ActualitésSénégal: Une session de formation sur l’assainissement et la gestion des déchets solides organisée…

Actualités

Bali-Dechets
18 Mai

Sénégal: Une session de formation sur l’assainissement et la gestion des déchets solides organisée à Mbour

Dakar – Une session de formation sur l’assainissement et la gestion des déchets solides a été organisée, récemment à Mbour, par l’adjoint au préfet du département, Alseyni Bangoura.

La formation est initiée par le Conseil départemental de Mbour en partenariat avec le Conseil départemental de l’Allier, en France qui travaillent sur le projet depuis mai 2016.

Pour le président du Conseil départemental de Mbour, Saliou Samb, « la tenue de cette formation répond à ma vision de faire de notre collectivité un département propre et bien assaini ».

Le Conseil départemental de l’Allier soutient depuis 2002 les actions de coopération mises en place par le comité de jumelage « Téranga Sénégal » dans le cadre de la coopération décentralisée avec la commune de Nguékokh avant de l’élargir dans le département en 2016 a informé Serigne Saliou Samb.

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 18 mai :

Niger :

La capitale nigérienne, Niamey, sera confrontée à des difficultés d’alimentation en eau potable en raison de l’asséchement continu du fleuve Niger.

Selon le ministère nigérien de l’Hydraulique, la situation du fleuve n’est guère reluisante dans tout son bassin à cause des baisses drastiques du débit, occasionnées par les actions conjuguées du dérèglement climatique et de la pression démographique.

« Dans dix jours, s’il ne pleut pas, le débit du fleuve Niger va chuter à moins de 10 m3/seconde et ne pourra plus couvrir les besoins de la population de la capitale », selon la même source.

Le fleuve Niger (environ 4 100 km) est le troisième plus long d’Afrique. Il traverse le territoire nigérien dans sa partie sud-ouest sur 550 km.

Burkina :

Le ministère burkinabè de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique vient d’acquérir plusieurs appareils de test de la biodégradabilité des sachets en plastique.

Au Burkina Faso, la loi portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des emballages et sachets en plastique non biodégradables, est entrée en vigueur, i y a plus de trois ans.

L’utilisation de cet appareil de test permet de démontrer si le sachet testé ne contenait pas assez de produit Oxo biodégradable.

Côte d’Ivoire :

La Côte d’Ivoire va bénéficier d’un appui budgétaire de 3 millions d’euros du Japon et du Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), destiné au financement du Projet de renforcement des capacités de prévention des catastrophes ainsi qu’à l’amélioration de la protection civile.

Cet appui a fait l’objet d’une signature de convention, jeudi à Abidjan, ente le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, l’Ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire, Kawamura Hiroshi et le représentant résident du PNUD en Côte d’Ivoire, Babacar Cissé.

Selon l’ambassadeur du Japon, cet appui est destiné à la réhabilitation des infrastructures et à l’équipement de cinq centres de secours d’urgences à Grand-Bassam, Dabou, Guiglo, Soubré, Séguéla ainsi qu’à la formation de quelque 250 pompiers civils.

« Dans le cadre de ce projet, les capacités institutionnelles, managériales et opérationnelles de l’ONPC seront renforcées, y compris l’appui à la mobilisation communautaire », a-t-il indiqué.

Mali :

Le Conseil des ministres a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant règlementation de l’exploitation des produits forestiers dans le domaine forestier national.

Ce texte vise à expliciter l’organisation de l’exploitation des produits forestiers et les principes qui sous-tendent une responsabilisation des exploitants forestiers ainsi que les avantages accordés aux populations des zones d’exploitation forestière.

Le domaine forestier du Mali couvre une superficie de 31 millions d’hectares, soit environ 25% de la superficie du pays dont moins de 21 millions ont une certaine production forestière.

Kenya :

Le Kenya envisage d’instaurer la peine de mort dans le cadre de sa lutte contre les crimes de braconnage, a déclaré le ministre du Tourisme et de la Protection des Espèces sauvages, Najib Balala.

« En 2013, nous avons promulgué une loi sur la conservation de la faune qui prévoit une peine d’emprisonnement à perpétuité ou d’une amende de 200.000 dollars pour les contrevenants », a rappelé le ministre, cité par des médias.

Toutefois, « cela n’est pas assez dissuasif et ne freine pas les braconniers, d’où ma proposition d’une peine plus sévère », a expliqué le ministre kényan, qui prévoit ainsi de proposer une nouvelle loi prochainement.

Burkina :

Des chercheurs burkinabè du Projet Promouvoir la résilience en zone semi-aride (PRESA) viennent de révéler les résultats d’une enquête sur les menaces des changements climatiques et leurs répercussions sur l’économie des zones semi-arides.

Ainsi, ils ont présenté, cette semaine, les principaux résultats de recherches obtenus dans trois projets: l’eau, les migrations et le coton.

Initié depuis 2013, le projet PRESA a pour ambition de cerner les menaces que peut subir la nature dues aux changements climatiques, mais aussi les opportunités offertes par ces changements pour les économies des zones semi-arides.

Cameroun :

Le ministère camerounais de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (Minepded) a tenu récemment une réunion de concertation avec les responsables des services déconcentrés de la région du Centre du pays.

Au menu de cette réunion figuraient la non appropriation de la politique du développement durable, l’exploitation anarchique des ressources naturelles, la mauvaise gestion des déchets, la pollution des eaux par la pêche aux produits chimiques, la chasse non conventionnelle, ou encore la pratique exacerbée des feux de brousse.

Ghana :

Le Ghana a été choisi par REDAVIA, un leader mondial des solutions locatives d’énergie solaire rentable, fiable et propre destinées aux entreprises et aux communautés, pour mettre en œuvre son premier projet d’énergie renouvelable.

Ainsi, REDAVIA déploiera un parc solaire sur les sites d’inspection et d’évaluation de SGS à Tema, premier port ghanéen.

SGS est un chef de file mondial de l’inspection, l’évaluation, la vérification et la certification.

Voir Aussi