ActualitésSénégal : Session de formation sur la gestion environnementale liée à l’exploitation pétrolière et…

Actualités

29 Juin

Sénégal : Session de formation sur la gestion environnementale liée à l’exploitation pétrolière et gazière

Dakar – Le programme régional pour la conservation de la zone côtière et marine (PRCM) a entamé récemment à Dakar une session de formation sur la gestion environnementale liée à l’exploitation pétrolière et gazière, à l’intention du Réseau des parlementaires pour la protection de l’environnement du Sénégal (REPES).

Cette session s’inscrit dans le cadre de renforcement de capacité de gestion et de sensibilisation des acteurs intervenant dans les activités pétrolières et gazières offshore en Afrique de l’Ouest.

« Le Sénégal s’est lancé dans un programme de recherche pétrolière depuis 40 ans et bien avant la création de PETROSEN avec le Bureau de recherches (géologiques et) ressources minières (BRGM)], le bassin sédimentaire sénégalais était déjà dimensionné », a rappelé le député Aymerou Gningue, président du groupe « Benno Bokk Yaakaar’’ (BBY, majorité), à l’Assemblée nationale.

D’après le parlementaire, en parlant d’exploration et de production de pétrole et de gaz, on doit avoir un souci de la gestion de l’environnement marin et terrestre quand il s’agit de l’exploitation on shore.

Côte d’Ivoire :

—  Un millier de participants et une centaine de startups prennent part à la 2ème édition du « Green Africa Innovation Booster » qui s’est ouverte, mardi à Yamoussoukro, la capitale administrative ivoirienne, à l’initiative de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles du Maroc (IRESEN).

Cette deuxième édition, qui intervient un an après le premier GreenAIB (12-13 juillet 2017 à Marrakech), s’inscrit dans le cadre de la collaboration de l’IRESEN et de l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny de Côte d’Ivoire (INP-HB) avec le Réseau Africain de l’Innovation Verte (Green Africa Innovation Network -GAIN-), une plateforme d’acteurs opérant dans la recherche et développement en énergies renouvelables.

La seconde édition de cet événement phare de l’écologie en Afrique connait la participation d’officiels de plusieurs pays africains, d’académiciens et naturellement des acteurs de la recherche & développement et de l’innovation en énergies renouvelables en Afrique qui se réuniront autour de conférences, de tables-rondes et d’un espace d’expositions, le « Africa Green Tech Village ».

Gabon :

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a promis au Gabon et dans la sous-région de l’Afrique centrale, un renforcement des capacités pour identifier et faire le suivi des incidents dus à l’utilisation des pesticides.

Le suivi se fera, selon la FAO, à travers le projet de coopération technique « Programme de renforcement des capacités des pays à identifier et faire le suivi des incidents relatifs aux préparations pesticides extrêmement dangereuses (PPED) et hautement dangereuses (Highly Hazardous Pesticides – HHPs) et promouvoir les alternatives nécessaires aux PPED et aux HHP ».

Ghana :

Le deuxième atelier régional dans le cadre du projet régional d’électrification hors réseau du CEREEC (ROGEP) a été tenu récemment à Accra, dans le but d’accroître l’accès à l’électricité par le biais de produits et de services solaires hors réseau.

Placé sous le thème « Promouvoir les investissements dans les systèmes solaires autonomes dans les régions de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel’, cet atelier de deux jours a réuni un groupe d’acteurs du secteur de l’énergie de la sous-région de l’Afrique de l’Ouest.

Afrique de l’Est :

Un cargo de 900 tonnes a accosté mardi, pour la première fois depuis plus de dix ans, à Port Bell, à Kampala, marquant ainsi la reprise par l’Ouganda des activités de fret sur le lac Victoria, ont rapporté des médias locaux, précisant que le navire avait quitté le port de Mwanza, dans le nord de la Tanzanie, ont rapporté des médias locaux.

La reprise des opérations sur le lac offre une alternative aux commerçants qui importent ou exportent des marchandises, à travers le Corridor Nord qui relie le port de Mombasa (Kenya) à l’Ouganda, au Rwanda et au Soudan du Sud, a expliqué l’Uganda Railways Corporation (URC).

« Nous voulons dire à nos clients que les deux itinéraires sont maintenant praticables », a indiqué le chef des opérations de l’URC, Abubaker Ochaki, cité par les médias.

Voir Aussi