ActualitésCameroun : L’AFD ouvre une ligne de crédit de 26 milliards de francs CFA dans le cadre du PGES du…

Actualités

AFD
04 Avr

Cameroun : L’AFD ouvre une ligne de crédit de 26 milliards de francs CFA dans le cadre du PGES du barrage de Lom Pangar

Dakar – L’Agence française de développement (AFD) a ouvert une ligne de crédit de 26 milliards de francs CFA dans le cadre du Plan de gestion environnementale et social (PGES) du barrage de Lom Pangar, dans la région de l’Est du Cameroun, indique la presse locale.

Les 26 milliards de francs CFA représentent la seconde phase d’un financement global de 39,3 milliards de francs CFA, dont la première phase d’un montant de 13 milliards de francs CFA a été consacrée au paiement des travaux de la maîtrise d’œuvre sur le barrage réservoir, a souligné l’ambassadeur de France au Cameroun, Gilles Thibaut.
Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mercredi 04 avril :

Sénégal :

La Direction des Eaux et Forêts et de la Chasse a arrêté récemment un présumé trafiquant de faune sauvage en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de 41 carapaces de l’espèce tortue verte (Chelonia mydas), rapportent des médias.

C’est une tortue de mer gravement menacée d’extinction dans son milieu naturel, très convoitée des trafiquants pour sa carapace, un objet de luxe en dehors des frontières sénégalaises, pouvant rapporter jusqu’à 3.000 $ soit 1.500.000 F CFA la pièce.

La tortue verte est pourtant intégralement protégée au Sénégal par la loi sénégalaise de 1986 portant code de la chasse et de la protection de la faune et par la Convention de Washington portant sur le commerce international des espèces animales sauvages que le Sénégal a ratifié en 1977.

Côte d’Ivoire :

Une délégation ivoirienne conduite par la ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable (MINSEDD), Anne Désirée Ouloto, a pris part mardi à Bamako, au Mali, à la table ronde du segment de haut niveau du dialogue structuré du Green Climate Fund (GCF) ou Fonds Vert pour le Climat (FVC).

Cette rencontre hautement stratégique, qui prendra fin vendredi, a débuté par une session préparatoire, suivie d’un segment de haut niveau entre les ministres africains de l’Environnement et le Conseil d’Administration du Fonds Vert pour le Climat (FVC).

Le dialogue structuré a pour objectif principal de faciliter les échanges et transferts de connaissances entre les pays et les différentes parties prenantes, afin d’améliorer la qualité du processus de programmation et de délivrer des résultats tangibles, dont un portefeuille de projets de haute qualité visant des objectifs à court, moyen et long terme.

Le FVC, en tant que mécanisme financier principal, a été établi par la convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Voir Aussi