ActualitésLa biodiversité, invitée d’honneur de la Journée mondiale de l’environnement

Actualités

04 Juin

La biodiversité, invitée d’honneur de la Journée mondiale de l’environnement

Rabat – Il n’y a pas un jour qui passe sans que des espèces animales et végétales ne se retrouvent placées devant la mention « est désormais considéré en danger d’extinction », alors que d’autres quittent la liste des espèces menacées pour rejoindre celle des espèces disparues.

Plusieurs parmi elles quittent le monde dans l’indifférence totale de l’humanité, tandis que « les plus chanceuses » et les « plus populaires » font leurs adieux au monde à travers une apparition timide au journal télévisé !

Alors que la perte de la biodiversité est due à plusieurs facteurs, certains naturels et d’autres humains, notamment la déforestation, la pollution et les changements climatiques, beaucoup d’entre nous ignorent ses conséquences néfastes sur l’humanité.

Les tendances négatives actuelles de la biodiversité et des écosystèmes devraient compromettre l’atteinte de 80% des Objectifs de développement durable, notamment en matière de pauvreté, faim, santé et eau, indique un rapport publié par la plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

C’est dans ce sillage que la Journée mondiale de l’environnement met l’accent cette année sur la question de la biodiversité, lit-on sur le site de l’Organisation des Nations unies (ONU).

L’année 2020 est en effet une année cruciale pour les engagements des nations en matière de préservation et de restauration de la biodiversité, note la même source

Le 5 juin désigné en 1972 comme Journée mondiale de l’environnement se veut en effet une demande « aux gouvernements et aux organismes des Nations Unies d’entreprendre chaque année ce jour-là des activités à caractère mondial réaffirmant l’intérêt qu’ils attachent à la protection et à l’amélioration de l’environnement en vue d’approfondir la prise de conscience des problèmes de l’environnement », explique l’ONU.

Depuis son lancement en 1974, la Journée mondiale de l’environnement a permis à ONU-Environnement de renforcer la sensibilisation et de susciter un élan politique autour des préoccupations grandissantes telles que l’appauvrissement de la couche d’ozone, les substances chimiques, la désertification et le réchauffement climatique, ajoute l’ONU.

La Journée mondiale de l’environnement est devenue une plateforme mondiale qui a permis la sensibilisation et la prise d’initiatives pour agir sur les questions urgentes, relève la même source, faisant savoir que des millions de personnes y ont participé au fil des années, ce qui a contribué à changer les habitudes de consommation ainsi qu’à mettre en avant les politiques environnementales nationales et internationales.

Dans cette même veine, le Maroc a mis en place une série de programmes et d’actions visant à préserver la biodiversité et veiller sur son utilisation rationnelle et durable, à savoir la Stratégie et Plan d’Actions National pour la Diversité Biologique du Maroc (SPANB) 2016-2020.

En effet, la biodiversité nationale revêt une importance écologique particulière, avec plus de 24.000 espèces animales et 7.000 espèces végétales identifiées, selon une étude nationale sur la biodiversité dont les résultats ont été annoncés en mai 2019.

Conscientes de l’importance et de la valeur de la biodiversité présente sur le territoire national, les autorités marocaines continuent d’intensifier les efforts pour la protéger. Ainsi, une nouvelle version de la SPANB intervient « après un apprentissage riche découlant de la mise en œuvre des deux stratégies précédentes ».

En particulier, un axe sur la consolidation de la gouvernance de la biodiversité biologique a été introduit afin d’inscrire la SPANB dans l’esprit de la nouvelle Constitution, d’intégrer la biodiversité dans le développement local et national et de tenir compte de la dimension régionale de cette stratégie dans la perspective du processus d’instauration du système de régionalisation avancée à l’échelle du pays, explique la même source.

Cette stratégie vise également à renforcer la conservation des espèces, des écosystèmes et des services qu’ils rendent, assurer l’utilisation durable de la biodiversité et des ressources biologiques et contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations grâce à la mise en œuvre efficace de la SPANB.

Elle porte aussi sur la valorisation et le partage des connaissances sur la biodiversité nationale et la promotion chez les citoyennes et citoyens de la volonté de changer les comportements à l’égard du patrimoine national de biodiversité.

L’adoption de ces six axes stratégiques place la diversité biologique comme un pilier du développement durable du Maroc, qui contribue au bien-être des citoyens, affirme la même source.

Et de conclure que cette année, une attention particulière a été accordée au thème de la biodiversité puisque la journée de la diversité biologique et la journée de la Terre nourricière ont également célébré la biodiversité.

Ours blanc, orang-outang et panda géant… sont tous en danger d’extinction.

Si les efforts nécessaires ne sont pas fournis et les moyens suffisants ne sont pas mobilisés, ces animaux entre autres ne seront qu’un souvenir pour certaines générations et qu’un petit fragment de l’histoire pour d’autres.

« Cet animal vivait dans ce continent », « il fut intercepté pour la dernière fois en cette date »: ce sont des phrases qui pourraient être grammaticalement correctes, mais dont l’effet sur l’humanité ne pourrait être atténué par des tournures élégantes.

Voir Aussi