ActualitésPortugal : une décharge électrique derrière l’incendie meurtrier de Pedrogao Grande

Actualités

Plusieurs hectares, ont été ravagés par un énorme incendie, samedi (10/08/13), dans les forêts de Mesguina et d’Admin de la commune d’Amskroud, à une cinquantaine de kilomètres à l’est d’Agadir.
12 Oct

Portugal : une décharge électrique derrière l’incendie meurtrier de Pedrogao Grande

Lisbonne – Les incendies de forêt qui avaient éclaté le 17 juin dernier à Pedrogao Grande et à Gois, dans le centre du Portugal, ont été provoqués respectivement, par une décharge électrique du réseau de distribution d’énergie et par la foudre, selon un rapport présenté jeudi au Parlement.

Selon le rapport élaboré par une commission technique indépendante chargée d’examiner les causes derrière les violents incendies de l’été dernier, le feu de Pedrogao Grande, qui a fait 64 morts et plus de 200 blessés et ravagé quelque 28.914 hectares, a été causé par des décharges électriques du réseau de distribution d’énergie.

La foudre a été à l’origine du deuxième incendie le plus violent qui a éclaté à Gois et ravagé 17.521 hectares, relève la même source, rappelant que ces incendies figurent parmi les feux de forêt les plus importants jamais enregistrées depuis le début des mesures.

« Le feu de Pedrógao Grande est très probablement celui qui, au Portugal, a libéré le plus d’air chaud et s’est propagé le plus rapidement (avec un maximum de 4.459 hectares brûlés en une heure) », note le rapport qui a analysé les incendies survenus entre le 17 et 24 juin dernier.

Le gigantesque feu qui s’est déclaré à Pedrógao Grande le 17 juin et s’est étendu à d’autres régions, n’a été éteint qu’une semaine plus tard, tout comme le feu de Gois (district de Coimbra). Les deux feux, qui ont consumé près de 50.000 hectares ensemble, avaient mobilisé plus d’un millier de pompiers.

Au total, les incendies de forêt au Portugal ont ravagé plus de 215.000 hectares à fin septembre, soit le chiffre le plus élevé au cours des dix dernières années, selon le dernier rapport de l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF).

Voir Aussi