ActualitésLes résidus forestiers pourraient remplacer les carburants d’aviation fossiles (recherche)

Actualités

Forêt- ecology
13 Mar

Les résidus forestiers pourraient remplacer les carburants d’aviation fossiles (recherche)

Stockholm – Des chercheurs d’une université suédoise ont assuré que les biocarburants fabriqués à partir de résidus forestiers pourraient remplacer les carburants d’aviation fossiles sur les vols dans le pays scandinave.

La découverte, issue d’une étude de l’Université de technologie de Luleå en collaboration avec l’Institut suédois de recherche environnementale, a montré que la gazéification de la biomasse combinée à un processus de liquéfaction peut produire durablement et à moindre coût des biocarburants d’aviation à partir de résidus forestiers.

Les chercheurs affirment qu’en utilisant cette technique, la Suède pourrait devenir autosuffisante dans la production de biocarburants pour les vols domestiques, et pourrait même utiliser le carburant pour les vols internationaux.

« Nous avons trouvé une solution où le carburant utilisé pour les vols domestiques suédois aujourd’hui peut être remplacé par du biocarburant produit à partir de matières premières forestières suédoises dans un proche avenir », a déclaré Fredrik Granberg de l’Université de Technologie de Luleå dans un communiqué.

« Nous savons qu’il existe des technologies de production qui fonctionnent, et nous savons que l’industrie forestière suédoise peut potentiellement fournir des quantités importantes de résidus forestiers, ce qui est théoriquement plus que suffisant pour produire durablement des biocarburants pour les vols intérieurs et internationaux en Suède », a-t-il ajouté.

La prochaine phase du projet consiste à démontrer sa faisabilité en produisant le carburant en quantité suffisante pour effectuer des vols intérieurs commerciaux, pour lesquels les chercheurs sont maintenant en quête d’un financement de 150 millions de couronnes (18,3 millions de dollars) sur une période de deux ans.

La Suède est bien adaptée à la production de biocarburant grâce à son industrie forestière hautement développée, qui serait efficace dans la production des matières premières, ont expliqué les chercheurs.

Une industrie de la pâte forte pourrait également aider à réduire les coûts de production, tandis que la phase de démonstration planifiée du projet permettrait de minimiser les risques du marché pour une future utilisation commerciale à grande échelle.

La troisième phase du projet – la production à grande échelle du combustible à des fins commerciales – est encore loin d’être terminée.

« Il faut une volonté de commencer à travailler sur la démonstration technologique du carburant d’aviation vert à partir des résidus forestiers, car il faut 5 à 10 ans pour arriver à la troisième étape de la chaîne de développement : une première installation à grande échelle pour la production commerciale », a conclu M. Granberg.

Voir Aussi