ActualitésLa pollution atmosphérique serait liée aux taux de mortalité élevés du Covid-19

Actualités

qualité
10 Avr

La pollution atmosphérique serait liée aux taux de mortalité élevés du Covid-19

Londres – La pollution de l’air serait liée aux taux de mortalité significativement élevés chez les personnes atteintes du Covid-19, selon une étude américaine dévoilée par le quotidien britannique The Guardian.

L’étude, menée par des chercheurs de l’école de santé publique de l’Université Harvard « Harvard TH Chan School of Public Health » à Boston, a analysé la pollution atmosphérique et les décès dus au Covid-19 jusqu’au 4 avril dans 3.000 comtés américains, couvrant 98% de la population.

« Nous avons constaté qu’une augmentation de seulement 1 μg / m3 de PM 2,5 [particules] est associée à une augmentation de 15% du taux de mortalité du Covid-19 », a conclu l’équipe de recherche.

Une légère augmentation de l’exposition à la pollution par les particules fines sur 15 à 20 ans était déjà connue comme étant un facteur augmentant le risque de décès de toutes causes, mais les nouveaux travaux montrent que cette augmentation est 20 fois plus élevée pour les décès dus au Covid-19.

« Les résultats sont statistiquement significatifs et robustes », souligne l’étude qui a pris en compte une série de facteurs, notamment le niveau de pauvreté, le tabagisme, l’obésité et le nombre de tests Covid-19, ainsi que les lits d’hôpitaux disponibles.

Partant du constat que la pollution atmosphérique pourrait augmenter le risque de syndrome de détresse respiratoire aiguë, qui est extrêmement mortel et qui constitue l’une des raisons principales de décès liés au coronavirus, ainsi que d’autres problèmes respiratoires et cardiaques, cette étude estime qu' »un air légèrement plus pur aurait pu sauver des centaines de vies ».

L’étude montre aussi qu’une infime hausse des niveaux de pollution par les particules fines dans les années précédant la pandémie est associée à une augmentation de 15% du taux de mortalité.

Compte tenu des grandes différences de niveaux d’air toxique entre les pays, la recherche suggère que les personnes vivant dans des zones polluées « sont beaucoup plus susceptibles de mourir du coronavirus que celles vivant dans des zones où l’air est plus pur ».

Par ailleurs, un rapport distinct de scientifiques italiens note que « les taux de mortalité élevés observés dans le nord de l’Italie sont en corrélation avec les niveaux les plus élevés de pollution atmosphérique ».

Ces résultats pourraient « être utilisés pour garantir que les zones à forte pollution atmosphérique prennent des précautions supplémentaires pour ralentir la propagation du virus et déploient des ressources supplémentaires pour faire face à la pandémie », souligne la même source.

La pollution de l’air a déjà baissé en raison des mesures de confinement généralisé décrétées par la plupart des pays, mais les scientifiques insistent que le fait de veiller davantage à baisser les niveaux de pollution d’air à l’avenir aiderait à réduire les décès liés au nouveau coronavirus.

Voir Aussi