ActualitésCOP23 : Les élus marocains engagés pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris

Actualités

Logo-cop23-MAP-ECO-1
13 Nov

COP23 : Les élus marocains engagés pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris

Bonn – Les élus marocains présents en force à la 23-ème Conférence des nations unies sur le climat de Bonn (6-17 novembre), ont réitéré lundi leur engagement à contribuer activement à la mise en oeuvre de l’Accord de Paris sur le climat.

Lors d’une réunion de coordination de leur action, ouverte au Pavillon marocain par la Secrétaire d’Etat chargée du Développement durable, Mme Nezha El Ouafi et le président sortant de la COP22 Salaheddine Mezouar, les élus qui représentent différentes régions du Maroc se sont dits déterminés, en tant qu’acteur clé au niveau local, à appuyer les efforts pour inclure la question climatique dans les plans d’action régionaux et territoriaux.

Le maire de Casablanca Abdelaziz El Omari a souligné le rôle de l’institution législative en tant que force de plaidoyer, tout en insistant sur l’importance de coordonner les efforts de toutes les parties prenantes, aux côtés de l’Etat, élus, société civile, secteur privé, instituts de recherche etc.

Il a rappelé que le Maroc a contribué à la préparation de cette session de la conférence onusienne à travers la tenue à Rabat en octobre dernier, de la Réunion parlementaire consultative africaine sous le thème : « Le climat et le développement durable, des accords à la mise en œuvre : le point de vue des parlementaires africains ». Cette réunion qui avait pour objectif d’ouvrir des consultations nécessaires pour l’avant-Bonn-COP23, a été sanctionnée par la « Déclaration de Rabat », avec des conclusions que les parlements africains considèrent impérativement liées à toute action qui se veut efficace en matière de mise en œuvre de l’Accord de Paris et qu’ils souhaitent enrichir lors de la réunion de Bonn.

Le document, qui sera présenté à la présidence fidjienne de la COP23, insiste sur le rôle des parlements africains pour harmoniser les textes avec les engagements Accord de Paris et le contrôle de l’action législative en la matière.

Ouvrant la rencontre de coordination de l’action des élus, la Secrétaire d’Etat chargée du Développement durable, Mme Nezha El Ouafi a souligné l’importance de cette rencontre qui conforte le succès de la COP22 qui a eu le mérite d’élargir les négociations pour intégrer les différents acteurs, étatiques et non étatiques, en particulier à travers le « Partenariat de Marrakech pour l’Action Globale pour le Climat », pour la concrétisation des Objectifs de l’Accord de Paris.

Les pays sont appelés à mettre en œuvre leurs contributions déterminées au niveau national et les acteurs non étatiques, en particulier les élus locaux, qui ont un rôle clé pour parvenir à une plateforme collective, a-t-elle relevé.

D’où la nécessité, a-t-elle dit, de renforcer les capacités des maires et élus pour qu’ils puissent s’approprier la question du changement climatique, et en faire un sujet de plaidoyer parlementaire, d’autant plus qu’ils sont les plus poches des préoccupations de la population et ont le pouvoir de décision au niveau local mais aussi la capacité de mobiliser des fonds.

Même son de cloche auprès du président de la COP22, Salaheddine Mezouar qui considère que les territoires ont un rôle majeur à jouer dans l’action climat, au même titre que l’Etat et les autres acteurs non étatiques, ONG, universités, secteur privé etc.

« Il faut travailler ensemble avec détermination : agir, influer, se connecter, structurer nos démarches pour la mobilisation de fonds », a-t-il plaidé.

Intervenant plus tôt dans la journée lors d’une réunion de haut niveau axée sur l’action climatique globale, M. Mezouar s’était félicité de l’enthousiasme généré par le « Partenariat de Marrakech pour l’Action Globale pour le Climat » auprès des différents acteurs, étatiques et non étatiques, déterminés à agir d’urgence pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

Ce partenariat, issu de la COP22 de Marrakech, vise à accélérer l’action climatique pour la période 2017-2020 et permet de rassembler les acteurs étatiques et non-étatiques engagés dans l’action climat au sein d’une même plateforme, avec l’objectif de partager les succès, les leçons et les meilleures pratiques.

Envoyés spéciaux.

Voir Aussi