ActualitésLe rapport spécial sur le réchauffement climatique a suscité l’unanimité auprès de tous les Etats…

Actualités

View of the Ozone layer shot in January 1996 by European Space Agency (ESA) satellite ERS-2 taking part in the "Gome" project surveying the ozone layer. At right is printed a scale measuring the rate of Ozone present in the atmosphere. 

Vue de la couche d'Ozone prise en janvier 1996 par le satellite ERS-2 de l'Agence Spatiale Européenne pour le projet "Gome" de surveillance de la couche d'Ozone. L'échelle à droite mesure le taux d'Ozone sur les différents endroits de la planète. / AFP PHOTO
10 Oct

Le rapport spécial sur le réchauffement climatique a suscité l’unanimité auprès de tous les Etats (président du GIEC)

Hanoï  – Le rapport spécial sur le réchauffement climatique a suscité l’unanimité auprès de tous les Etats qui l’ont adopté lors de la réunion d’Incheon en Corée du Sud, a indiqué, mercredi à Hanoï, le président du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC), Hoesung Lee.

S’exprimant dans le cadre du dialogue de haut niveau sur le changement climatique, organisé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), M. Lee a salué le consensus et la responsabilité dont ont fait preuve les Etats lors de la réunion d’Incheon, estimant que désormais les pays signataires sont maintenant conscients des implications néfastes de la hausse de la température à 2 degrés C.

Le rapport constitue un outil important pour les décideurs politiques leur permettant de se rendre compte du danger auquel l’humanité est confrontée, a estimé le président du GIEC, ajoutant que ce document est la clé pour les négociations sur le changement climatique.

Il a averti que les répercussions du changement climatique affectent déjà les personnes et les écosystèmes à travers la planète, affirmant que « limiter la hausse des températures à 1,5 degré n’est pas impossible, mais nécessite des transitions sans précédent dans tous les aspects de la société ».

Il y a d’énormes bénéfices de maintenir le mercure à 1,5 degrés C, a relevé M. Lee, notant que cela va de pair avec la réalisation des autres objectifs de développement durable et de l’éradication de la pauvreté.

Depuis la période préindustrielle, l’activité humaine a été la cause de la hausse de 1 degré de la température de la terre, a-t-il précisé, déplorant que l’humanité est actuellement le témoin des conséquences du dérèglement climatique marqué par des vagues de chaleur plus longues que la normale, une météo extrême caractérisée par des précipitations abondantes et la diminution des calottes polaires cause principale de la hausse du niveau de la mer.

« Si le réchauffement climatique maintient son rythme actuel, nous atteindrons 1,5 degré entre 2030 et 2050 », a-t-il fait remarquer.

Le vice-ministre vietnamien des Ressources naturelles et de l’environnement, Le Cong Thanh a indiqué que le rapport du GIEC va permettre aux décideurs d’identifier les meilleures réponses à apporter pour faire face au dérèglement climatique qui menace tous les pays sans exception.

Il a fait savoir que le Vietnam qui figure parmi les 10 pays les plus touchés par le changement climatique, a mis en place des politiques adéquates, ajoutant qu’il a rapidement lancé la mise en œuvre de ses Contributions déterminées au niveau national (NDC) prônées par l’Accord de Paris.

La représentante résidente du FUNDP au Vietnam, Caitlin Wiesen, a pour sa part tiré la sonnette d’alarme quant à l’inaction des Etats face à l’emballement de la température de la planète, qui, estime-t-elle, aura un coût très élevé pour l’humanité toute entière.

Les décideurs sont appelés à agir rapidement et efficacement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et de mobiliser les ressources financières nécessaires pour l’action en faveur du climat, a-t-elle préconisé.

Elle a appelé à plus d’efforts et d’engagement pour relever le défi qu’impose le changement climatique, notamment de la part du secteur privé.

Le rapport alarmant du GIEC de 400 pages, rendu public lundi, a été approuvé, à Incheon en Corée du Sud, par tous les Etats après d’âpres négociations.

Il souligne que le monde doit engager des transitions sans précédent afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

Voir Aussi