ActualitésFrance: vote en première lecture la suppression de certaines lignes aériennes

Actualités

12 Avr

France: vote en première lecture la suppression de certaines lignes aériennes

Paris – L’Assemblée nationale a voté samedi soir en première lecture la suppression de certaines lignes aériennes intérieures, en cas d’alternatives en train de moins de 2H30.

L’Assemblée nationale a entamé fin mars dernier l’examen du projet de loi Climat, fustigé par les ONGs de défense de l’environnement pour son « manque d’ambition ».

Issue en partie des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, la loi « Climat et résilience » rendra « crédible » l’atteinte de l’objectif de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990, assure le gouvernement.

La suppression de certaines lignes aériennes intérieures est l’une des mesures emblématiques de ce projet de loi. Sont concernées, des liaisons entre Paris (Orly) et Nantes, Lyon ou Bordeaux. Toutefois, le texte prévoit des exceptions pour les trajets en correspondance.

La Convention citoyenne pour le climat avait réclamé de renoncer aux vols intérieurs en cas d’alternatives de moins de 4h en train, et non 2h30.

Mais la mesure adoptée par l’Assemblé nationale a suscité une levée de boucliers de parlementaires de différents bords, souvent élus du Sud Ouest, territoire d’implantation d’Airbus, à Toulouse, et de nombre de ses sous-traitants.

Le gouvernement par la voix du ministre délégué aux transports Jean-Baptiste Djebbari a essayé de dédramatiser le débat, soulignant « la complémentarité des modes » entre avion et train: « à chaque fois », le développement des TGV a « asséché très rapidement » les lignes aériennes concernées, a insisté le ministre.

Le projet de loi prévoit également une compensation carbone graduelle des vols intérieurs et l’interdiction de l’agrandissement des installations aéroportuaires par expropriation si elles entraînent une hausse des émissions.

Composé de 65 articles, le projet de loi Climat reflète près de la moitié des 149 propositions de la Convention citoyenne formulées en faveur du climat. Mais les associations de défense de l’environnement et une partie de la classe politique y compris au sein de la Majorité présidentielle, jugent le texte en deçà des objectifs climatiques de la France.

Voir Aussi