ActualitésFrance: M. François de Rugy confirme l’interdiction à terme du glyphosate

Actualités

Le président de l'Assemblée nationale française, François De Rugy.
09 Nov

France: M. François de Rugy confirme l’interdiction à terme du glyphosate

Bruxelles – Le ministre français de la transition écologique et solidaire, François de Rugy, a confirmé jeudi l’interdiction à terme du glyphosate, précisant que le plan adopté en la matière prévoit de mettre fin « sous trois ans à la majorité des usages et sous cinq ans à la totalité des usages ».

Quelque 8.800 tonnes de ce produit controversé ont été vendues en 2017 en France sur les 27.000 tonnes d’herbicides écoulées, soit près d’un tiers, a indiqué le ministre lors d’une audition devant une mission d’information de l’Assemblée Nationale sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate.

Si son usage a augmenté entre 2009 et 2014, une baisse de 7% a été relevée entre 2014 et 2017, a observé de Rugy soulignant que d’ici fin 2020, les autorisations de mise sur le marché (AMM) seront progressivement supprimées par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Il existe aujourd’hui 198 produits autorisés contenant du glyphosate, dont 58 font actuellement l’objet d’une demande de renouvellement auprès de l’Anses, a-t-il indiqué.

Le glyphosate est particulièrement utilisé en viticulture, en arboriculture et pour certaines cultures céréalières.

Si cet herbicide est efficace et bon marché, il est considéré par l’OMS comme probablement cancérigène.

+++++++

Voici le bulletin de l’écologie de l’Europe occidentale pour la journée du vendredi 09 novembre 2018:

 

Union européenne :

Le Comité économique et social européen (CESE), organe consultatif représentant la société civile européenne, a appelé jeudi l’Union européenne (UE) à consacrer 40% de son budget global pour la période 2021-2027 à la lutte contre les changements climatiques.

Dans un avis adopté à quelques semaines de la tenue de la prochaine conférence de l’ONU sur les changements climatiques (COP24) à Katowice en Pologne, le CESE souligne la nécessité d’investir l’équivalent de 1.115 milliards d’euros par an pour atteindre les objectifs européens en matière de climat à l’horizon 2030.

Le Comité recommande également de « verdir » davantage la finance et de « stopper tout encouragement à des projets préjudiciables au climat et/ou contraires à l’accord de Paris », outre la mise en place au niveau européen d’un « label vert » pour les investissements dans des projets durables.

Dans sa proposition de budget pluriannuel pour la période 2021-2027, la Commission européenne suggère de faire passer de 20 à 25% la part consacrée au climat tandis que le Parlement européen propose une part de 30%.

———————————————————

Portugal:

Le président du conseil municipal de Figueira da Foz, Joao Ataíde, a admis que le lieu choisi, proche de la ville, pour y installer un centre de traitement des déchets, ne serait pas idéal, même si la décision finale revient à l’Agence portugaise de l’environnement (APA).

Cette action nécessite l’avis d’experts dans ce domaine, mais en cas de non conformité avec les normes en vigueur, la création du centre pourrait avoir lieu dans un autre espace, a-t-il déclaré à la presse.

Le groupe parlementaire du parti des Verts avait soumis une note au parlement appelant le gouvernement, à travers le ministère de l’Environnement, à la mise en place éventuelle d’un centre intégré de récupération des déchets (CIVR) dans la municipalité de Figueira da Foz (district de Coimbra).

———————————————————

Espagne:

Des constructeurs automobiles espagnols ont souligné l’impératif de mettre en place un plan national d’aides à l’achat de véhicules neufs dits « propres », notamment 100% électriques ou hybrides.

Réunis sous la bannière de l’Association espagnole des constructeurs automobiles et camions (Anfac), ces constructeurs ont appelé les pouvoirs publics à adopter un système d’aides à l’achat de véhicules électriques ou hybrides, en vue de stimuler le marché des énergies alternatives, estimant que ce plan devrait nécessiter une enveloppe budgétaire d’au moins 300 millions d’euros pour une période de deux ans.

« Un budget de 50 millions d’euros avait été validé pour l’aide à l’achat de véhicules neufs à énergies alternatives et plus de 15 millions d’euros avaient été provisionnés pour le développement des infrastructures de charge. 2018 allant s’achever, l’idée serait de démarrer 2019 avec un plan ambitieux pour les deux exercices à venir », a souligné le président de l’Anfac, Jose-Vicente de los Mozos Obispo.

Il en va aussi de l’intérêt de l’Espagne, qui compte recevoir la production d’une dizaine de nouveaux modèles dans les mois à venir, notamment les versions hybrides rechargeables du groupe Renault, a-t-il précisé.

———————————————————

Suisse:

Au cours de l’année 2018, environ 8.500 installations de production d’électricité issue d’énergies renouvelables en Suisse ont bénéficié d’un soutien, selon un communique de l’Office fédéral de l’énergie.

« Début 2018, 15.000 installations figuraient sur la liste d’attente de la PRU (Rétribution unique pour les petites installations photovoltaïques). Durant l’année, près de 700 installations photovoltaïques par mois en moyenne ont été annoncées. D’ici la fin de l’année, la PRU sera versée à environ 6800 installations pour un total de 178 millions de francs ».

« Grâce à l’augmentation des prix de l’électricité et aux liquidités suffisantes du fonds alimenté par le supplément perçu sur le réseau, les moyens disponibles pour l’année prochaine seront plus élevés », fait savoir l’Office, notant que « les listes d’attente seront sensiblement réduites et les délais d’attente raccourcis ».

En 2019, le volume relevant des contributions d’investissement pour la petite hydraulique augmentera aussi considérablement, indique la même source.

« D’ici fin 2019, la PRU sera probablement versée à tous les exploitants d’installations ayant déposé une demande complète jusqu’au 30 juin 2018. Cela concerne quelque 13.500 installations d’une puissance d’environ 260 MW. Le délai d’attente jusqu’au versement de la PRU aux exploitants qui déposeront leur demande fin 2018 sera d’environ une année et demie. Le volume de soutien s’élève à 100 millions de francs », détaille le communiqué.

Voir Aussi