ActualitésSénégal: 25 femmes se sont investies dans la transformation de déchets en briquettes de charbon…

Actualités

15 Fév

Sénégal: 25 femmes se sont investies dans la transformation de déchets en briquettes de charbon écologique, à Ziguinchor

Dakar – Un groupe de 25 femmes dans la périphérie de Ziguinchor (sud Sénégal), se sont investies dans la transformation de déchets en briquettes de charbon écologique, une activité innovante qui leur ouvre la porte de la réinsertion sociale.

Ces 25 femmes, dont 9 souffrant d’un handicap physique, sont encadrées par Deline’s Gift, une ONG américaine qui les a également formées au recyclage de feuilles mortes en briquettes de charbon écologique, une alternative au traditionnel charbon de bois.

« Nous travaillons avec des femmes déplacées de Kaguitte et de Bissine, parce qu’elles manquaient d’opportunités pour exploiter le riche potentiel de la Casamance. Nous les avons formées au recyclage des feuilles d’arbres mortes, les coques de noix de coco, de ditakh et autres fruits sauvage », explique Karine Sarr Badji, responsable de cette ONG américaine de droit sénégalais.

Voici notamment,  le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mercredi 15 février :

Kenya:

— La pénurie de semences certifiées et le choix limité de cultures menacent la sécurité alimentaire au Kenya, alors qu’une grave sécheresse frappe le pays, a mis en garde une enquête menée par « Bayesian Consulting Group », publiée récemment.

L’étude, dont les conclusions ont été relayées par des médias locaux, révèle que la demande des agriculteurs pour des semences certifiées épuisait régulièrement les stocks dans les magasins, en particulier de semences autres que celles du maïs, soulignant que ce manque entrave les efforts de lutte contre le changement climatique à travers la diversification des cultures.

L’étude a également révélé que 51% des marchands agro-alimentaires interrogés ont déclaré être dans l’incapacité de satisfaire la demande des agriculteurs pour les semences certifiées, tout en soulignant que bien qu’ils soient « heureux de voir la demande des agriculteurs pour les semences certifiées augmenter rapidement, il est frustrant d’apprendre que beaucoup de marchands manquent à la fois de la quantité et de la variété des semences dont les agriculteurs kényans ont besoin pour éviter les effets de la sécheresse ».

Côte d’Ivoire:

— Le président du conseil d’administration de l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER), Kouamé Brou, vient d’annoncer la mise à disposition prochaine de variétés de cocotier résistant à la maladie du jaunissement afin de relancer cette filière à Grand-Lahou, en partenariat notamment avec l’université Nangui Abrogoua, le Centre national de recherche agronomique (CNRA) et l’université de Toronto (Canada).

— Les feux de brousse ont causé à la Côte d’Ivoire une perte de près de 204,36 milliards de FCFA au cours de l’année 2016, a révélé récemment à Abidjan le secrétaire national du comité national d’information, d’éducation et de sensibilisation pour la défense de la forêt (CNIESDF), le Lieutenant -Colonel, Aboubacar Kassamba.

De l’avis de ce responsable, en dépit des multiples campagnes d’information et de sensibilisation menées par le ministère des Eaux et Forêts à travers ses structures déconcentrées sur l’ensemble du territoire avec l’appui des partenaires, le phénomène continue de causer d’énormes préjudices au pays aux plans social, économique et environnemental.

Ce bilan fait état de 1.100 hectares de forêts, 15.000 hectares de cultures agricoles, 10 villages, 200 cases et 17 morts, a-t-il précisé.

— La convention unissant le ministère de la salubrité, de l’environnement et du développement durable (MINSEDD) à l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI) dans la lutte contre l’insalubrité et l’amélioration du cadre de vie des populations va s’élargir et intégrer l’Assemblée des Régions de Côte d’Ivoire (ARDCI), a annoncé récemment à Abidjan, la ministre Anne Désiré Ouloto à l’adresse des présidents des conseils régionaux et gouverneurs de Districts.

Et la ministre de faire observer que pour être efficace et concluante, la lutte contre l’insalubrité gagne à impliquer toutes les collectivités. « Les problèmes environnementaux et les questions de salubrité doivent s’inscrire dans les politiques régionales de gestion des déchets. A présent, il nous faut passer à la phase active, à l’opérationnalisation de cette plateforme de collaboration », a-t-elle suggéré.

— Un atelier de lancement de la phase nationale du projet sur l’amélioration de la durabilité et l’adaptation de l’irrigation à petite échelle au changement climatique en Afrique centrale et occidentale, vient de se tenir à Bouaké, sur l’initiative de la FAO.

Des consultants et des points focaux des quatre pays pilotes représentatifs des zones agro-écologiques de la région à savoir, le Mali, la Côte d’Ivoire, la Gambie et le Niger, ont pris part à ce conclave visant à examiner en détail l’impact du changement climatique sur les systèmes d’irrigation sélectionnés pour chaque pays, proposer des stratégies d’adaptation et en estimer les coûts.

Financé par le Fonds international de développement agricole (FIDA) et mis en œuvre par la FAO, le projet a démarré en 2016 avec une première phase d’analyse des effets du changement climatique sur l’agriculture irriguée par zone agro-écologique et la mise en évidence des techniques d’irrigation et les bonnes pratiques adaptées aux chocs climatiques. Une des principales conclusions qui se dégage de cette analyse révèle l’urgence de soutenir l’adaptation des petites exploitations au changement climatique.

Burkina Faso :

— La capitale burkinabè abrite, du 13 au 15 février, la réunion conjointe sur la chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) qui vise à assurer l’extension effective de la mise en œuvre de la stratégie dans les pays éligibles.

Au cours des travaux, les participants, venus de 12 pays africains, vont partager les progrès effectués dans chaque pays, lors de la campagne 2015-2016, mesurer l’impact sur la morbidité et la mortalité, appuyer la planification des priorités et la cartographie des besoins.

Il s’agit aussi de développer un cadre de travail pour une planification par les pays pour assurer la mise en œuvre de la CPS, rapporte la presse locale, notant que les premières campagnes de la Chimio-prévention du paludisme saisonnier donnent des résultats probants dans les pays où elle est une politique formellement préconisée.

Voir Aussi