ActualitésBelgique: le coût des changements climatiques s’élève à 2% du PIB

Actualités

Pérou
15 Sep

Belgique: le coût des changements climatiques s’élève à 2% du PIB

Bruxelles – Le coût total des changements climatiques en Belgique s’élève à près de 9,5 milliards d’euros par an, soit environ 2% du produit intérieur brut (PIB) du pays, ressort-il mardi d’une étude commanditée par la Commission nationale climat.

Selon cette étude, les inondations devraient provoquer des dommages pour un total annuel entre 343 et 940 millions d’euros en 2050 et entre 2.534 et 5.590 milliards d’euros à la fin du siècle en Belgique.

Pour la même période, la perte de la productivité au travail devrait coûter de 170 millions à 3,5 milliards d’euros par an lors des années les plus chaudes.

En ce qui concerne la production d’électricité dans les centrales électriques, la sécheresse et l’augmentation des températures devraient entraîner un coût supplémentaire de 44 millions d’euros par an d’ici 2050.

Par ailleurs, durant les années où les conditions météorologiques sont défavorables, les rendements des cultures pourraient chuter bien en dessous des niveaux minimums récemment observés, en particulier pour la pomme de terre et le maïs. La production agricole, végétale comme animale, pourrait ainsi perdre jusqu’à 606 millions d’euros par an par rapport à 2019.

Les auteurs de l’étude prévoient, en outre, que vers 2071-2100, le risque d’incendie de forêt lié à la sécheresse devrait augmenter de 30 à 40%, et même de plus de 40% dans les Ardennes belges. Les pertes et les coûts liés devraient s’élever à 14,3 millions d’euros an d’ici à cette période.

« Les personnes qui sont déjà très vulnérables en raison d’une mauvaise santé, de faibles revenus ou de logements inadaptés, souvent dans des zones urbaines densément peuplées, devraient également être les plus touchées par les conséquences des changements climatiques », relève l’étude.

Elle fait, de même, ressortir que si des températures plus élevées peuvent faire diminuer la mortalité en hiver, elles s’accompagneront en été d’une surmortalité de l’ordre de 926 décès supplémentaires par an en 2050.

Voir Aussi