Actualitésl’ONU renforcera sa capacité d’analyse des risques liés au climat

Actualités

ONU- ECO
28 Jan

l’ONU renforcera sa capacité d’analyse des risques liés au climat

Washington – La Secrétaire générale adjointe des Nations-Unies aux affaires politiques, Rosemary DiCarlo a indiqué récemment que l’ONU allait renforcer sa capacité d’analyse des risques liés au climat, et que dans l’ensemble du système onusien, les efforts s’intensifiaient pour exploiter les capacités et affiner les réponses à ces risques.

Intervenant lors d’un débat du Conseil de sécurité sur l’impact des catastrophes liées au climat sur la paix et la sécurité internationale, Mme DiCarlo a expliqué qu’à l’avenir l’ONU allait renforcer sa capacité d’analyse des risques. Le Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix (DPPA), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), en collaboration avec d’autres acteurs, vont ainsi élaborer un système intégré pour analyser ces risques de sécurité liés au climat.

Elle a précisé que l’ONU allait aussi accroître son soutien aux stratégies de prévention et de gestion du risque climatique sur le terrain et renforcer ses partenariats avec les Etats, les organisations régionales et la société civile pour développer une réponse collective.

« Les principales armées et entreprises ont depuis longtemps reconnu la nécessité de se préparer aux risques liés au climat, percevant à juste titre le changement climatique comme un multiplicateur de menaces. Nous ne pouvons pas rester à la traîne », a-t-elle conclu. « Nous devons agir maintenant, avec un sentiment d’urgence et nous engager à placer les personnes, en particulier les plus marginalisées et les plus vulnérables, au centre de nos efforts ».

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée du lundi 28 janvier 2019:

Canada:

Le gouvernement canadien a dévoilé récemment une contribution financière de 5 millions de dollars d’Ottawa pour la mise en place de 100 « bornes de recharge rapide » au Québec.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la stratégie fédérale d’électrification des transports, tout comme des dispositions pour que la totalité des véhicules neufs vendus au Canada soient des véhicules zéro émission.

A ce sujet, la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna promet que 100 % des véhicules vendus au pays seront électriques en 2040. L’objectif serait de 10 % des ventes de véhicules neufs en 2025, 30 % en 2030 et 100 % en 2040.

Pour atteindre cet objectif, une aide financière sera offerte aux acheteurs de ce type de voitures. Des annonces seront bientôt faites à ce sujet, a fait savoir la ministre dans le cadre d’une conférence de presse à Montréal, notant qu’à l’instar d’autres pays comme la France, le Royaume-Uni et l’Espagne, le Canada espère mettre fin aux ventes de voitures à essence d’ici 20 ans.

« Nous allons annoncer notre plan pour les véhicules électriques dans les prochains mois », a-t-elle ajouté, notant que le secteur des transports doit faire partie des solutions visant la réduction des GES.

A noter que ce secteur est responsable à lui seul de 24 % des émissions de gaz à effet de serre du Canada. C’est d’ailleurs le deuxième émetteur, tout juste derrière le secteur pétrolier et gazier, avec 25 % des émissions.

Le Canada compte à peine plus de 80 000 véhicules électriques, alors que plus de 35 millions de véhicules sont immatriculés au pays. Une bonne partie de ces véhicules se trouvent au Québec, qui comptait, à la fin de novembre, près de 40 000 véhicules électriques.

Mexique:

L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty international a condamné le décès du militant écologiste mexicain Julián Carrillo, tout en rendant hommage à ses actions et son combat pour la protection de l’environnement.

L’État mexicain a manqué à son obligation de lui garantir une protection efficace, relève l’organisation dans un communiqué, notant que trois mois après sa mort, justice n’est toujours pas faite.

Le 24 octobre 2018, des hommes armés sont arrivés à Coloradas de la Virgen, dans l’État de Chihuahua (dans le nord du Mexique), et ont tué Julián Carrillo, dirigeant de la communauté locale du peuple indigène rarámuri, rappelle-t-on, ajoutant que depuis des années, les Rarámuris de Coloradas font l’objet d’attaques et de menaces parce qu’ils se battent pour défendre leurs terres ancestrales et l’environnement.

Cet assassinat témoigne de la façon la plus évidente et scandaleuse du non-respect de la part des autorités mexicaines de leur obligation de garantir une protection efficace contre toute violence, menace et représailles dues au travail de défense des droits humains pour la protection des ressources naturelles et de l’environnement.

Amnesty international souligne que des mesures doivent être prises de toute urgence pour mettre fin à l’impunité. Des enquêtes exhaustives, indépendantes et impartiales doivent être menées pour faire la lumière sur l’assassinat de Julián Carrillo et des autres membres de sa famille.

Selon un rapport du programme des Nations unies pour l’environnement. Au total, 83 défenseurs de l’environnement ont été assassinés à travers le monde en 2018, notant que cette violence au cœur de l’un des endroits les plus importants de la planète sur le plan écologique entrave les nombreuses avancées ces dernières années pour protéger ses ressources naturelles.

Panama :

Le ministère de l’environnement du Panama a indiqué que le phénomène de la marée rouge qui a frappé les côtes du pays est à l’origine de la mort d’un grand nombre de poissons dans la région du port d’Amador et le long du golfe de Panama City.

En effet, des tonnes de poissons morts flottaient dimanche soir dans cette zone selon des photos et vidéos postées sur les réseaux sociaux, poussant le ministère de l’environnement à ouvrir une enquête sur l’incident et à prendre des échantillons d’eaux pour les analyser.

Les analyses ont montré que la marée rouge, composée d’algues microscopiques qui consomment de manière excessive l’oxygène dans l’eau et réduit considérablement sa quantité, est à l’origine de la mort des poissons et autres créatures marines.

Voir Aussi