ActualitésLa Méditerranée fait face à la raréfaction des ressources en eau

Actualités

South Sudanese refugees fill water jugs at Al-Nimir refugee camp in Sudan's east Dafur on June 20, 2017.
About 400,000 South Sudanese have arrived into Sudan since the war erupted in the world's youngest country, according to UNHCR.
About 50 percent of them live across 10 camps in Sudan, while the rest are scattered in cities and towns. / AFP PHOTO / ASHRAF SHAZLY
13 Mar

La Méditerranée fait face à la raréfaction des ressources en eau

Tunis – « Les crises de l’eau probable en région méditerranéenne ne seront pas imputables seulement aux effets du changement climatique sur les ressources renouvelables naturelles en eaux, mais elles sont dues aussi à la pression croissante des demandes en eau liée à l’augmentation de la population permanente et saisonnière et au développement économique », selon souligne le chercheur Jean Marget, un des auteurs d’une étude publiée récemment sur « la Méditerranée : face à la raréfaction des ressources en eau ».

Il a, dans le même contexte, mis l’accent sur la nécessité de recourir à des sources d’approvisionnement en eau non durables et de mobiliser des ressources naturelles irrégulières par barrages réservoirs pour réduire l’envasement, l’évaporation et la fragilité des ressources en eau transfrontalières.

Pour faire face à la raréfaction de l’eau, le chercheur a, également, recommandé la réduction des pertes de transport dans les adductions et distributions d’eau potable ou d’irrigation et la gestion des demandes en eau plus économe pour toutes les utilisations.

 

***

 

-. Alger, Les travaux de réalisation d’une usine de ciment écologique (à bas taux de CO2) prévue dans la zone industrielle de Bellara dans la commune d’El Milia (Jijel) dans le cadre d’un partenariat algéro-émirati-indien, seront lancés prochainement, a indiqué lundi le directeur local de l’Environnement.

Une superficie de l’ordre de 20 hectares a été dédiée à cette cimenterie, la première du genre en Algérie, a précisé Wahid Tcahchi dans des déclarations à la presse, soulignant que ce projet sera lancé pour un délai de réalisation de 18 mois. Il a ajouté que la future cimenterie produira du « ciment vert »’, ami de l’environnement, détaillant que cette usine « recyclera et valorisera les déchets de la centrale électrique et du complexe sidérurgique de Bellara ».

Le même responsable a indiqué que le partenaire indien dispose de plusieurs cimenteries similaires situées « au cœur d’agglomérations urbaines dans certaines régions du monde » , indiquant qu’une fois opérationnelle, cette usine aura une capacité de production de 2 millions de tonnes de ciment destinées au marché national et à l’exportation.

 

***

 

-. Le ministre algérien des Ressources en Eaux, Hocine Necib, a annoncé, lundi à Alger, le lancement prochain d’un appel d’offres en vue de la réalisation de 31 stations d’épuration des eaux usées après la décision portant dégel des projets du secteur.

Intervenant à l’ouverture du 14e Salon international des équipements, des technologies et des services de l’eau et de l’environnement (SIEE-Pollutec) à Alger, M. Necib a estimé que le nouvel appel d’offres était un « précédent » dans l’histoire du secteur au vu du nombre des stations qui seront réalisées, ce qui portera le total des stations d’épuration dans le pays à 230 d’ici à 2020.

La réalisation de ces nouvelles stations permettra de renforcer les capacités nationales de traitement des eaux usées, pour passer ainsi à 600 millions de mètres cubes par an, contre 400 millions de mètres cubes actuellement, selon le ministre qui a affirmé que les eaux générées par les stations d’épuration seront orientées vers les activités agricoles en particulier.

Il a, à ce titre, précisé que la réalisation des stations d’épuration est « un grand pari », vu leur rôle dans la préservation des ressources hydriques, souterraines ou au niveau des barrages, outre son rôle dans la garantie de la sécurité sanitaire et la préservation de l’environnement.

 

 

Voir Aussi