle sera approuvée.

Cette loi bénéficie d’un grand soutien des Chiliens dont 95% consultés dans le cadre de l’Enquête environnementale nationale de 2018 ont déclaré qu’ils acceptent d’interdire les sacs en plastique pour éviter la contamination.

Colombie :

Le jardin botanique de El Saladito, à proximité de la ville de Cali (ouest), est devenu un véritable « refuge » pour les espèces de la faune et la flore menacées d’extinction, rapportent les médias locaux.

Créé il y a 38 ans à l’initiative d’un couple d’Écossais amateurs de la nature et du paysagiste et académicien colombien, Alvaro Calonje, le jardin contient 180 espèces de plantes andines, précisent les mêmes sources.

Le Jardin est engagé dans un programme de préservation de 38 espèces de magnolia, dont la majorité sont menacées d’extinction.

Il constitue également un espace d’habitat et de reproduction pour plusieurs espèces d’oiseaux.

Pérou:

Le Parc national de Manu, qui s’étend dans les régions de Cusco et de Madre de Dios, est l’une des zones naturelles protégées les plus importantes du Pérou et regroupe une vaste diversité biologique reconnue internationalement.

En 1973, le parc national de Manu a été déclaré zone naturelle protégée et en 1987, il a été classé patrimoine naturel de l’humanité en raison de sa grande valeur globale.

Cette classification a été réalisée par le programme de la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui a pour mission de classer, entretenir et maintenir les sites d’importance culturelle ou naturelle pour le patrimoine commun de l’humanité.

Le parc est entouré par la réserve régionale des minorités ethniques Kugapakori et Nahua, le parc national Megantoni et la réserve collective d’Amarakaeri.

Au centre du parc national de Manu se trouve la station biologique Cocha Cashu qui mène des recherches environnementales et anthropologiques.

Le parc est également considéré comme une réserve naturelle qui dispose du plus grand nombre d’amphibiens et d’espèces de reptiles dans le monde avec 155 espèces d’amphibiens et 132 espèces de reptiles.

De plus, le parc, qui abrite des papillons (plus de 1.200 espèces) et des oiseaux (plus de 1.000 espèces), revêt une grande importance culturelle parce qu’il protège les terres de nombreuses minorités ethniques.

Voir Aussi