ActualitésEPA envisage de modifier sa méthode de calcul des risques pour la santé liés à la pollution de l’air

Actualités

epa07365942 Heavy smog shrouds the city skyline in Bangkok, Thailand, 13 February 2019. Fine particulate matter (PM2.5), which can cause serious health issues, remains at unhealthy levels in Thailand's capital, according to the Pollution Control Department.  EPA-EFE/DIEGO AZUBEL
21 Mai

EPA envisage de modifier sa méthode de calcul des risques pour la santé liés à la pollution de l’air

Washington – L’Agence de protection de l’environnement (EPA) envisage de modifier sa méthode de calcul des risques pour la santé liés à la pollution de l’air, ce qui faciliterait l’invalidation d’une règle clé en matière de changement climatique. Ce changement permettra à l’agence fédérale de calculer un nombre bien moins important de décès dus à la pollution, rapporte mardi le New York Times.

L’EPA avait initialement estimé que l’élimination d’une réglementation datant de l’ère Obama, le Plan pour l’énergie propre (Clean Power Plan), et son remplacement par une nouvelle mesure auraient entraîné 1.400 décès supplémentaires prématurés par an. Le nouveau modèle analytique réduirait considérablement ce nombre et serait très probablement utilisé par l’administration Trump pour défendre de nouvelles mesures de régression des règles relatives à la pollution de l’air s’il était officiellement adopté.

Le changement proposé est le dernier exemple de la politique l’administration Trump qui révise à la baisse les estimations des dommages environnementaux causés par la pollution dans ses réglementations. Dans ce cas, la méthodologie proposée suppose que rendre l’air plus pur n’est pas plus bénéfique pour la santé que ce qu’exige la loi.

L’EPA est censée démontrer que la société tirera plus d’avantages que de coûts des modifications réglementaires majeures proposées. Selon les experts, bien que les avantages apparaissent sur le papier dans ce cas, les changements voulus ignorent en réalité les dangers potentiels pour la santé publique.

Voir Aussi