ActualitésColombie : saisie de 216 grenouilles venimeuses à l’aéroport de Bogotá

Actualités

epaselect epa07144317 The fields away during the frog race on Melbourne Cup Day at the Noomamah Tavern in Noomamah, south of Darwin, Northern Territory, Australia, 06 November 2018.  EPA-EFE/GLENN CAMPBELL  AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT
08 Nov

Colombie : saisie de 216 grenouilles venimeuses à l’aéroport de Bogotá

Buenos Aires – Le secrétariat à l’Environnement de la mairie de Bogotá a annoncé, mercredi, la saisie par les autorités de l’aéroport international El Dorado de Bogotá, de 216 grenouilles venimeuses destinées à être expédiées en Allemagne.

Ces grenouilles, en danger d’extinction, étaient dissimulées dans « 194 paquets de pellicules photographiques » que leurs trafiquants avaient abandonnés dans des sanitaires de l’aéroport El Dorado pour échapper à la police, a précisé la même source dans un communiqué.

« Il s’agit de la plus importante saisie d’amphibiens confisqués à des trafiquants de faune sauvage à Bogotá », selon le secrétariat à l’Environnement de la mairie de la capitale colombienne.

Les amphibiens ont été transférés au Centre d’accueil des espèces de la flore et la faune, où il a été déterminé que ces grenouilles provenaient de plusieurs municipalités du département du Chocó, à la frontière avec le Panama.

=============================

Voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud pour la journée de jeudi 08 novembre 2018 :

Argentine :

La société YPF a signé un accord avec la société de pétrochimie Profertil concernant l’approvisionnement en énergie éolienne, rapporte la presse locale.

En vertu de l’accord d’une durée 21 ans, YPF répondra à 60% des besoins énergétiques de Profertil pour la production d’engrais dans la région de Bahia Blanca.

L’accord entrera en vigueur ce mois-ci, précisent les quotidiens argentins, en soulignant que dans un premier temps YPF couvrira 12% des besoins énergétiques de Profertil, avant d’augmenter progressivement ce pourcentage à 60% d’ici à 2020.

=============================

Brésil :

La contribution des peuples autochtones à la conservation de l’environnement et la lutte contre le réchauffement de la planète a été discutée, mardi à Brasilia, dans le cadre d’un nouveau cycle de dialogue Talanoa, une initiative mondiale visant à faire progresser la lutte contre le changement climatique.

Cette rencontre, qui s’est déroulée en présence de représentants de plusieurs tribus indigènes, d’ONGs, ainsi que des responsables des ministères de l’Environnement et des Relations extérieurs, a porté sur plusieurs questions relatives aux effets du changement climatique sur les populations autochtones.

Les résultats de ce débat serviront à soutenir la participation du Brésil à la 24ème Conférence des Parties sur le changement climatique (COP24), qui se tiendra en décembre en Pologne.

Le dialogue de Talanoa est une méthode développée par les îles Fidji, lors de la COP23 qui s’est déroulée en Allemagne (novembre 2017), laquelle permet de mettre sur un pied d’égalité tous les acteurs de la négociation pour la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Voir Aussi