ActualitésClôture à Brasilia du 8ème Forum mondial de l’eau à la suite d’intenses débats sur la question…

Actualités

Forum mondial de l'eau Brasilia ecology
23 Mar

Clôture à Brasilia du 8ème Forum mondial de l’eau à la suite d’intenses débats sur la question hydrique

Brasilia – Le Forum mondial de l’eau, un important conclave marqué par la participation de représentants de 172 pays, s’est achevé, vendredi à Brasilia, à l’issue d’intenses débats sur la question de l’eau et des moyens de préserver cette ressource vitale pour les prochaines générations.

Cette huitième édition, organisée sous le thème « Partage de l’eau », a été sanctionnée par l’adoption de plusieurs documents et déclarations qui forment, selon le président du Conseil mondial de l’eau, le Brésilien Benedito Braga, « un véritable engagement pour la préservation et la bonne gestion de l’eau » dans l’optique de la tenue du prochain Forum au Sénégal en 2021.

Ainsi, l’événement a été sanctionné par une « Déclaration ministérielle » qui a lancé « un appel urgent à une action décisive » et à une plus grande coopération internationale pour réaliser l’objectif d’accès universel à l’eau et à l’assainissement de base que l’Organisation des nations unies a érigé en tant que l’un des objectifs de l’Agenda 2030 du développement durable, une initiative comprenant 17 nouveaux Objectifs de développement durable (ODD).

Cette déclaration, soutenue par le Maroc, prône également la nécessité d' »encourager les gouvernements à établir ou à renforcer des politiques et des plans nationaux intégrés de gestion des ressources en eau, y compris des stratégies d’adaptation au changement climatique pour garantir un accès universel et équitable à une eau potable sûre et abordable et à un assainissement adéquat et équitable ».

Le Forum de l’eau de Brasilia a été couronné par un « Manifeste parlementaire » dans lequel les représentants des parlements participant à ce conclave mondial reconnaissent l’importance des efforts des institutions législatives pour garantir la sécurité hydrique.

Le document, élaboré par 134 parlementaires issus d’une vingtaine de pays, appelle à mettre en commun les innovations, les expériences, les politiques publiques, les cadres légaux et les bonnes pratiques développées dans chacun des pays participants pour garantir l’efficience dans l’utilisation de l’eau.

Les travaux de ce Forum, qui ont connu la participation de 100.000 personnes, ont également été sanctionnés par une « Déclaration des magistrats et des procureurs généraux sur l’environnement » instaurant dix principes fondamentaux en vue de promouvoir la justice relative à l’eau à travers l’application des lois sur l’eau et le respect de l’État de droit environnemental.

Les représentants des gouvernements locaux et régionaux, réunis dans la capitale brésilienne pour la cinquième conférence des pouvoirs locaux et régionaux sur l’eau, ont présenté cinq recommandations allant dans le sens de la promotion de pratiques intégrées dans le domaine de l’eau, de la mise en œuvre de législations garantissant une utilisation équitable, efficace et durable des ressources hydriques et de l’accroissement du financement décentralisé de projets hydriques et d’assainissement.

Aussi, un document final devra être présenté dans les prochains jours en vue de compiler les différents engagements pris ainsi que les recommandations issues de plus de 600 débats et de 300 conférences organisés depuis le début de ce Forum, qui s’est officiellement ouvert lundi.

L’événement a été marqué par une importante participation du Maroc, tant au niveau ministériel, parlementaire que juridique, mais aussi au niveau des experts et de l’exposition mondiale de l’eau, où le Royaume a participé, pour la première fois, avec un pavillon dédié à l’expérience marocaine dans le domaine de l’eau et des politiques hydriques.

Ce Forum, organisé par le Conseil mondial de l’eau et les autorités brésiliennes, a aussi été marqué par la remise de la 6e édition du Grand prix mondial Hassan II pour l’eau à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en la personne de son secrétaire général, Angel Gurria.

Voir Aussi