ActualitésLes Premiers ministres malien, burkinabé et ivoirien inaugurent l’interconnexion électrique…

Actualités

Birds sit on an electricity pylon as a aeroplane flies past in Pristina on November 25, 2017.   / AFP PHOTO / Armend NIMANI
16 Mai

Les Premiers ministres malien, burkinabé et ivoirien inaugurent l’interconnexion électrique Mali/Côté d’Ivoire

Dakar – Les Premiers ministres malien, burkinabé et ivoirien ont inauguré récemment l’interconnexion électrique Mali/Côté d’Ivoire, avant de lancer le chantier de la liaison 225 KV Sikasso-Bougouni-Sanankoroba-Bamako.

Les travaux prévoient la réalisation d’une ligne haute tension double terne (225 KV) de Sikasso à Bamako, en passant par Bougouni, Sanankoroba et Dialakorobougou sur une distance de 393 km.

Financé par l’Etat du Mali, en partenariat avec Exim bank de l’Inde et la BIDC, le projet coûtera 16.406.333 de dollars US, soit 80.703 millions de FCFA. La capacité de transit d’énergie de la ligne est évaluée à 400 MW.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mercredi 16 mai :

 

Sénégal :

La fondation pour la nature MAVA a dégagé une enveloppe de près de 3,280 milliards de FCFA (5 millions d’euros) en vue de réduire l’impact des infrastructures sur les écosystèmes marins et côtiers dans la région ouest africaine, ont indiqué ses responsables.

La première phase du projet sera financée à plus de 3 millions d’euros pour une durée de trois ans (2017-2020). La deuxième phase sera exécutée entre 2020-2022, pour un montant d’1 million 500 mille euros.

Le plan d’action de ce projet sur la réduction de l’impact des infrastructures sur les écosystèmes côtiers se résume en quatre composantes dont deux sont mises en œuvre par l’ONG Wetlands international, les deux autres par le partenariat régionale pour la conservation des zones côtières et marines en Afrique de l’Ouest (PRCM).

Gabon :

L’Association des Jeunes Emergents Volontaires (AJEV) du Gabon vient de mener en concertation avec les autorités locales, une grande opération d’assainissement « école propre » dans les établissements scolaires de la commune de Moabi, chef-lieu du département de la Douigny dans la province de la Nyanga, au sud du Gabon.

Cette initiative qui intervient à l’approche des examens de fin d’année, vise à redorer l’image des différentes écoles de la commune dont les conditions d’hygiène et de salubrité sont très dégradées.

Kenya:

La compagnie nationale de distribution d’électricité « Kenya Power » a annoncé avoir rétabli complètement l’approvisionnement en électricité dans le comté de Lamu, ont rapporté des médias locaux.

L’alimentation électrique au niveau du comté de Lamu a été affectée à cause des fortes pluies qui se sont abattues la semaine dernière sur la région, engendrant également des inondations dans le bassin de Sabaki et dans le comté de Tana River, souligne-t-on.

Ces inondations provoquées par les pluies diluviennes ont endommagé des parties des réseaux de distribution et de transmission desservant la région, a expliqué la compagnie.

Burkina:

— Le Collectif citoyen burkinabè pour l’agroécologie a fait part de son désaccord sur la possibilité de production en champ ouvert du niébé et les expériences de Target Malaria qui visent à disséminer des moustiques génétiquement modifiés dans l’environnement.

Selon le collectif, toutes ces pratiques constituent un enjeu pour la souveraineté alimentaire et sanitaire au Burkina, précisant que le projet Target Malaria aura un impact négatif sur l’environnement.

Il a précisé qu’il existerait un risque de diffusion de femelles qui pourraient piquer un individu infecté par la malaria et s’accoupler avec les mâles, estimant qu’en réduisant la population de moustiques, le risque de permettre à d’autres espèces de se multiplier et de devenir plus nocives sera plus considérable.

« À travers le monde, des expériences de diffusion de moustiques génétiquement modifiés ont donné peu de résultats probants », a-t-il rappelé.

— Le Bureau national burkinabè des sols vient de se doter de deux laboratoires d’analyse des sols, eaux, plantes et engrais. Il s’agit d’un laboratoire fixe situé à Ouagadougou et d’un autre mobile pour les sorties terrain.

Selon le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, ces deux structures permettront de procéder à des analyses chimiques en temps réel dans une zone donnée et de réduire par conséquent les délais d’attente auxquels sont souvent confrontés les demandeurs d’analyses.

Elles permettront également d’élaborer une carte de fertilité des sols qui s’avère un important outil d’aide à la décision pour une gestion durable des ressources en sols d’un pays, a-t-il ajouté.

A noter que le Bureau national des sols a déjà fait un schéma-directeur de cartographie pédologique de l’ensemble du territoire. Jusqu’à présent, 42 provinces sur les 45 sont concernées.

Ghana:

— L’antenne française de l’association allemande «Sauvons la forêt» a appelé à la protection de Mangabey, une espèce de singe qui n’a été aperçue que dans quelques zones forestières de l’ouest du Ghana, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

Des chercheurs ont capturé un Mangabey situé au plus profond de la forêt de montagne d’Atewa dans le sud-est du Ghana, indique l’antenne, ce qui donne un nouvel élan à la campagne de protection de cet écosystème.

Côte d’Ivoire :

Le ministre de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, Claude Isaac Dé, au nom du gouvernement, a appelé les populations à la vigilance, à la prudence et au respect des consignes préventives de l’Etat face aux énormes inondations dues aux fortes pluies annoncées sur le territoire national dans les prochaines semaines.

« Mettez-vous à l’abri si vous habitez des zones à risque. Respectez les consignes de sécurité du gouvernement. Nous avons anticipé depuis avril par une campagne de sensibilisation. Nous allons continuer de déguerpir et de libérer les ouvrages d’assainissement et le gouvernement sera ferme parce que ce sont d’énormes budgets qui sont investis dans la démolition des ouvrages, mais qui pourraient servir à développer d’autres infrastructures », a déclaré lundi le ministre Dé, invité de la sixième édition de « Twins Time », une tribune d’échanges interactifs, initiée par le secrétariat exécutif du Comité de concertation Etat-secteur privé (SE-CCESP).

Le ministre Isaac Dé a abordé les principales questions concernant les grands projets en cours et en perspectives, comme la dématérialisation et la simplification du processus de délivrance des actes administratifs sur le foncier, le schéma directeur d’urbanisme du grand Abidjan, la problématique de l’assainissement et du drainage, la redynamisation du programme présidentiel des logements sociaux.

 

Voir Aussi