ActualitésL’Angola adhère à la Convention de Ramsar sur les zones humides

Actualités

d'urgence
04 Fév

L’Angola adhère à la Convention de Ramsar sur les zones humides

Luanda – L’Angola a déposé des documents juridiques au siège de l’UNESCO à Paris pour devenir membre de la Convention de Ramsar sur les zones humides d’importance internationale, a déclaré le Vice-Président angolais, Bornito de Sousa.

S’exprimant par visioconférence lors d’un workshop sur les zones humides d’importance internationale, M. De Sousa a lancé un défi à la société angolaise de planter un million de mangroves sur toute la côte du pays, jusqu’à la fin de l’année en cours.

La mangrove est un type de végétation typique des zones humides appelées gleys sodiques, un écosystème côtier présent dans les zones tropicales et subtropicales. Les mangroves, riches en biodiversité, émergent du contact avec le milieu terrestre et maritime.

Ils jouent un rôle important dans la préservation de diverses espèces végétales et animales.

La Convention de Ramsar, aussi couramment appelée convention sur les zones humides, est un traité international adopté le 2 février 1971 pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides.

Le traité vise à enrayer leur dégradation ou disparition, aujourd’hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative sous la désignation de site Ramsar.

Voir Aussi