ActualitésL’initiative (3S) peaufine à Dakar une feuille de route pour faire face aux changements climatiques

Actualités

21 Oct

L’initiative (3S) peaufine à Dakar une feuille de route pour faire face aux changements climatiques

Dakar – La première réunion des points focaux nationaux de la task-force de l’initiative (3S) pour la Sécurité, la Stabilité et la Soutenabilité africaine a examiné, deux jours durant à Dakar, une feuille de route à même de permettre aux pays du continent de faire face aux changements climatiques.

Cette feuille de route, élaborée par l’initiative 3S, coprésidée par le Maroc et le Sénégal, ambitionne notamment la création de 2 millions d’emplois verts et la réhabilitation de 10 millions d’hectares de terres dégradées.

« Notre objectif est de créer deux millions d’emplois et de réhabiliter 10 millions d’hectares de terres dégradées d’ici 2025. Pour y parvenir, il va falloir chercher les fonds nécessaires et rassembler au tour de cette initiative un groupe de 12 pays africains qui vont travailler ensemble pour mettre en place ces projets », a déclaré à la MAP, M. Mohamed Doubi Kadmiri, conseiller diplomatique auprès du chef du gouvernement.

« La réunion de Dakar rentre dans la mise en œuvre de l’initiative 3S lancée à Marrakech en 2016 et qui s’insère dans la concrétisation d’un effort collectif des instances internationales, pour apporter une réponse à la dégradation de l’environnement, notamment la sécheresse, via la réhabilitation des terres dégradées à cause des changements climatiques », a-t-il fait savoir.

Au cours de cette réunion, a-t-il poursuivi, nous avons décidé de créer deux groupes. Le premier appelé « Task Force » va faire le plaidoyer au niveau international et vis-à-vis des autres pays, alors que le second se focalisera sur la mise en œuvre et le suivi des projets lancés.

« Nous serons présents dans les grands sommets et rencontres internationaux, au cours desquels chacun a une mission, à savoir faire la promotion de l’initiative et essayer de collecter des fonds qui nous permettront de concrétiser nos ambitions », a-t-il dit.

La délégation marocaine qui a pris part à cette réunion comprenait outre M. Kadmiri, le chef de service du Développement durable, Changement climatique et l’Environnement au sein de la Direction des Questions globales du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mme Aït Bassidi Lalla Loubna, en plus du représentant du haut-commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification, M. Hajibi Abdessamad, point focal national de la CNULD (Convention des nations unies sur la lutte contre la désertification).

L’idée de l’initiative 3S a pris naissance suite aux conclusions et recommandations émises par les ministres de la sécurité de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), lors du dialogue sur la migration pour l’Afrique de l’Ouest (MIDWA), qui a eu lieu à Abidjan en août 2016.

A cette occasion, les ministres de la CEDEAO ont reconnu la nécessité cruciale de faire face au phénomène migratoire en tenant compte de ses causes environnementales profondes, en particulier le changement climatique et la dégradation des terres. Lors de la COP 22, ils ont recommandé l’implication politique du continent dans ce contexte.

C’est lors du premier sommet africain de l’action qui s’est tenu le 16 novembre 2016 à Marrakech, en marge de la COP22 sur les changements climatiques, que l’initiative 3S a été déclarée comme l’une des initiatives phares africaines.

Voir Aussi