ActualitésLa sécheresse présente un défi réel dans la région MENA, nécessitant la mise en place d’un système…

Actualités

27 Oct

La sécheresse présente un défi réel dans la région MENA, nécessitant la mise en place d’un système régional de gestion (experts)

– La sécheresse présente un défi réel dans la région MENA eu égard à son impact sur les économies des pays et leur sécurité alimentaire, nécessitant la mise en place d’un système régional de gestion qui se concentre principalement sur le suivi, l’évaluation et l’atténuation des impacts de ce phénomène, ont souligné, jeudi à Rabat, des experts lors d’un atelier organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Lors de cette rencontre de deux jours, initiée en collaboration avec l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et le Centre International d’Agriculture Biosaline (ICBA), sous le thème  »le développement d’un système de gestion de la sécheresse dans la région de MENA’’, les experts ont indiqué que le but de cette manifestation est d’améliorer les mécanismes de suivi du phénomène de la sécheresse et de renforcer les capacités nationales pour développer les mécanismes en mesure d’apporter les réponses adéquates à cette problématique. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’initiative régionale lancée par la FAO pour faire face à la pénurie de l’eau dans la région MENA, a indiqué le représentant de la FAO au Maroc, Michael George Hage, dans une allocution lue en son nom, relevant que les changements climatiques se manifestent par des phénomènes comme les vagues de chaleur, les sécheresses et l’élévation du niveau de la mer. De même, il a fait savoir que les pauvres vivant en milieu rural sont les plus exposés aux menaces de la sécheresse mais sont aussi les moins équipés pour y faire face, appelant les pays à renforcer leurs capacités en termes de gestion de l’eau utilisée en agriculture, ainsi que la gestion de la sécheresse, à identifier des programmes d’investissements durables, et à améliorer les stratégies et mécanismes de gestion de la sécheresse. Dans cette perspective, la FAO poursuit ses efforts d’appui aux pays de la région dans le cadre de ses objectifs stratégiques qui visent à renforcer les capacités nationales pour développer des mécanismes à même d’apporter les réponses adéquates à la problématique de la raréfaction de l’eau et faire face au phénomène de la sécheresse, a-t-il ajouté. Pour sa part, Mohammed Belghiti, du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a souligné l’importance de cet atelier dans le sens qu’il constitue une occasion pour mieux faire une approche globale du phénomène de la sécheresse et de son impact négatif sur le secteur agricole, le taux de croissance économique et la pénurie d’eau, rappelant, dans ce sens, les différentes initiatives et programmes adoptés par le ministère de l’agriculture pour contenir ses effets, notamment le  »Plan Maroc Vert » (PMV). M. Belghiti a mis l’accent à cet égard sur la nécessite de bénéficier des expériences réussies en la matière et de l’expertise de la FAO, pour perfectionner les programmes et les politiques nationales, notant que le Maroc s’est engagé dans cette dynamique élargie pour développer l’agriculture au niveau africain. De son côté, le directeur du Bureau de soutien technique chargé de l’Asie et du Moyen- Orient relevant de l’USAID, John Wilson, a affirmé que la sécheresse est désormais un phénomène structurel au niveau de la région MENA, surtout suite aux changements climatiques actuels, soulignant que le Maroc entreprend nombre d’initiatives afin d’alléger les impacts de ce phénomène. M. Wilson a relevé que les recommandations issues de cet atelier aideront dans l’évaluation des besoins des acteurs concernés afin de faciliter la prise de décisions et les interventions politiques dans le processus de gestion de la sécheresse au niveau national. Au menu de cette rencontre, qui connait la participation de hauts responsables, de représentants des départements gouvernementaux, des associations de la société civile, et des instituts de recherches et de formation, figurent des ateliers traitant de  »gestion de la sécheresse au Maroc »,  »gestion de l’eau au Maroc »,  »évaluation des besoins du Maroc en matière de gestion de la sécheresse », et  »utilisation des cartes de la sécheresse ».
TRA.

Voir Aussi