ActualitésSoixante-cinq entreprises françaises s’engagent autour de l’initiative «Act4nature»

Actualités

nature
13 Juil

Soixante-cinq entreprises françaises s’engagent autour de l’initiative «Act4nature»

Paris – Soixante-cinq grandes entreprises françaises viennent de s’engager autour de l’initiative «Act4nature» lancée par un groupement de réseaux d’entreprises, institutions scientifiques et ONGs en vue de promouvoir la protection de la biodiversité.

Cette initiative, qui intervient un peu plus d’une semaine après l’annonce par le gouvernement de son plan biodiversité, contient 10 engagements communs à tous les signataires, indique le site spécialisé «environnement-magazine».

Ces engagements visent à «intégrer, de manière volontaire, la question de la biodiversité dans toutes les activités, de la gouvernance et de la stratégie aux opérations les plus concrètes, à la légitimer auprès des collaborateurs et parties prenantes au sein même de l’entreprise de façon à susciter et encourager des actions spontanées», précise la même source.

Chaque entreprise a également pris des engagements individuels propres à ses activités et défini des objectifs spécifiques.

Les dirigeants des entreprises signataires s’engagent donc à intégrer la biodiversité dans leur stratégie, à dialoguer avec l’ensemble des parties prenantes, à promouvoir l’intégration de la biodiversité, à éviter en premier lieu, réduire et en dernier lieu compenser leurs impacts, à développer des solutions fondées sur la nature, ou encore à intégrer la biodiversité dans leurs dialogues avec les pouvoirs publics et à rendre compte publiquement de la mise œuvre de ces engagements, détaille le site.

Le lancement de cette initiative a eu lieu au siège parisien de la Fondation française Gooplanet, dont les objectifs tendent à placer l’écologie et l’humanisme au cœur des consciences et à susciter l’envie d’agir concrètement pour la terre et ses habitants.

La cérémonie de lancement s’est conclue par une intervention du ministre français de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qui a rappelé les grands axes du plan biodiversité «comme pour marquer le début d’une mobilisation conjointe des pouvoirs publics et privés», observe «environnement-magazine».

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Europe Occidentale pour la journée du vendredi 13 juillet 2018:

Bruxelles – La sécheresse qui s’installe préoccupe de plus en plus les professionnels de la forêt en Belgique, rapporte vendredi Le Soir sur la base de témoignages de plusieurs spécialistes.

« La sécheresse actuelle, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », affirme agronome Christian Ducattillon, qui s’émeut de la mort notamment de « L’Arbre de la liberté », planté au milieu de la Grand-Place de sa ville Leuze-en-Hainaut dont il est conseiller communal.

Ce chêne centenaire, mentionné dans la liste des Arbres remarquables du Hainaut, en région wallonne, a été fortement touché par la sécheresse actuelle, mais ce n’est pas le seul, selon Ducattillon.

Certains Arbres remarquables pourraient être plus vulnérables que d’autres, principalement des chênes, des tilleuls et des hêtres, selon les experts qui citent également l’âge comme facteur à même d’accentuer la vulnérabilité des espèces forestières : la capacité adaptative des petites racines et des bourgeons foliaires est moins bonne chez les anciens arbres que chez les plus jeunes.

D’autres facteurs entrent en compte comme un sol peu profond, exposé au sud ou en pente, qui ont d’autres conséquences que celles résultant, par exemple, de la taille de l’arbre, explique-t-on.

Madrid – Le gouvernement espagnol vient de mettre en place un dispositif de prévention et de lutte contre les incendies de forêt d’un montant total de 85 millions d’euros, qui prévoit le déploiement de plus de 1.000 personnes et de 73 avions capables d’intervenir partout en Espagne.

La campagne de lutte contre les incendies de forêt a démarré avec les meilleurs chiffres de la décennie, puisque 9.000 hectares de forêts seulement ont été brûlés au cours des 6 premiers mois de l’année, un chiffre très éloigné des 53.000 hectares de l’année écoulée.

La nouvelle campagne de lutte contre les incendies de forêt a été présentée jeudi par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation, Luis Planas, qui a indiqué que l’Espagne est « une référence internationale » dans la lutte contre les incendies.

Luis Planas a souligné que l’été a commencé avec des températures plus douces que la normale, ajoutant que les fortes pluies des derniers mois ont toutefois provoqué une augmentation significative de la végétation. Il a insisté sur l’importance de travailler « sans repos » pour protéger la forêt.

– Le volume des déchets sur les plages des îles méditerranéennes triple pendant l’été, avec une moyenne quotidienne qui s’accumule de 250.000 restes de déchets par kilomètre carré, selon une étude de l’Institut des sciences et technologies de l’environnement de l’Université autonome de Barcelone (ICTA-UAB).

L’étude a analysé et quantifié les déchets générés par le tourisme dans huit îles méditerranéennes dans le cadre du projet européen BLUEISLANDS et souligne que les restes de plastiques et de mégots de cigarettes sont le principal problème des plages, dont certaines font face à des déchets accumulés multipliés par sept.

Le projet vise à développer des moyens efficaces, économiquement viables et écologiquement durables pour atténuer les effets de l’augmentation saisonnière des déchets.

Les chercheurs ont mené 147 campagnes d’analyse des déchets abandonnés sur les îles pendant et en dehors de la haute saison.

Lisbonne – Les autorités portugaises ont procédé à la collecte d’échantillons d’effluents de la station d’épuration d’Alcochete, dans le district de Setubal, et des eaux de surface de l’estuaire dans la zone où des centaines de poissons morts ont été découverts la semaine dernière, a indiqué vendredi le ministère de l’Environnement.

Selon ce département, la zone où les poissons morts ont été trouvés est d’un kilomètre de longueur et, bien que non classée comme zone de baignade, elle est utilisée comme telle.

L’Agence portugaise pour l’environnement (APA) a dépêché une équipe de surveillance sur le site il y a une semaine (le 6 juillet), après que l’autorité locale eut alerté des centaines de poissons morts sur les plages de Moinhos et de Samouco à Alcochete.

Le président de la municipalité, Fernando Pinto, a indiqué jeudi qu’ »au début de l’année, la même chose s’est produite », même si elle était en plus petites quantités.

En plus du poisson mort, il a souligné l’apparition de « mousses inhabituelles » sur les plages de la région.

Bien que les causes ne soient pas encore claires, le président a déclaré que « selon des témoignages », cela peut être attribué à un présumé « déversement au nord du Tage ».

Voir Aussi