ActualitésEurope : Entrée en vigueur du traité mondial visant à réduire l’exposition au mercure

Actualités

19 Mai

Europe : Entrée en vigueur du traité mondial visant à réduire l’exposition au mercure

Bruxelles – L’Union européenne a annoncé avoir déclenché, jeudi au siège des Nations unies à New York, l’entrée en vigueur du traité mondial visant à réduire l’exposition au mercure.

La ratification de la convention de Minamata sur le mercure ‘’confirme le rôle de premier plan que joue l’Europe en faveur de la protection de la santé publique et de l’environnement dans le monde’’, indique la Commission européenne.

À l’initiative de l’UE, le nouveau traité mondial sur le mercure, intitulé ‘’convention de Minamata sur le mercure’’, a été négocié et adopté en 2013. L’UE dispose d’une des politiques les plus ambitieuses en matière de protection contre le mercure. Toutefois, comme 40 à 80pc du mercure accumulé en Europe proviennent d’émissions dont la source est ailleurs dans le monde, il convient, selon l’UE, d’agir avec détermination au niveau international pour protéger la santé des citoyens.

*-*-*-*-*-*.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Europe occidentale pour la journée du vendredi :.

.- Paris- Le nouveau ministre français de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a indiqué jeudi soir sur France 2, que la centrale nucléaire de Fessenheim (nord-est), fermerait après concertation, conformément au dernier acte politique de Ségolène Royal. ‘’Les choses ne peuvent pas se dicter comme ça. En 2025, la part du nucléaire doit être de 50 pc’’, a-t-il précisé.

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait annoncé que la centrale fermerait avant la fin du quinquennat s’il était élu.

‘’Oui, ce sera fermé. Il faut arrêter les marches avant et les reculs sur ce sujet-là. Là-dessus, il ne faut pas reculer’’, avait-il insisté au début du mois d’avril.

En 2012, alors qu’il n’était pas encore élu président, François Hollande avait promis que la centrale de Fessenheim fermerait s’il était élu.

Par ailleurs, le ministre a estimé qu’il existait des ‘’alternatives’’ au projet controversé d’aéroport de Notre-Dames-des-Landes, auquel il était opposé avant sa nomination dans le gouvernement d’Edouard Philippe.

‘’On va sortir de la confrontation et on va rentrer dans la consultation et la coopération, sur ce sujet et sur beaucoup d’autres’’, a-t-il déclaré pour sa première intervention publique depuis sa nomination mercredi au gouvernement.

*-*-*-*-*-*.

.- Un écoquartier aux fortes ambitions environnementales est en cours de réalisation à Paris. Il sera achevé en 2020, selon la société publique locale Paris Batignolles Aménagement, qui porte le projet.

Situé dans le 17e arrondissement de la capitale française Clichy-Batignolles est un projet ambitieux qui va accueillir 7.500 habitants. La Ville de Paris a voulu faire de Clichy-Batignolles un modèle de développement urbain durable, concrétisant notamment dans ce projet ses ambitions en matière de biodiversité, de mixité fonctionnelle et sociale, de sobriété énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Aménagé sur 54 hectares, ce projet est partie prenante du vaste territoire de rénovation urbaine de l’Arc de l’Innovation et s’inscrit pleinement dans les objectifs du Plan Climat Énergie territorial de Paris.

Il combine production de chaleur, eau de secours et fontaine publique : la fonctionnalité principale des puits reste la sécurisation de l’alimentation en eau de secours en cas de pénurie.

La fonctionnalité secondaire est celle de fournir de l’énergie à partir d’un doublet géothermique pour produire localement la chaleur de ce quartier.

*-*-*-*-*-*.

.- Genève – La première ferme solaire au monde dans un camp de réfugiés a démarré cette semaine dans le nord de la Jordanie, fournissant de l’énergie renouvelable à 20.000 Syriens vivant dans le camp d’Azraq, a annoncé le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR).

La centrale solaire photovoltaïque de 2 mégawatts permet à tous les résidents du camp d’avoir une vie plus digne et plus juste, a indiqué jeudi la Haut-commissaire adjointe pour les réfugiés (HCR), Kelly Clements, citée dans un communiqué.

‘’L’éclairage du camp n’est pas seulement un succès symbolique, il offre un environnement plus sûr pour tous les résidents du camp, ouvre des possibilités d’emplois et donne aux enfants la possibilité d’étudier après la tombée de la nuit’’, a-t-elle ajouté.

Le manque d’électricité était l’un des principaux défis pour le camp d’Azraq, qui a ouvert ses portes en avril 2014 et qui compte 5.000 abris.

La ferme solaire devrait économiser environ 1,5 million de dollars par an en coûts d’électricité, a relevé l’agence onusienne. Une fois qu’elle passera de 2 à 5 mégawatts, elle couvrira tous les besoins du camp de réfugiés syriens. Selon le HCR, toute électricité supplémentaire sera envoyée gratuitement pour couvrir les besoins énergétiques de la communauté hôte.

.- Une hausse de cinq à dix centimètres du niveau de la mer d’ici à 2050 pourrait doubler la fréquence des inondations côtières, en particulier sous les tropiques, indique une étude publiée par les médias suisses.

‘’Le niveau de la mer s’élève actuellement d’environ trois à quatre millimètres par an’’, un rythme qui devrait s’accélérer sous l’effet du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, soulignent les médias citant le rapport d’un groupe de chercheurs paru dans la revue Scientific Reports.

Selon la méthodologie et les scénarios d’émission de gaz à effet de serre, à l’origine du réchauffement climatique, les scientifiques prévoient une hausse de 0,3 à 2 mètres d’ici à 2100.

Jusqu’à présent, les estimations à l’échelle mondiale des inondations côtières dues à la hausse du niveau de la mer n’ont pas pris en compte l’effet des vagues, sous-estimant ainsi leur impact potentiel, relèvent les scientifiques.

Cette nouvelle étude conjugue les prévisions de hausse du niveau de la mer avec des modèles prenant en compte les vagues, les marées et la montée de l’eau pendant les tempêtes.

*-*-*-*-*-*.

.- Londres – Il y a près de 60.065 espèces d’arbres différentes dans le monde, dont 9.600 au moins sont menacées d’extinction, selon une étude britannique menée par le Botanic Gardens Conservation International (BGCI).

Avec 8.715 espèces, le Brésil est le pays qui compte la plus grande variété d’arbres sur son territoire. Viennent ensuite la Colombie, avec 5.776 espèces différentes, et l’Indonésie, avec 5.142 espèces, explique l’étude.

En revanche, en Amérique du Nord très peu d’arbres sont recensés (seulement 1.400 espèces). Au total, 58 pc des espèces sont présentes dans un seul pays, souligne le BGCI indiquant que 4.333 espèces se trouvent uniquement au Brésil, contre 2.991 à Madagascar et 2.584 en Australie.

Et d’ajouter que l’objectif principal de ce recensement est de préserver les espèces menacées. La base de données établie doit permettre d’évaluer les risques qui pèsent sur chaque espèce d’arbre.

Sur 20.000 espèces évaluées jusqu’ici, plus de 9.600 sont menacées d’extinction. Parmi elles, 300 sont en situation très critique, présentant une population de 50 arbres ou moins.

*-*-*-*-*-*.

.- Un chercheur britannique vient de réaliser une vidéo qui met en lumière l’énorme quantité de déchets laissés en orbite dans l’espace après des années de conquête spatiale.

Selon le professeur Stuart Grey de l’University College London, auteur de cette vidéo, la pollution de l’espace, qui ne cesse de s’accélérer, constitue un véritable problème environnemental à prendre en compte.

La visualisation de cette vidéo montre l’évolution du nombre de débris dans l’espace, depuis le lancement du satellite Spoutnik en 1957. Ces déchets sont constitués de morceaux de satellites entrés en collision ou de bouts de fusées qui ont dérivé une fois arrivés dans l’espace.

Pour sa part, la Royal Institution of Great Britain a mis en place un site interactif permettant de mieux comprendre l’origine de ces déchets spatiaux.

*-*-*-*-*-*.

.- Madrid – Des experts espagnols du secteur énergétique ont appelé jeudi le gouvernement à préciser ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour chaque secteur économique, en vue de mettre en place une ‘’planification claire et concertée avec la société’’ dans ce domaine.

Ces experts, qui participaient à une rencontre organisée par la Fondation Alternativas sous le thème ‘’Une transition énergétique propre est-elle possible en Espagne ?’’, ont souligné la nécessité d’ouvrir un processus de concertation avec l’ensemble de la société civile, afin de définir les objectifs en matière de réduction des émissions.

Il s’agit de tracer des stratégies adaptées à chaque secteur et mobiliser l’ensemble des intervenants pour atteindre ces objectifs, ont-ils expliqué.

.- Le Fonds mondial de la nature (WWF) a lancé jeudi une campagne visant à recueillir des signatures réclamant la création, de manière urgente, du premier parc national 100 pc marin, proposé par l’Organisme autonome des parcs nationaux (OAPN) et qui doit couvrir une zone au large de l’île d’El Hierro, dans l’archipel des Canaries.

WWF a demandé aux gouvernements central et régional et aux autorités d’El Hierro de lancer dans les meilleurs délais la procédure pour la création de cette zone, qui garantira, selon l’ONG, la conservation des richesses naturelles ‘’extraordinaires’’ du littoral de cette île.

Cette zone marine concentre une biodiversité exceptionnelle, avec la présence d’espèces endémiques uniques en Espagne, d’un grand intérêt écologique et biogéographique, a expliqué l’organisation.

*-*-*-*-*-*.

.- Lisbonne – Le gouvernement portugais est déterminé à aller de l’avant en matière de mobilité électrique afin de réduire d’environ 26 pc les émissions de carbone d’ici 2030, a déclaré jeudi le secrétaire d’État adjoint chargé de l’environnement.

‘’Les objectifs que le Portugal a fixés consistent en la réduction, d’ici 2020, de 14 pc les émissions et 26 pc en 2030 à travers des plans de mobilité durable portant essentiellement sur l’auto-partage et les véhicules à faibles émissions’’, a indiqué José Mendes.

Le responsable s’exprimait à l’ouverture à Portimao (sud) du Smart Regional Summmit qui a été marqué par la signature d’un protocole entre la Communauté Intercommunale de l’Algarve (AMAL), Turismo de Portugal, Mobie.E et l’Association des entreprises de location de voitures sans conducteur, visant la promotion de la mobilité électrique et le tourisme durable dans la région de l’Algarve (sud).

*-*-*-*-*-*.

.- Seulement 12 pc des Portugais déposent le reste des médicaments non utilisés dans l’endroit approprié, c’est-à-dire les pharmacies, a averti vendredi l’association environnementale Zero, notant qu’une grande partie de ces déchets peuvent finir dans des sites d’enfouissement ou les eaux usées.

Zero a tenu aussi à rappeler que le Portugal est l’un des rares pays de l’Union européenne ayant une entité de gestion responsable de la gestion de ce type de déchets.

*-*-*-*-*-*.

.- Rome – Adoptée en 2015 par le parlement italien, la loi sur le crime contre l’environnement ‘’ecoreati’’ a permis, en 2016, la saisie de 133 biens pour une valeur de près de 15 millions d’euros et de sanctionner 574 délits écologiques, soit un 1,5 en moyenne par jour, indique un rapport de Legambiente, association non-gouvernementale italienne opérant dans le domaine de l’environnement, présenté à Rome.

Le directeur général de Legambiente Stefano Ciafani, s’est félicité des résultats positifs obtenus depuis l’adoption de cette loi, estimant que ‘’l’introduction des délits écologiques dans le code pénale a été un grand acquis pour l’Italie, devenue leader en matière de lutte contre ce genre de délits. Il s’agit d’un premier anneau d’une longue chaîne ayant pour objectif de renforcer les contrôles pour protéger l’environnement, la santé et les entreprises respectant l’environnement’’.

L’Italie a inscrit en 2015, la notion de crimes contre l’environnement (‘’ecoreati’’) dans son code pénal, ce qui a été considéré comme une ‘’immense victoire’’ après près de vingt ans de bataille. La loi introduit quatre nouvelles infractions : le délit de pollution de l’environnement, le crime de catastrophe écologique, le crime de trafic ou d’abandon de substances à radioactivité élevée et le délit d’entrave aux contrôles.

Les délais de prescription ont été doublés et les peines d’emprisonnement prononcées peuvent aller jusqu’à quinze ans.

Voir Aussi