ActualitésDes dirigeants réunis à Vienne pour plaider en faveur d’une sortie rapide des énergies fossiles

Actualités

pollution copier
15 Mai

Des dirigeants réunis à Vienne pour plaider en faveur d’une sortie rapide des énergies fossiles

Vienne – L’ex-gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, a mis en garde mardi à Vienne contre les effets dévastateurs de la pollution de l’air qui fait, selon lui, plus de victimes que le Sida et la Tuberculose.

Le président-fondateur de l’ONG R20 Regions of Climate Action, de retour dans son pays natal pour intervenir lors d’un sommet sur l’environnement organisé au siège de la présidence autrichienne, a cité à l’appui les conclusions de l’étude publiée début mai par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), révélant que les niveaux de pollution de l’air restent dangereusement élevés dans de nombreuses parties du monde et que 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air ambiant (extérieur) et à l’intérieur des habitations. Un chiffre préoccupant, a-t-il noté avant d’assurer sur un ton optimiste en disant que la sortie des énergies fossiles est un objectif atteignable.

La même étude montre que plus de 90 % des décès dus à la pollution de l’air se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, principalement en Asie et en Afrique, suivis des pays à revenu faible ou intermédiaire des Régions de la Méditerranée orientale, de l’Europe et des Amériques, a-t-il rappelé.

A son tour, le Chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a plaidé pour une  »croissance durable » avant de souligner son engagement en faveur de la protection de l’environnement comme cela est inscrit dans le programme de son gouvernement aux affaires depuis le 18 décembre dernier.

Un programme qui prévoit plusieurs mesures, entre autres, produire 100 pc d’électricité renouvelable d’ici 2030 contre environ 33 pc actuellement, maintenir l’interdiction des centrales nucléaires, définir une stratégie de décarbonisation pour sortir, à long terme, des énergies fossiles et, enfin, mettre en place un plan d’action pour sortir du glyphosate, l’un des herbicides les plus utilisés dans l’agriculture dans le monde et qui pourrait être cancérogène, selon l’OMS.

De même, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en avant la portée des 17 objectifs de développement durable (ODD) qui tiennent compte équitablement des dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable et intègrent pour la première fois l’éradication de la pauvreté et le développement durable dans un dispositif commun.

Les ODD doivent être atteints par tous les États membres de l’ONU d’ici à 2030. Cela signifie que tous les pays sont appelés à relever conjointement les défis urgents de la planète. Des mesures incitatives doivent en outre être mises en place pour que les acteurs non étatiques contribuent davantage au développement durable.

 »Chaque jour, je suis confronté aux problèmes et conflits dans le monde mais aucun n’est aussi préoccupant et grand que le changement climatique ».

Pour sa part, le président autrichien, Alexander Van der Bellen, ancien leader des écologistes autrichiens, a appelé à la mise en œuvre des objectifs inscrits dans l’accord de Paris issu de la COP21, estimant que l’abandon des énergies fossiles en faveur des énergies non polluantes constituerait une véritable révolution dans le monde.

 »Il faut faire quelque chose et vite pour stopper le dérèglement climatique », a-t-il plaidé.

Au cours de son mandat en tant que gouverneur de l’État de Californie de 2003 à janvier 2011, Arnold Schwarzenegger était responsable de la signature d’une loi révolutionnaire qui traduisait le Protocole de Kyoto en droit californien. Cette initiative et d’autres ont conduit le président Obama à demander au gouverneur Schwarzenegger d’obtenir des engagements similaires de trente autres États américains.

En décembre 2009, après avoir évalué l’échec de la COP15 à s’entendre sur les moyens pratiques de limiter les émissions de carbone, le gouverneur Schwarzenegger, avec le soutien de l’ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon, a décidé de créer une nouvelle coalition. Il a rencontré plusieurs chefs de régions dont le gouverneur Uduaghan de l’État du Delta (Nigeria), le président Charet de la province de Québec (Canada), le président Huchon et la vice-présidente Michèle Sabban de la Région Ile de France et 17 autres représentants d’autres régions qui ont tous décidé de créer R20 Regions of Climate Action.

En septembre 2010, Schwarzenegger a organisé le troisième sommet mondial des gouverneurs sur le climat à Sacramento et a lancé la Charte R20, signée par des représentants des régions, des gouvernements nationaux, des ONG, des fondations, des entreprises privées et des institutions financières. En septembre 2011, la première Assemblée générale constitutive du R20 a marqué la création officielle de l’ONG.

Aujourd’hui, le R20 se compose de l’Association R20 des Régions de l’Action pour le Climat et de la Fondation R20, qui fonctionnent comme deux entités complémentaires. Le premier assure les tâches opérationnelles quotidiennes et le second gère les décisions d’investissement importantes.

Voir Aussi