ActualitésBenguerir : Signature d’un accord-cadre pour la valorisation du carbone dans les zones arides

Actualités

CO2-in-the-air-copier
12 Oct

Benguerir : Signature d’un accord-cadre pour la valorisation du carbone dans les zones arides

Benguerir – L’Université Mohammed VI Polytechnique et l’entreprise Nordique St1 viennent de signer, à Benguerir, un accord-cadre portant sur la réalisation du projet pilote « Agriculture et Valorisation du Carbone dans les Zones Arides », qui vise à contribuer aux efforts de lutte contre les changements climatiques.

Ce projet en agroforesterie a pour but d’assurer la séquestration de carbone (CO2) en milieu aride et semi-aride par des espèces végétales résistantes au stress hydrique, indique un communiqué de l’Université Mohammed VI Polytechnique, expliquant que l’idée sera d’identifier et de planter ces espèces végétales, de définir les conditions optimales de culture et de dimensionner les systèmes d’irrigation adéquats.

Ceci permettra de compenser en partie les émissions carboniques générées par la combustion des produits d’origine fossile qui contribuent à accroître l’effet de serre, souligne la même source, ajoutant que le projet pourrait ainsi constituer une alternative pour atténuer considérablement les effets du changement climatique, en plus d’améliorer la qualité de vie des communautés riveraines, en particulier les agriculteurs.

Ce projet, qui s’étale sur trois ans et sera déployé prioritairement dans les sites d’implantation du Groupe OCP dans le cadre de son programme de réhabilitation des sols miniers, permettra également d’assurer l’amélioration des revenus des agriculteurs locaux, par le biais du reboisement des zones dépourvues d’arbres, relève le communiqué.

Le Groupe OCP mettra quatre hectares à disposition de ce projet, qui seront végétalisés avec une dizaine d’espèces végétales à croissance rapide adaptées à la région de Rhamna, alors que l’Université Mohammed VI Polytechnique mobilisera deux hectares dans le site de la ferme expérimentale à Benguerir, selon la même source.

St1 et le Groupe OCP contribuent de manière égale aux financements du projet, dont le coût est estimé à environ 10 millions de dirhams, tandis que l’Université dirigera le projet et les activités expérimentales sur le terrain en collaboration avec St1, précise-t-on.

En plus des agriculteurs de la région de Rhamna, qui mettront leurs terres agricoles à la disposition du projet pour tester les espèces végétales, l’Institut Finlandais des Ressources Naturelles (LUKE) apportera son conseil et son expertise, alors que le Centre Régional de Recherche Forestière (CRRF, Rabat) contribuera à la sélection des espèces végétales et à leur mise à disposition, souligne le communiqué.

Voir Aussi