ActualitésLa Finlande deviendra le nouveau siège d’ACTRIS, l’infrastructure européenne de recherche sur les…

Actualités

TO GO WITH AFP STORY BY STANISLAW WASZAK
Hucul horses play in the wild meadows and forests near Odrzychowa in southeastern Poland on October 8, 2014. Huculs, a primitive breed of horse,  escaped total extinction due to the efforts of scientists and Polish farmers.  AFP PHOTO/JANEK SKARZYNSKI / AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI
13 Juin

La Finlande deviendra le nouveau siège d’ACTRIS, l’infrastructure européenne de recherche sur les aérosols, les nuages et les gaz à l’état de traces

.- Helsinki – La Finlande deviendra le nouveau siège d’ACTRIS, l’infrastructure européenne de recherche sur les aérosols, les nuages et les gaz à l’état de traces, a annoncé lundi l’Institut météorologique finlandais.

La décision a été prise par un organe de décision composé de ministres de 18 pays de l’Union européenne (UE).

ACTRIS est un projet collaboratif entre pays européens. L’initiative implique des chercheurs, des stations d’observation, des plateformes exploratoires, des centres d’étalonnage d’instruments et un centre de données.

La mission d’ACTRIS est d’aider à résoudre les défis tels que la mauvaise qualité de l’air, la santé, la durabilité et le changement climatique.

« Cette décision montre que nous avons une excellente capacité scientifique et administrative pour assumer la responsabilité d’un rôle de premier plan dans une mission internationale », a déclaré Juhani Damski, directeur général de l’Institut météorologique finlandais.

Les membres finlandais d’ACTRIS sont l’Université d’Helsinki, l’Université de Finlande orientale, l’Université de technologie de Tampere ainsi que l’Institut météorologique finlandais.

*************

– Copenhague – Une nouvelle usine de Danfoss, une importante société danoise de technologie de chauffage, a été mise en service récemment à Anshan, dans la province du Liaoning (nord-est de la Chine).

Avec un investissement de 170 millions de yuans (26,54 millions USD), l’usine est conçue pour apporter des technologies et des installations de chauffage avancées en Chine, au moment où le pays cherche des solutions énergétiques plus écologiques et plus efficaces.

Couvrant 100.000 mètres carrés, l’usine comprend une ligne de production qui fabrique des pièces clés des installations de chauffage, ainsi qu’un laboratoire de recherche. Sa production annuelle devrait atteindre 200 millions de yuans (31,7 millions USD).

« Le Danemark souhaite introduire une technologie et une installation de chauffage urbain de classe mondiale en Chine pour réduire les émissions de dioxyde de carbone », a déclaré le ministre danois de l’Energie, des services publics et du climat, Lars Christian Lilleholt, lors de la cérémonie de lancement.

« La Chine s’engage à améliorer la qualité de l’environnement et à construire une +belle Chine+ », a pour sa part relevé Kim Fausing, président et PDG de Danfoss.

*************************

.- Stockholm – La société suédoise de gestion du combustible nucléaire et des déchets (SKB) respectera la date limite de janvier pour soumettre de nouvelles informations à l’appui de sa demande de construction d’un dépôt permanent de déchets radioactifs et attend une décision d’ici mi-2020.

La demande de SKB pour le dépôt de déchets nucléaires, nécessaire pour remplacer une installation de stockage provisoire qu’elle utilise actuellement, a reçu un coup plus tôt cette année lorsqu’un tribunal environnemental a indiqué qu’il n’était pas sûr de la sécurité du plan proposé.

La société travaille sur des recherches supplémentaires et les soumettra avant le 7 janvier 2019, date limite fixée par le ministère suédois de l’environnement et de l’énergie, qui se prononcera à son tour sur la demande, a déclaré le porte-parole de SKB, Simon Hoff.

« Nous venons de recevoir la demande du ministère de poursuivre la demande et de soumettre les documents supplémentaires avant le 7 janvier. Nous faisons les recherches nécessaires et produirons ce dont nous avons besoin d’ici là », a-t-il dit.

Les objections de la Cour à la demande de SKB, soutenue par ailleurs par l’autorité suédoise de sûreté radiologique, étaient dues aux inquiétudes sur la capacité des capsules conçues pour contenir les déchets nucléaires à long terme.

« Après avoir remis la documentation, le ministère devrait décider de la demande d’ici le premier semestre de 2020 », a indiqué M. Hoff.

Le dépôt permanent, conçu pour stocker jusqu’à 12 000 tonnes de combustible usé provenant des centrales nucléaires suédoises, pourrait prendre 10 ans et les exploitants de centrales nucléaires du pays ont exprimé leurs préoccupations quant aux retards dans l’autorisation.

« Il est important que nous mettions en place une solution pour le stockage permanent des déchets nucléaires le plus tôt possible. Il faut accorder la priorité à l’accélération de ce processus pour éviter que le processus ne soit trop long et coûteux », a pour sa part souligné Magnus Hall, le directeur exécutif de Vattenfall, l’opérateur énergétique suédois.

Sur les huit réacteurs nucléaires suédois en activité, Vattenfall en contrôle sept. Le huitième appartient à OKG, une unité de l’allemand Uniper.

Six réacteurs de puissance et deux unités de recherche sont en cours de démantèlement en Suède, une troisième unité de recherche ayant déjà été démantelée.

.- Le coup d’envoi de la construction de Hybrit, une usine pilote unique au monde pour la production d’acier sans combustibles fossiles, sera donné, le 20 juin à Luleå en Suède, à l’initiative des sociétés SSAB, LKAB et Vattenfall.

La cérémonie de lancement sera rehaussée par la présence du Premier ministre suédois Stefan Löfven, en présence de la vice-Premier ministre Isabella Lövin, et des dirigeants des entreprises impliquées dans ce projet.

HYBRIT est une initiative conjointe des trois sociétés SSAB, LKAB et Vattenfall, dont l’objectif est de concevoir la première solution de production d’acier à base de minerai sans fossiles au monde.

Le projet a été initié au printemps 2016 avec l’objectif d’avoir un processus totalement exempt de fossiles pour la production d’acier d’ici 2035.

**************************

.- Tallinn – Enefit Energiatootmine, filiale du groupe d’énergie estonien Eesti Energia, a commencé à utiliser un plus grand volume de gaz de schiste bitumineux, formé lors du processus de production d’huile de schiste, pour la production d’énergie à la centrale Eesti située à l’extérieur de Narva.

« Grâce à l’utilisation croissante des gaz de schistes bitumineux, nous sommes en mesure d’augmenter à la fois la flexibilité et la rentabilité de la production d’électricité et de réduire les impacts environnementaux de la production d’électricité selon le principe de l’économie circulaire », a déclaré Margus Vals, membre du conseil d’administration de l’entreprise, cité dans un communiqué.

Selon M. Vals, le gaz de schiste bitumineux est un gaz à haut pouvoir calorifique formé par la production de pétrole à partir de schistes bitumineux, et il peut être utilisé pour produire de l’électricité.

« Jusqu’à présent, le gaz de schiste bitumineux était utilisé en petites quantités dans toutes les chaudières Eesti Power Plant », a-t-il expliqué.

« A partir de maintenant, nous brûlerons presque tout le gaz dans les unités de production les plus performantes: la centrale électrique Auvere et le bloc reconstruit de la centrale électrique Eesti, ce qui nous permettra de produire plus d’électricité à partir du gaz, trouvé dans les schistes bitumineux, et donc réduire l’impact environnemental de la production d’électricité », a-t-il ajouté.

Le gaz de schiste bitumineux de haute valeur calorifique peut être utilisé dans le 8ème bloc énergétique comme matière première aux côtés des schistes bitumineux jusqu’à 50%.

La solution pour augmenter la capacité d’utilisation des gaz de schistes bitumineux a été développée et installée par Sumitomo SHI FW (SFW).

« Le développement de cette solution durable unique a été un défi passionnant pour nous », a déclaré le PDG de SFW, Tomas Harju-Jeanty.

« Notre coopération avec Eesti Energia est un excellent exemple de notre engagement envers nos clients en fournissant de la valeur et en dépassant les attentes », a-t-il dit.

SFW a été le lauréat d’un marché public il y a deux ans. La société a développé des technologies de schistes bitumineux en coopération avec Eesti Energia et l’Université de Technologie de Tallinn (TTÜ) et a construit deux chaudières à lit fluidisé pour le 8ème bloc de la centrale Eesti et deux chaudières à lit fluidisé pour le 11ème bloc de la centrale de Balti.

******************

.- Vilnius – Le producteur d’engrais Achema, membre de Achemos Grupe, l’un des plus importants groupes d’entreprises en Lituanie, réduit les volumes de production et arrête une partie de ses équipements en raison des prix élevés du gaz et des bas prix des produits.

Le chef d’Achema, Ramunas Miliauskas, a indiqué que l’entreprise avait pris la décision lundi d’arrêter l’une de ses installations de production d’ammoniac.

« Nous avons maintenant une situation très défavorable : les prix mondiaux des engrais sont bas mais ceux du gaz restent très élevés. Le prix du gaz a encore augmenté par rapport à la période froide et cette situation difficile de l’usine nous pousse de prendre des mesures déterminées pour mettre la situation sous contrôle », a déclaré M. Miliauskas dans un communiqué.

Selon Achema, une partie de l’usine de production de carbamides et de l’usine de cogénération ne fonctionne pas, et d’autres unités de production réduisent également les volumes de production.

La redevance du terminal méthanier augmente les coûts de production d’Achema, a indiqué M. Miliauskas.

« Tous les producteurs d’engrais européens achètent du gaz à des prix similaires, mais Achema doit payer la redevance du terminal GNL d’environ 20 millions d’euros par an, même si elle n’utilise pas le gaz, ce qui augmente les coûts de production de l’usine sur le marché local et mondial », a-t-il déploré.

Le ministre de l’Energie, Zygimantas Vaiciunas, a déclaré la semaine dernière que la maintenance du terminal GNL devrait être environ 40 fois moins chère pour Achema, le plus grand consommateur de gaz, et d’autres consommateurs de gaz dès le milieu de l’année prochaine.

Voir Aussi