ActualitésCOP24: Investir dans des solutions environnementales dans le secteur des transports publics…

Actualités

epa07207738 Guests arrive at the 'Spodek' multipurpose arena complex prior to the COP24 summit in Katowice, Poland, 04 December 2018. The COP (Conference of the Parties) summit is the highest body of the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCC). Expected at the meeting are close to 30,000 delegates from all over the world, including government leaders and ministers responsible for environmental policy.  EPA-EFE/ANDRZEJ GRYGIEL POLAND OUT
07 Déc

COP24: Investir dans des solutions environnementales dans le secteur des transports publics réduirait de 30 pc la pollution (Experts)

Katowice – Encourager les investissements dans le secteur des transports publics en privilégiant les solutions environnementales réduirait de 30 pc la pollution dans les villes, ont affirmé, vendredi à Katowice, des experts pour l’environnement en marge des travaux de la 24ème conférence Mondiale sur le climat (COP24).

Intervenant lors de la journée « Transport » qui se tient à l’occasion de la COP24, ils ont observé que le recours aux moyens environnementaux pour réhabiliter les transports publics s’avère une priorité afin de réduire la pollution de l’air et pourrait coûter environ 12 pc aux budgets locaux pendant au moins 8 ans, précisant que le non recours à des moyens de transport polluants réduira la pollution et les émissions de gaz nocifs d’environ 45 pc dans les villes moyennes et d’environ 30 pc dans les grandes villes.

Selon ces experts, la réhabilitation des transports en commun revêt une priorité plus que la création d’espaces verts dont parfois « le rôle est souvent plus décoratif que de contribuer à la lutte contre la pollution », soulignant que les responsables de nombreuses villes accordent de l’importance davantage à l’esthétique de la cité, plutôt qu’au problème que vit la communauté urbaine à savoir la pollution dans toutes ses formes.

« Bon nombre des grandes villes mondiales ont décidé de fermer le centre-ville face au trafic de voitures particulières ou d’imposer des taxes pour se déplacer dans les villes, ce qui constitue un pas positif et devra réduire le niveau de pollution », ont-ils relevé, soulignant la nécessité d’accorder la priorité à l’utilisation de l’énergie non polluante » dans les transports en commun.

Dans le même ordre d’idées, les experts ont souligné que le secteur industriel, en tant que pollueur de l’environnement, devrait également concerner les transports en commun dans les zones urbaines, d’autant plus que « nous avons appris que les problèmes de ce secteur deviennent, de plus en plus complexes, en particulier dans les pays pauvres », ajoutant que les villes concernées doivent rester en phase avec le temps, en ce qui concerne la technologie des transports, la solution passant par des moyens respectueux de l’environnement. Ils ont à ce propos, plaidé en faveur de la mobilisation de ressources financières substantielles pour développer des moyens de transports non polluants.

Ils ont appelé également la communauté internationale à prendre rapidement des mesures pour adopter les projets de « transport durable » avant qu’il ne soit trop tard, pour éviter aux populations des dommages considérables.

Les travaux de la 24eme conférence des parties signataires de la Convention-cadre de l’ONU sur le changement climatique, prendront fin le 14 décembre à Katowice, chef lieu de la région de la Silésie (Sud de la Pologne).

Voir Aussi