ActualitésÉmissions CO2 : Les mangroves s’avèrent être de puissantes alliées (Étude)

Actualités

Brésil
18 Oct

Émissions CO2 : Les mangroves s’avèrent être de puissantes alliées (Étude)

Canberra -En matière de réduction des émissions de CO2, les mangroves s’avèrent être de puissantes alliées.

Dans une étude parue cette semaine, des chercheurs viennent encore d’en apporter la preuve en Australie, où survivent les plus importants écosystèmes côtiers au monde.

Jamais aucun Etat n’avait publié estimation si précise de ses puits naturels de « carbone bleu », concept désignant la capacité d’absorber le CO2 de certains écosystèmes côtiers comme les mangroves, ces sublimes forêts littorales prenant racine dans des substrats vaseux.

Pour la première fois, plus de quarante chercheurs ont mesuré la contribution carbone desdits écosystèmes côtiers en Australie, kyrielles de chiffres à l’appui.

Ces derniers stockent ainsi 5 à 11% du CO2 emprisonné dans l’ensemble des mangroves, des marais littoraux et des herbiers marins du globe, écrivent-ils dans leur étude – « Les écosystèmes côtiers australiens, lieux-clés pour l’atténuation du changement climatique » – parue ce mercredi dans la revue Nature Communications.

« Lorsque ces écosystèmes sont endommagés par les tempêtes, les vagues de chaleur, le dragage, l’acidification, la perte d’oxygène, l’intrusion de salinité, l’élévation du niveau de la mer ou tout autre développement humain (autant de menacées identifiées par les experts du Giec dans leur dernier rapport paru fin septembre, ndlr), le dioxyde de carbone stocké dans leur biomasse et leurs sols peuvent être réintroduits dans l’environnement, aggravant ainsi le changement climatique », a expliqué Oscar Serrano, du Centre de recherche sur les écosystèmes marins de l’Université australienne Edith Cowan (à Perth) et co-auteur de la publication.

Voir Aussi