ActualitésRDC : Des sociétés d’électricité conviennent d’augmenter la production de l’électricité dans la…

Actualités

Birds sit on an electricity pylon as a aeroplane flies past in Pristina on November 25, 2017.   / AFP PHOTO / Armend NIMANI
06 Déc

RDC : Des sociétés d’électricité conviennent d’augmenter la production de l’électricité dans la région

Dakar, 06/12/2018 (MAP) – Les sociétés d’électricité du Pool énergétique de l’Afrique centrale (PEAC) ont convenu de mobiliser des ressources financières pour augmenter la production de l’électricité dans la région, au cours de la réunion extraordinaire du comité de direction tenue mercredi à Kinshasa à laquelle ont pris part des experts et des chefs d’entreprises d’électricité de cette organisation.

Ces fonds permettront de réaliser des projets intégrateurs, en vue de fournir une énergie électrique fiable et abordable au profit des industries, des petites et moyennes entreprises ainsi qu’aux populations de la sous-région, explique la presse locale.

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du jeudi 06 décembre :
Sénégal :

–L’UNESCO est « fortement engagé » aux côtés des États membres dans la mise en œuvre et la dissémination des connaissances scientifiques et managériales de pointe, pour « réduire l’impact du changement climatique », a affirmé Dimitri Sanga, directeur du bureau de cette organisation à Dakar.

« L’UNESCO est fortement engagé aux côtés des gouvernements des Etats membres à opérer ce changement en œuvrant à développer et à disséminer les connaissances scientifiques et managériales de pointe pour réduire l’impact du climat », a-t-il réaffirmé.

M. Sanga s’exprimait à l’occasion de la première réunion du comité d’orientation de l’Initiative arabo-africaine des réserves de biosphère (AABRI).

« L’Initiative arabo-africaine des réserves de biosphère utilise les réserves de biosphère comme observatoire du changement climatiques et laboratoire de développement durable, un espace d’expérimentation de solutions innovantes de développement durable », a-t-il expliqué.

——————————
Burkina :

–Le Burkina Faso et l’Allemagne ont signé, mercredi, une convention d’appui au secteur de l’eau et de l’assainissement dans le pays des Hommes intègres.

Ce soutien budgétaire, d’une valeur de 11,4 milliards de F CFA, permettra de financer trois programmes: approvisionnement en eau potable, assainissement des eaux usées et gouvernance de l’eau et de l’assainissement.

Le 3 juillet dernier, la coopération financière allemande avait signé un contrat de financement et une convention séparée relatifs à un appui budgétaire au sous-secteur de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso portant sur un montant de 4,5 milliards de F CFA.
–Les trois millions d’habitants de Ouagadougou produisent 300000 tonnes de déchets par an. Ces déchets sont gérés par une brigade verte qui compte environ 3000 femmes.

Selon la mairie de la capitale burkinabè, la commune injecte près de 3 milliards de F CFA pour le traitement, le transport et la valorisation des déchets par an.

Dans ce sens, elle a appelé les populations à produire moins de déchets et à travailler à les collecter et non les déverser dans la rue.

A noter que le gouvernement burkinabè a décidé de créer 13 centres de traitement et de valorisation des déchets plastiques d’ici 2020.

——————————

Côte d’Ivoire :

–La 22ème édition de l’opération Grand ménage s’est focalisée sur les marchés du district d’Abidjan et de l’Intérieur du pays où, les opérateurs, notamment les commerçants, ont été sensibilisés à adopter des gestes éco citoyen pour garantir l’assainissement des marchés.

La coordonnatrice nationale de l’opération, Kouamé Kété Bah Edith Blanche, a insisté samedi auprès de ces opérateurs pour, « nettoyer, laver les lieux de commerce, ne pas boucher les avaloirs, bien conditionner les ordures pour faciliter leur enlèvement par les opérateurs de collecte des déchets ».

Pour la coordonnatrice de la ministre de l’Assainissement et de la Salubrité (MINASS), Anne Ouloto, la mise en œuvre de la nouvelle politique de gestion des déchets, nécessite l’implication de tous pour sa réussite, insistant auprès des commerçants pour bien conditionner leurs ordures et maintenir leur cadre de travail assez propre.

——————————

Ghana :

–Le gouvernement a mis en place deux approches dans le cadre de la lutte contre la recrudescence de l’exploitation illégale des forêts, des mines, de l’agriculture et autres activités illégales dans les réserves forestières et les zones protégées.

La première approche consiste à renforcer les capacités des équipes d’intervention rapide créées par la Commission des forêts, a indiqué le ministre des Terres et des Ressources naturelles, M. Kwaku Asomah-Cheremeh, notant que la deuxième approche adoptée consiste à mettre en œuvre l’accord de partenariat volontaire (APV) conclu entre le Ghana et l’Union européenne en novembre 2009.

Voir Aussi