ActualitésBAD: Le Maroc a mis l’Afrique à l’avant-garde de l’Agenda mondial pour le changement climatique

Actualités

BAD
06 Oct

BAD: Le Maroc a mis l’Afrique à l’avant-garde de l’Agenda mondial pour le changement climatique

Benguerir, 06/10/2017 (MAP), Le Maroc a mis en place un programme d’action fort et pertinent, mettant l’Afrique à l’avant-garde de l’Agenda mondial pour le changement climatique, a affirmé vendredi, à Benguerir, la directrice générale adjointe de la Banque africaine de développement (BAD), Mme Yacine D. Fal.

Intervenant à la cérémonie d’ouverture de la 2è Conférence internationale sur l’adaptation aux changements climatiques initiée sous le thème « Mesures d’adaptation pour l’eau et l’agriculture », Mme Fal a exprimé sa gratitude et son appréciation à l’égard du leadership « extraordinaire » et « inspirant » que le Royaume a montré tout au long de sa présidence de la COP22.

« L’accueil du Maroc de plusieurs événements importants reflète un véritable engagement du Maroc à l’égard des changements climatiques et à la mise en œuvre réussie de l’Accord de Paris », a-t-elle noté, relevant l’importance de cette Conférence sur les « Mesures d’adaptation pour l’eau et l’agriculture » étant donné la vulnérabilité élevée du continent africain aux changements climatiques.

« Compte tenu de la vulnérabilité de l’Afrique aux effets des changements climatiques, la BAD met en œuvre de nombreux efforts et initiatives pour lutter contre les impacts du changement climatique par l’adaptation et le renforcement de la résilience climatique », a-t-elle précisé.

« Nous devons nous joindre aux efforts et former des partenariats solides et viables pour transformer ces défis en opportunités et assurer un développement durable et une réduction de la pauvreté sur notre continent », a-t-elle expliqué.

Et d’ajouter que la BAD soutient les pays africains à avoir accès au financement du climat nécessaire à la poursuite d’un développement adapté au climat.

« Cet engagement, poursuit la responsable de la BAD, s’inspire de la stratégie 2013-2022 de la Banque en faveur d’une croissance inclusive et verte en Afrique ».

« La Banque a augmenté à 40% son total de nouveaux investissements d’ici 2020 qui sera consacré au financement du climat (contre 26% en moyenne de 2011 à 2014) », a-t-elle relevé, faisant savoir que 50% de ces ressources engagées seraient consacrées à l’adaptation en Afrique, par des mesures telles que l’investissement dans l’agriculture intelligente au climat (comme les cultures résistant au climat), la construction d’infrastructures durables et l’amélioration de l’irrigation et l’accès aux ressources en eau.

Mme Fal a fait savoir qu’actuellement, la Banque finalise le deuxième plan d’action pour le changement climatique (CCAP2) pour la période 2016-2020, relevant que cette institution financière continentale soutient le Groupe africain des négociateurs (AGN) pour s’assurer que les spécificités de l’Afrique sont incluses dans les négociations de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

« La Banque fournit une assistance technique et logistique pour renforcer la capacité de négociation africaine et renforcer sa position parmi les autres groupes régionaux et obtenir un poste africain unifié et bien informé », a-t-elle souligné dans ce contexte.

Organisée par le comité scientifique de la COP22, cette conférence sur « les Mesures d’adaptation pour l’eau et l’agriculture » travaille sur l’élaboration d’indicateurs transposables pour mesurer et suivre les projets liés à l’adaptation et plus spécifiquement pour les domaines de l’eau et de l’agriculture où le Maroc dispose d’une expérience importante.

Pendant deux jours, la conférence qui sera articulée autour d’une série de panels techniques, réunit des experts nationaux et internationaux, des organisations internationales et des groupes de réflexion, des représentants de fonds spécialisés dans le climat, les banques multilatérales de développement, des institutions financières nationales alignant le secteur financier sur le développement durable, des acteurs du secteur de l’eau et de l’agriculture au niveau national et africain, ainsi que des chercheurs, des étudiants et des représentants des collectivités territoriales et de la société civile.

Organisée grâce au soutien de CDG Capital et l’agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ), cette conférence offre également aux participants l’occasion de visiter sur place plusieurs projets innovants de gestion de l’eau et d’agriculture durable.

Voir Aussi