ActualitésL’UE appelle à de nouvelles mesures internationales pour protéger la nature sur terre et en mer

Actualités

Le port de Tanger ville a accueilli Mercredi (16/06/10) l'exercice SIMULEX 2010.
14 Nov

L’UE appelle à de nouvelles mesures internationales pour protéger la nature sur terre et en mer

Bruxelles- L’Union européenne (UE) a plaidé mercredi pour de nouvelles mesures internationales pour protéger la nature sur terre et en mer, alors que de récents rapports alarmants faisaient état de la disparition dramatique dans le monde des espèces sauvages et des écosystèmes.

Dans ce contexte, l’UE appelle « à réagir plus énergiquement » au niveau mondial pour répondre aux préoccupations en matière de biodiversité dans le cadre de la prochaine conférence des Nations unies sur la biodiversité.

Lors de la 14e conférence des parties à la convention des Nations unies sur la diversité biologique qui se tiendra du 17 au 30 novembre à Charm el-Cheikh, en Egypte, l’UE entend jouer « un rôle de premier plan dans les efforts internationaux déployés en faveur d’un cadre mondial en matière de biodiversité pour l’après-2020 », souligne un communiqué de la Commission européenne.

« Une intégration plus large des préoccupations liées à la biodiversité dans l’agriculture, l’énergie, l’exploitation minière, l’industrie et les projets d’infrastructures revêt une importance capitale pour maintenir l’augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2º C, conformément aux engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris », insiste l’UE en prévision de sa participation à cette rencontre.

La conférence à haut niveau sur la biodiversité devrait créer un consensus international sur l’urgence d’atteindre les objectifs mondiaux en matière de biodiversité d’ici à 2020.

La conférence des Nations unies de 2018 sur la biodiversité, qui inclut la 14e conférence des parties (CdP 14) à la convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB), aura lieu du 17 au 30 novembre à Charm el-Cheikh, en Égypte.

Des représentants de 196 pays, notamment des chercheurs, des scientifiques, des autorités locales et des membres des groupes de la société civile, devraient y prendre part.

Cette conférence de haut niveau intervient alors qu’un récent rapport du Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund, WWF) révèle que la taille des populations d’espèces sauvages a diminué de 60 % à l’échelle mondiale entre 1970 et 2014, tandis qu’un autre rapport de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) mettait en garde contre le dangereux déclin de la biodiversité.

Voir Aussi