ActualitésLes États du nord de l’Inde invités à définir des règles de gestion des déchets solides

Actualités

21 Sep

Les États du nord de l’Inde invités à définir des règles de gestion des déchets solides

Jakarta –  Les États du nord de l’Inde ont été invités mercredi à définir des règles de gestion des déchets solides pour l’année prochaine, a indiqué un responsable du gouvernement indien.

Lors de la première réunion du comité de suivi de la région nord, des questions relatives à la formulation de la politique dans chaque État, à la stratégie de mise en œuvre et à la mise en place des règles pour la gestion des déchets ont été discutées, indique un communiqué.

L’objectif de la réunion était de préparer la politique de collecte et de séparation à la source des déchets avant leur transport vers les unités de traitement.

Le Tribunal vert national surveille la mise en œuvre des dispositions des règles de gestion des déchets solides par l’intermédiaire de cinq comités de surveillance régionaux répartis dans tout le pays.

 

Voici le bulletin de l’écologie de l’Asie-Océanie pour la journée du vendredi 21 septembre 2018:

 

Indonésie-huile de palme

Le Forum indonésien pour l’environnement (Walhi) a salué dans un communiqué la décision du président Widodo relative à la mise en place d’un nouveau moratoire de trois ans sur le développement de toute nouvelle plantation de palmiers à huile, précisant que cette signature constitue « un premier pas positif pour une nouvelle gestion des ressources naturelles, particulièrement dans le secteur de l’huile de palme », ajoutant toutefois qu’idéalement, il faudrait que le moratoire soit de 25 ans.

L’idée d’un tel moratoire avait été avancée en 2015, après que des incendies avaient placé toute une partie de l’Asie du Sud-Est sous un épais brouillard toxique.

La décision indonésienne survient alors que le pays bataille aux côtés de la Malaisie contre le souhait du Parlement européen d’interdire l’utilisation de l’huile de palme dans les agrocarburants à partir de 2030.

Chine-technologie

Un système de surveillance des conditions climatiques par satellite développé par des chercheurs chinois a été livré à la Mongolie. Le système d’observation de la sécheresse, connu sous le nom de DroughtWatch-Mongolia, vise à offrir une vaste gamme d’informations en temps réel sur la sécheresse aux départements de prévention et de lutte contre les catastrophes de la Mongolie.

DroughtWatch, qui est un système mondial de surveillance de la sécheresse à multiples satellites et à multiples échelles assure un service continu depuis plus de 20 ans. Il est devenu le mécanisme idéal pour surveiller la sécheresse recommandé par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie et le Pacifique.

Le système DroughtWatch-Mongolia couvre de multiples zones et fournit des rapports à multi-indices. Il surmonte le problème d’inexactitude dans la description de l’occurrence et de la situation de sécheresse avec un seul indice, selon son développeur, l’Institut de recherche des informations aérospatiales de l’Académie des sciences de Chine.

 

Vietnam-Biodiversité

 

L’ONG de défense de l’environnement, GreenViet et le Centre de conservation de la biodiversité de la ville de Da Nang (Centre) ont mis en chantier le Centre d’éducation de la nature Son Tra pour permettre aux étudiants et élèves d’explorer et d’étudier la biodiversité de la région.

Le centre, qui sera construit grâce à un investissement de 53.000 dollars émanant de donateurs, permettra aux étudiants et élèves de Da Nang d’explorer la faune et la flore de la Réserve naturelle de Son Tra, notamment les espèces en voie de disparition, et les sensibilisera aux efforts de protection de l’environnement.

Le centre, situé à six kilomètres de la réserve, ouvrira son site d’apprentissage et commencera à organiser des excursions sur le terrain dans la jungle plus tard cette année.

Le centre prévoit d’organiser des week-ends dans la jungle de Son Tra pour les enfants. Il accueillera au moins 10.000 visiteurs par an.

 

Voir Aussi