ActualitésLa question du financement et des projets concrets à développer, priorité du One Planet Summit…

Actualités

Le militant écologiste français Nicolas Hulot, donne lundi (17/10/16) à Rabat, une déclaration à la presse en marge de la première édition des "Entretiens de Rabat".
11 Déc

La question du financement et des projets concrets à développer, priorité du One Planet Summit (Hulot)

Paris – Le Sommet sur l’action climatique (One Planet Summit), qui se tient mardi à Paris à l’initiative du président français Emmanuel Macron, s’assigne pour priorité la question du financement et des projets concrets à développer, a affirmé le ministre français de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot.

Le « One Planet summit » est une « séquence de haut niveau, réunissant des Etats, des collectivités, des villes, des fonds d’investissement, des banques de développement, des entreprises, des ONG, pour qu’ensemble nous renforcions les coalitions autour d’engagements et d’actions précis comme la sortie du charbon, les véhicules zéro émission, les énergies renouvelables », a estimé le ministre dans une entretien au site d’information « 20 minutes ».

« La créativité technologique est à l’œuvre aujourd’hui. On innove sans cesse dans des solutions plus durables et décarbonées. La galaxie de la finance doit suivre cette dynamique, faire preuve de cette même créativité, pour arriver à changer d’échelle dans la lutte contre le réchauffement climatique », a-t-il ajouté.

S’agissant des promesses de financements des pays riches pour que les pays en voie de développement puissent s’adapter au changement climatique, le ministre a souligné que la communauté internationale s’approche désormais des 70 milliards de dollars mobilisés par an, en faisant remarquer que l’objectif est encore loin d’être atteint.

« Quand nous atteindrons la somme de 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020, promise lors du sommet de Copenhague en 2009, en l’état actuel déjà du dérèglement climatique ce ne sera pas encore », a t-il regretté.

« Il suffit, pour s’en rendre compte, de se rappeler le montant estimé des dégâts causés par les ouragans qui ont frappé les Caraïbes cet automne », a-t-il observé, notant que le One planet summit sera l’occasion de redire qu’il est urgent de s’ouvrir à des financements innovants pour assurer cette solidarité financière entre pays du nord et du sud.

Le ministre a souligné par ailleurs la nécessité de remettre à l’ordre du jour la taxe sur les transactions financières. Cette taxe est déjà en vigueur en France depuis 2012 et permet de dégager près d’un milliard d’euros par an, a-t-il rappelé en relevant que ce serait un instrument très efficace si les 27 autres Etats européens la mettent en place.

Voir Aussi