ActualitésSénégal: Signature d’un contrat de maîtrise d’ouvrage pour un projet de dessalement d’eau de mer

Actualités

23 Déc

Sénégal: Signature d’un contrat de maîtrise d’ouvrage pour un projet de dessalement d’eau de mer

Dakar – Après le lancement des travaux de construction de la troisième usine de Keur Momar Sarr par le président de la République, Macky Sall, le 18 décembre 2017, la Sones vient de signer un contrat de maîtrise d’ouvrage pour le projet de dessalement d’eau de mer, le 19 décembre à son siège.

La société est dans une dynamique d’accélération de la concrétisation des projets structurants de la sécurisation des besoins en eau.

« Le second ouvrage de notre stratégie de prise en charge de demande à l’horizon 2035 est l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles. Sur l’agenda de ce projet, nous faisons un pas important ce jour », a déclaré le directeur général de la Sones, Charles Fall, au cours de la cérémonie.

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du samedi 23 décembre :

Côte d’Ivoire :

–Un décret portant approbation du contrat de conception, de construction, de financement et d’exploitation du Centre d’Enfouissement Technique (CET) de Kossihouen sur l’autoroute du Nord au PK 44 a été adopté mercredi en Conseil des ministres.

Le contrat a été signé entre l’’Etat de Côte d’Ivoire et « Clean éburnie », une entreprise ivoiro-portugaise

Selon le porte-parole du gouvernement Bruno Koné, le projet de Centre d’enfouissement technique de Kossihouen dédié à l’élimination écologique des déchets solides ménagers et assimilés (DSMA), traduit la volonté du gouvernement de structurer et de moderniser la chaîne de collecte et de transport de ces déchets produits par le district d’Abidjan.

— Des météorologues soutiennent que l’agriculture ivoirienne est confrontée aujourd’hui à des difficultés d’ordre climatique.

« L’agriculture, pilier de l’économie de la Côte d’Ivoire, est aujourd’hui davantage confrontée à des difficultés d’ordre climatique. Les changements climatiques constatés à l’échelle mondiale impactent négativement sur la production », a affirmé le directeur de la Météorologie nationale, Daouda Konaté, lors d’un atelier de sensibilisation des décideurs à l’utilisation des informations climatiques dans la planification des activités agricoles tenu mercredi à Abidjan.

Face à des conditions météorologiques extrêmes, marquées par des années de sécheresses sévères alternées d’années de fortes inondations dans certaines régions, l’agriculture ivoirienne se trouve dans des difficultés et est majoritairement tributaire du temps et du climat, fait remarquer, pour sa part, le directeur général adjoint de la Société d’exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique (SODEXAM), Kouakou N’guessan.
Ghana :

–Le gouvernement du Ghana proposera un projet de politique zéro plastique d’ici mi-janvier de l’année prochaine, pour limiter les déchets plastiques, a annoncé le ministre de l’Environnement, de la science, de la technologie et de l’innovation, Kwabena Frimpong-Boateng.

« Cette décision doit être prise en collaboration avec toutes les parties prenantes afin d’assurer la durabilité de cette politique et éviter la contrebande », a-t-il indiqué, notant qu’il existe de nombreuses options pour traiter les déchets plastiques, tout en créant de l’emploi.

Gabon :

–Les principales parties prenantes de la filière apicole naissante au Gabon se sont réunies, au cours de la semaine à Libreville dans le but de discuter des priorités et des actions à initier pour développer une filière apicole durable, au regard de nombreuses potentialités qu’elle offre, indique la presse.

Le Gabon dispose d’un capital naturel propice au développement de l’apiculture et à la mise en place d’une filière notamment du fait de l’existence de souches d’abeilles sauvages adaptées pour la domestication, un environnement mellifère et une pluviométrie appropriée.
Kenya :

–La compagnie nationale de distribution d’électricité « Kenya Power » a fait état d’une baisse de 40% des actes de vandalisme visant ses installations, notamment les transformateurs, durant l’exercice financier précédent, qui a pris fin en juin dernier.

Citée par des médias locaux, Kenya Power a précisé avoir enregistré 133 cas durant cet exercice, contre 222 un an auparavant.

Cette baisse est le fuit notamment du renforcement des mesures de surveillance du réseau de l’entreprise à travers le pays pour endiguer le vandalisme, les connexions illégales et d’autres actes, a expliqué la compagnie.

Voir Aussi