ActualitésSénégal: Une responsable préconise un retour aux méthodes agricoles traditionnelles pour…

Actualités

04 Mai

Sénégal: Une responsable préconise un retour aux méthodes agricoles traditionnelles pour promouvoir l’agriculture biologique

Dakar – La chargée d’appui technique à la Fédération du réseau national des femmes rurales du Sénégal, Fatou Bocoum, préconise un retour aux méthodes agricoles traditionnelles pour promouvoir l’agriculture biologique.

« Aujourd’hui, il faut que l’on reconsidère toutes les pratiques traditionnelles, les faire revenir avec moins de pesticides, opter pour une agriculture traditionnelle, laquelle n’use pas de pesticides, consommer local », a-t-elle plaidé dans un entretien avec un média.

Mme Bocoum participait à un atelier de sensibilisation des leaders d’opinion sur les dangers des polluants organiques persistants et sur les dispositions de la convention de Stockholm sur les POP.

Elle a appelé les utilisateurs de ces polluants, notamment les maraîchers à plus de vigilance, les invitant à promouvoir l’agriculture biologique et à surtout éviter « la promiscuité » pouvant naître de la cohabitation entre polluants organiques persistants et denrées destinées à la consommation.

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 04 mai:

Gabon :

Le secrétaire général du ministère gabonais de la Forêt et de l’Environnement, Athanase Ntanga Oyougou, a présidé dernièrement la réunion de concertation sur le guide juridique pour l’application de la loi sur la faune au Gabon.

Clarifier certaines zones d’ombre de ce guide juridique, mieux appréhender ce guide, faire sa revue et procéder aux amendements ont été, entre autres, les objectifs de cette concertation.

A l’issue des travaux, les participants ont recommandé de mettre en annexe un modèle de procès-verbal et de faire un schéma synthèse de la procédure pénale.

Burkina

Le Directeur général de l’économie verte au Burkina Faso, Lamine Ouédraogo, a assuré que son pays a entamé une transition vers une économie verte et inclusive.

« Nous allons mettre en place ce que le président du Faso a mentionné dans son programme, à savoir l’identification de 2000 éco-villages », a-t-il affirmé, lors d’une visite au Ranch de gibier de Nazinga, dans le centre-sud du pays, en compagnie de la présidente de la « Fondation pour l’homme et la nature », Audrey Pulvar, en visite dans le Pays des hommes intègres.

Le Ranch de Nazinga, d’une superficie d’environ 92 000 ha, abrite une faune variée, en particulier des éléphants.

+++++

Mali:

Le ministère des Mines et du Pétrole et celui de l’Energie et de l’Eau ont conjointement organisé, récemment, un atelier sur la revue du secteur mines et énergie.

Cet atelier d’un jour avait pour objectif de suivre et d’évaluer la mise en œuvre des politiques et stratégies sectorielles de développement des deux ministères.

Pendant les travaux, les participants ont eu à examiner les rapports sur la mise en œuvre du budget-programme, les projets et programmes et les indicateurs des deux ministères.

L’objectif recherché était l’élaboration d’un document de planification stratégique pour la mise en œuvre des politiques et stratégies sectorielles du secteur mines et énergie.

Côte d’Ivoire :

Un groupe de chercheurs de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) s’est réuni à Yamoussoukro, la capitale administrative ivoirienne, pour examiner les moyens d’intensifier l’accès à l’électricité danbs ce bloc régional à travers plusieurs projets énergétiques par la promotion des énergies vertes à hauteur de 82% à l’horizon 2030.

Pour y parvenir les experts en énergies renouvelables s’étaisent réunis la semaine denrière dans le cadre d’un séminaire à l’Institut national polytechnique Houphouët-Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro, où ils ont mené des réflexions pour la mise en place dans un premier temps, d’un réseau sous-régional de recherche sur les énergies renouvelables.

Selon les experts, malgré le potentiel énergétique dont dispose l’Afrique, la plupart des pays du continent souffrent d’un manque accru de valorisation des énergies vertes.

+++++

Kenya.

La compagnie publique « Mumias Sugar » a prévu de redémarrer prochainement ses activités interrompues le mois dernier à cause de la pénurie de la canne à sucre, toutefois cette reprise des opérations est désormais menacée par les pluies diluviennes qui continuent de s’abattre sur différentes régions du Kenya.

Cité par des médias, le directeur exécutif de l’entreprise, Nashon Aseka, a expliqué que les fortes précipitations ont isolé les plantations de canne à sucre et perturbé le processus d’acheminement de la matière première vers l’usine.

« Nous espérons entamer les opérations de broyage dès que les conditions climatiques s’améliorent », a souligné le responsable.

Voir Aussi