ActualitésÉtats associés au Protocole de Göteborg adoptent de nouvelles exigences dans la réduction des…

Actualités

Les émissions
18 Nov

États associés au Protocole de Göteborg adoptent de nouvelles exigences dans la réduction des émissions de pollution

Oslo- La Norvège et les autres États associés au Protocole de Göteborg se sont mis d’accord sur de nouvelles exigences en matière de réduction des émissions de pollution atmosphérique à partir de 2020.

Le gouvernement norvégien a accepté vendredi les nouvelles exigences.

Le Protocole de Göteborg et les protocoles antérieurs à la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance sont des accords importants pour la Norvège, l’un des initiateurs de la convention.

« La coopération internationale est absolument nécessaire pour assurer un bon environnement et mieux prendre soin de la nature. Pour la Norvège, les accords prévoient principalement des quantités moindres de précipitations acides, mais également d’autres sources de polluants atmosphériques », a déclaré le ministre norvégien du Climat et de l’Environnement, Ola Elvestuen.

La Norvège a déjà réduit les émissions de soufre, de NOx et de particules conformément aux nouvelles obligations qui seront appliquées à partir de 2020. Les mesures et les instruments importants sont les nouvelles technologies de l’industrie et les exigences en matière de réduction de la teneur en soufre des huiles.

L’accord sur les émissions de NOx avec les organisations du secteur et les mesures relevant du Fonds pour les émissions de NOx, notamment sur les navires, ont également joué un rôle important.

La Norvège a introduit des exigences plus strictes en matière d’émissions pour les véhicules. De plus, de gros efforts ont été déployés pour réduire les vapeurs de pétrole en chargeant du pétrole brut grâce au développement et à l’utilisation de technologies de collecte de la vapeur.

« La Norvège a déployé des efforts considérables pour réduire les émissions de polluants dans l’air conformément aux accords internationaux. Nous avons encore du travail à faire pour réduire les émissions d’ammoniac dans l’agriculture, suivi dans les zones de peuplement agricoles par la mise en œuvre de mesures visant à améliorer la gestion des engrais. Nous suivrons également de près l’évolution des émissions provenant, entre autres, des solvants et de la vapeur provenant du pétrole brut », a assuré Ola Elvestuen.

Les obligations du Protocole de Göteborg révisé sont exprimées en pourcentage de réduction des émissions annuelles totales de chaque partie par rapport aux émissions de l’année de base 2005. La Norvège a pris les engagements de réduction des émissions suivants: SO2: -10%, NOx: -23%, nmVOC: 40%, ammoniac: -8% et PM2,5: -30%.

Voir Aussi