ActualitésColombie : Les baleines à bosse devenues une véritable attraction touristique dans le Pacifique

Actualités

Baleines
06 Août

Colombie : Les baleines à bosse devenues une véritable attraction touristique dans le Pacifique

Buenos Aires – Les baleines à bosse sont devenues une véritable attraction touristique dans le Pacifique (Colombie), rapportent les médias locaux.

Des dizaines de touristes visitent lors de cette période de l’année la Colombie et l’Équateur pour voir de près les baleines à bosse qui émigrent vers les eaux chaudes du Pacifique pour s’accoupler et se reproduire, ajoutent les mêmes sources.

Selon le directeur du Tourisme de l’Équateur, Perdo Falconi, ces mammifères parcourent 8 mille miles nautiques depuis l’Antarctique à la recherche d’eaux moins profondes et plus paisibles.

En Colombie, ces animaux sont visibles au large des municipalités de Bahia Solano et Niqui, relevant du département de Choco, et à l’Ile de Gorgona et Bahia Malaga, dans le département de Cauca.

============================

Voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud pour la journée du lundi 6 août 2018 :

Argentine:

Le ministère de l’environnement et du développement durable a participé à une réunion sur le « système du Mercosur pour la mise en oeuvre des objectifs de développement durable – Objectif 3 », qui s’est tenue récemment dans la capitale paraguayenne Asunción, dans le cadre du mémorandum d’accord signé entre le Marché commun du Sud (MERCOSUR) et l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Cette rencontre a été l’occasion de discuter des moyens visant à parvenir à un accord sur les critères généraux pour le développement d’un futur projet sous le nom de « Programme Mercosur pour coordonner les politiques publiques pour réduire la dégradation des terres ».

Les participants ont également échanger leurs expériences dans le domaine des procédures de gestion durable des terres dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD).

================================

Brésil:

La nécessité de développer les activités d’écotourisme pour faciliter la préservation des espaces naturels et générer des revenus a été au centre du IX Congrès brésilien sur les aires protégées (CULC), qui s’est tenu à Florianópolis, capitale de l’État de Santa Catarina (Sud).

Lors de cette rencontre, parrainée par la Fondation Boticário Group, les participants ont appelé à faire preuve de créativité pour proposer des activités d’écotourisme intéressantes pour attirer plus de visiteurs dans les parcs nationaux.

Les débats initiés lors de conclave, l’un des plus grands forums en Amérique latine sur les zones naturelles protégées, ont également porté sur la nécessité d’encourager la production d’aliments biologiques, en vue de baisser les émissions de carbone et promouvoir la biodiversité.

Au programme de cette rencontre organisé sous le thème « Avenirs possibles: l’économie et la nature », figurent plusieurs panels, conférences et présentations de travaux concernent des domaines tels que l’innovation, la technologie, la durabilité, la diversité et la collaboration stratégique.

============================

Chili:

Un processus d’inspection a été lancé par la Direction générale des eaux suite à des travaux dans le lit du fleuve Bío Bío, sur un terrain situé sur la route de Santa Juana.

Les travaux de terrassement au kilomètre 3,8 de la Ruta de la Madera ont attiré l’attention des habitants du secteur. Selon les inspecteurs, les responsables de la municipalité de San Pedro de la Paz ont déjà commis trois infractions cette année en raison de mouvements de terrain non autorisés effectués par une entreprise de construction responsable d’un projet immobilier qui recueille de la terre dans un terrain de la rivière à proximité.

Pour la Direction générale de l’eau, les travaux dans le canal de la rivière en question ont déclenché un processus d’inspection avec environ 15 processus d’audit.

============================

Pérou:

Le ministère de l’Environnement a organisé, vendredi dernier, dans la région d’Iquitos une réunion académique sur « la conservation et l’exploitation durable des ressources halieutiques de la région amazonienne du Pérou », en coordination avec l’Institut de recherche du Pérou et l’Université Nationale d’Amazonie.

Les participants à cette réunion ont débattu d’un éventail de sujets en particulier la recherche liée à la consommation du poisson en Amazonie et ses caractéristiques biologiques et génétiques, la gestion durable de la pêche, ainsi que l’impact du changement climatique sur l’Amazonie.

Voir Aussi