ActualitésFrance : Le plan de relance doit être plus compatible avec la neutralité carbone, recommande le HCC

Actualités

Colombie
15 Déc

France : Le plan de relance doit être plus compatible avec la neutralité carbone, recommande le HCC

Paris – Le plan de relance annoncé par le gouvernement pour faire face à la crise économique induite par la pandémie du Coronavirus, « doit être plus compatible avec la neutralité carbone », recommande, mardi, le Haut conseil français pour le climat (HCC).

Dans un rapport rendu public, le HCC, une instance consultative indépendante placée auprès du Premier ministre, a affirmé que le plan de relance constitue une occasion pour l’exécutif « de rattraper le retard pris par la France dans ses objectifs climatiques ».

Les experts du HCC, scientifiques, ingénieurs ou économistes, se sont penchés sur le plan de 100 milliards d’euros sur deux ans dévoilé en septembre, pour mesurer sa compatibilité avec les engagements de la France de réduire ses émissions de gaz à effet de serre afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Ils ont ainsi étudié les 97 mesures de ce plan, les classant entre « favorables, défavorables, ambigües ou qui s’inscrivent dans la continuité des émissions actuelles, trop élevées, de la France », selon ce rapport.

Les conclusions du HCC viennent compléter l’analyse faite par l’exécutif qui avait ventilé les mesures de son plan de relance entre « favorables » à la réduction des émissions ou « neutres ».

Le gouvernement français a fait de la transition écologique un des piliers de ce plan, avec 30 milliards d’euros consacrés au verdissement de l’économie.

Ce rapport intervient alors que la France vient de célébrer le 5ème anniversaire de l’Accord sur le climat dont l’objectif central est de renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique en maintenant l’augmentation de la température mondiale à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts pour limiter encore davantage l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius.

Il intervient concomitamment avec l’annonce du président français Emmanuel Macron de l’organisation d’un référendum pour intégrer la défense du climat et la préservation de l’environnement dans la Constitution du pays.

Le recours au référendum pour « introduire les notions de biodiversité, d’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique » dans l’article 1 de la Constitution, devra être adopté auparavant par le Parlement.

Ce recours au référendum figure parmi les 149 propositions faites par les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat.

Voir Aussi