ActualitésCOP23: Soutien mondial à la résilience climatique des pays en développement

Actualités

Logo-cop23-MAP-ECO-1
14 Nov

COP23: Soutien mondial à la résilience climatique des pays en développement

Bonn – Un partenariat mondial a été lancé mardi à Bonn, en marge de la Conférence de l’ONU sur le climat (COP 23), pour fournir une assurance à des centaines de millions de personnes vulnérables et accroître la résilience des pays en développement face au changement climatique.

Cette initiative est une version élargie du concept InsuResilience lancée par le G7 en 2015 sous la présidence allemande. D’ici 2020, il fournira une assurance à 400 millions de personnes vulnérables supplémentaires dans les pays du Sud.

Elle réunit désormais les pays du G20 en partenariat avec les pays du V20, un groupe de 49 pays les plus vulnérables, y compris des petites îles comme Fidji qui assure la présidence de la COP 23.

En 2017, les événements météorologiques extrêmes ont causé plus de 200 milliards de dollars de dégâts dans le monde entier, les ouragans, les sécheresses et la montée du niveau de la mer ayant ravagé des communautés vulnérables avec une fréquence et une intensité accrues. Face à des coûts financiers en forte hausse, de nouvelles formes de protection financière sont devenues de plus en plus urgentes.

« Le Partenariat mondial est une réponse pratique aux besoins de ceux qui subissent des pertes à cause du changement climatique », a déclaré le président de la conférence et Premier ministre fidjien, Frank Bainimarama.

Son lancement intervient à la veille du segment de haut niveau de la COP 23, auquel prendront part chefs d’État et de gouvernement, ministres ainsi que le chef de l’ONU, António Guterres.

Thomas Silberhorn, un haut responsable du ministère allemand de la coopération économique et du développement, a annoncé une contribution de 125 millions de dollars au nouveau partenariat dans le cadre du lancement d’aujourd’hui. Cela fait suite à l’engagement de 30 millions de livres sterling pris par le gouvernement britannique en juillet dernier.

« L’assurance contre les risques climatiques est une réponse au fait que les événements météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus graves et menaçante. C’est aussi une réponse au fait que la communauté internationale et les pays touchés ont tendance à agir après ces incidents et à intervenir trop tardivement et de manière insuffisante », a déclaré M. Silberhorn lors d’un point de presse.

Voir Aussi