ActualitésDanemark: signature d’un accord avec le Forum économique mondial pour la réalisation des objectifs…

Actualités

ENVIRONMENT
23 Oct

Danemark: signature d’un accord avec le Forum économique mondial pour la réalisation des objectifs de l’ONU en matière de lutte contre le changement climatique

Copenhague – Le gouvernement danois a signé lundi un accord avec le Forum économique mondial afin de soutenir la transition vers une économie circulaire mondiale et de réaliser les objectifs de l’ONU en matière de lutte contre le changement climatique.

L’accord permettra aux secteurs public et privé danois de travailler en étroite collaboration avec la Plateforme pour l’accélération de l’économie circulaire (PACE), une organisation qui vise à permettre la coopération entre entités privées et publiques afin de créer des boucles de production durables et plus vertes.

« Grâce à cet accord, nous avons accès à des réseaux et à des connaissances qui renforceront nos efforts pour promouvoir une économie circulaire ici et dans les pays en développement », a déclaré la ministre au Développement de la coopération, Ulla Tørnæs.

Une économie circulaire est une nouvelle théorie orientée vers l’avenir pour la structuration de la production, dans laquelle les déchets sont minimisés et la dépendance vis-à-vis des ressources non renouvelables diminuée. Elle vise à redéfinir la croissance en mettant l’accent sur les avantages sociaux et sociétaux de l’activité économique.

Théoriquement, dans une économie parfaitement circulaire, l’activité économique est régénératrice de revenus et les entreprises compensent leur défaillance du marché par le recyclage et l’utilisation d’énergie verte.

« La transition vers une économie circulaire nécessite un leadership et une coopération entre le secteur public et le secteur privé », a déclaré Antoina Gwael, coordinatrice à l’APCE.

« Nous devons montrer que la transition vers une économie circulaire globale est possible. C’est l’objectif principal de PACE et nous sommes heureux de travailler avec le Danemark et l’initiative P4G pour en faire une réalité », a-t-elle ajouté.

Le sommet de Copenhague de P4G, une réunion visant à promouvoir la coopération et à améliorer les réseaux internationaux entre les secteurs privé et public, s’est tenu les 19 et 20 octobre.

L’un des principaux thèmes du sommet P4G était la promotion de l’économie circulaire et de son importance pour ralentir le changement climatique.

Le changement climatique est l’une des principales menaces à la prospérité économique, et le sommet a souligné l’importance d’agir pour créer une économie verte dans laquelle la pollution est minimisée et le recyclage amélioré.

.- Le gouvernement danois a accepté d’investir 7 millions de couronnes supplémentaires dans la coopération actuelle entre le Danemark et l’Éthiopie, contribuant ainsi au développement et à la modernisation du secteur des énergies renouvelables du pays de l’Afrique de l’Est.

L’accord va maintenant s’étendre jusqu’à la fin de 2020.

Le projet d’accélération de la production d’énergie éolienne en Éthiopie a débuté en 2017 et a permis à l’Éthiopie d’accéder à davantage d’investissements directs des secteurs public et privé danois, tout en fournissant directement des conseils techniques aux responsables éthiopiens.

« Je suis ravie que nous ayons eu l’opportunité d’étendre la coopération jusqu’en 2020. L’accord ouvre des investissements privés sur le marché de la conversion verte de l’Éthiopie, reflétant l’objectif du P4G consistant à développer des relations public-privé dans la poursuite des objectifs de développement des Nations Unies », a déclaré la ministre du Développement de la coopération, Ulla Tørnæs.

L’Éthiopie était un participant de premier plan au sommet P4G de Copenhague de la semaine dernière, qui visait à promouvoir l’économie verte et à développer la collaboration internationale public-public. L’investissement est un autre moyen pour le gouvernement danois de soutenir les économies circulaires.

« Je suis très heureux de l’accord d’aujourd’hui, qui étend notre coopération avec le gouvernement danois, tout en nous aidant à élargir l’intégration des ressources renouvelables, en particulier l’énergie éolienne, dans nos infrastructures énergétiques. Le programme continuera à soutenir le développement local en vue d’une économie verte à 100% basée sur l’énergie durable », s’est félicité le ministre éthiopien de l’Eau et de l’Énergie, Alemayehu Tegenu.

L’Éthiopie a accès à la fois à l’énergie éolienne et hydraulique, des domaines dans lesquels les entreprises danoises sont des leaders.

En plus de contribuer à la lutte contre le changement climatique, l’accord devrait profiter aux exportations danoises en montrant l’efficacité des technologies danoises.

.- Le géant énergétique danois Ørsted et le groupe canadien NaiKun Wind Energy ne participeront plus au développement du projet éolien offshore Haida Energy Field au large de la Colombie britannique.

Les parties ont décidé de ne pas poursuivre conjointement le projet dans le détroit d’Hécate et mettront donc fin à toute discussion de partenariat en la matière.

Thomas Brostrom, président d’Ørsted Amérique du Nord, a expliqué que le projet avait progressé depuis l’adhésion de la société danoise il y a un an, mais qu’il est toujours en phase de développement, alors que le marché est moins mature que dans d’autres marchés, comme celui de la côte orientale des États-Unis.

Le parc éolien proposé devrait s’étendre sur une superficie de 550 km2 entre les îles Haisa Gwaii et Prince Rupert, sur le continent britannique.

NaiKun indique sur le site Web du projet que toutes les autorisations réglementaires requises, aux niveaux provincial et national, sont en place pour un complexe de 400 MW.

Selon un communiqué publié par le développeur canadien, il est actuellement en pourparlers avec d’autres partenaires potentiels connaissant bien la ressource éolienne et le développement de ce projet, ainsi que de ses progrès au cours de l’année écoulée.

« Compte tenu du développement industriel sur la côte nord de la Colombie-Britannique et de la demande et du soutien croissants en matière d’énergie renouvelable, il existe des raisons impérieuses pour que le projet passe au stade de développement », a affirmé Michael O’Connor, PDG de NaiKun.

Ørsted a signé une lettre d’intention avec NaiKun en septembre 2017, lui conférant le droit exclusif de négocier un accord de développement commun pour le projet offshore et explorant la possibilité de former un partenariat à long terme avec NaiKun.

Suite à sa décision de se retirer, l’opérateur danois a affirmé qu’il se concentrerait sur l’expansion de son portefeuille américain, mais continuerait d’explorer les possibilités sur le marché canadien.

.- Le fabricant danois des éoliennes Vestas a annoncé, la semaine dernière, avoir passé avec son partenaire mondial Enel Green Power une commande de turbines V136-4,2 MW, d’une puissance de 294 MW, livrées en mode optimisé en énergie de 4,2 MW, pour deux projets en Afrique du Sud.

Les deux parcs éoliens, Karusa et Soetwater, sont tous deux situés dans le Cap occidental, en Afrique du Sud, et comporteront 35 turbines d’une hauteur de moyeu de 82 mètres chacune.

Les projets consistent en 147 MW chacun et font leurs débuts avec les V136-4,2 MW sur le marché sud-africain. Les turbines comporteront les plus gros diamètres de rotor Vestas en Afrique à ce jour.

Utilisant le mode optimisé pour une puissance de 4,2 MW pour les conditions de vent moyen des sites, le V136-4,2 MW augmentera les performances et la production annuelle d’énergie.

Dans le cadre de l’exécution des projets, Vestas créera des emplois locaux dans le secteur de l’énergie éolienne, répondant aux exigences locales de développement des compétences et d’initiatives de développement socio-économique.

« Nous sommes très déterminés à faire une différence en Afrique du Sud et à contribuer à renforcer la croissance socio-économique et le développement durable de l’éducation », a déclaré Nils de Baar, président de Vestas pour l’Europe centrale et septentrionale.

« Nous le faisons en achetant des tours produites localement, en passant des contrats avec des entreprises de transport locales et en soutenant des programmes d’écoles communautaires par notre propre initiative, le Vestas Empowerment Trust », a-t-il ajouté.

Client à long terme de la société Vestas, Enel Green Power est un développeur et gestionnaire mondial d’activités de production d’énergie à partir de sources renouvelables qui vise à soutenir la protection de l’environnement tout au long des différentes phases de développement, de construction et de gestion de leurs installations, en réduisant les impacts et en développant les infrastructures selon le principe de l’économie circulaire.

Le contrat comprend la fourniture, l’installation et la mise en service des éoliennes, ainsi qu’un contrat de service d’une durée de 5 ans. La livraison et l’installation des turbines sont prévues pour le second semestre de 2020.

Voir Aussi