ActualitésSuède : Baisse de la consommation totale d’eau en 2015 (Institut national des statistiques)

Actualités

South Sudanese refugees fill water jugs at Al-Nimir refugee camp in Sudan's east Dafur on June 20, 2017.
About 400,000 South Sudanese have arrived into Sudan since the war erupted in the world's youngest country, according to UNHCR.
About 50 percent of them live across 10 camps in Sudan, while the rest are scattered in cities and towns. / AFP PHOTO / ASHRAF SHAZLY
13 Oct

Suède : Baisse de la consommation totale d’eau en 2015 (Institut national des statistiques)

-Stockholm – En 2015, la consommation totale d’eau en Suède était de 5% inférieure à celle de 2010, la baisse la plus importante étant enregistrée dans l’agriculture et l’industrie manufacturière, selon l’Institut national des statistiques.

Au total, quelque 2,4 milliards de mètres cubes d’eau douce ont été utilisés en Suède tout au long de l’année 2015, soit 10% de moins qu’en 2010, lors de la dernière enquête sur l’utilisation de l’eau.

Tous les secteurs ont contribué à la baisse de l’utilisation de l’eau, mais la baisse a été la plus importante dans l’agriculture, qui a consommé 24% de moins d’eau et l’industrie manufacturière qui a réduit sa consommation de 14%. En revanche, l’industrie manufacturière a augmenté son prélèvement et son utilisation de l’eau de mer avec 16% au cours de la même période.

Malgré une baisse significative de l’utilisation de l’eau, l’industrie manufacturière reste le plus gros consommateur d’eau. Environ 61% du prélèvement total d’eau douce est utilisé dans le secteur de l’industrie, alors que le secteur des ménages représentait 23% de la consommation d’eau douce, et le secteur agricole n’utilise que 3%.

*******************************

Copenhague – L’expert onusien et rapporteur spécial sur les substances toxiques, tiendra ce vendredi à Copenhague, une conférence de presse au terme de sa visite au Danemark, du 2 au 13 octobre pour évaluer le bilan du pays en matière de gestion et d’élimination écologique des substances et des déchets dangereux.

« Le Danemark a joué un rôle de premier plan dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques visant à garantir la protection des personnes contre les substances et déchets dangereux, au pays et à l’étranger. Les institutions publiques, les entreprises et la société civile ont d’importantes contributions à apporter », a déclaré le Rapporteur spécial cité dans un communiqué.

« J’ai hâte d’en apprendre davantage sur les principales réalisations, ainsi que sur les principaux défis à relever », a-t-il déclaré.

« J’ai également l’intention de porter une attention particulière à la situation au Groenland. Les vulnérabilités particulières des communautés autochtones dans l’Arctique à la pollution libérée dans le monde entier, ainsi que l’impact des industries extractives comme l’exploitation minière et les activités militaires étrangères seront également examinés « , a-t-il ajouté.

En visite à l’invitation du gouvernement danois, l’expert onusien a rencontré des représentants du gouvernement à Copenhague et à Nuuk (Groenland), ainsi que des organisations de la société civile et des milieux d’affaires.

Il devra présenter un rapport complet contenant ses conclusions et recommandations au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies en septembre 2018.

.- Des experts danois et européens en matière de satellites penchent actuellement sur la mise au point d’un système d’irrigation devant permettre d’assurer l’utilisation optimale des ressources en eau dans l’agriculture.

Innovation Fund Denmark a investi 1 millions d’euros dans ce projet qui augmentera le rendement par litre d’eau utilisée sur les cultures, surtout que les agriculteurs ne sont pas en mesure actuellement de recevoir des informations efficaces et précises sur le moment optimal pour l’irrigation.

Les satellites aideront le secteur agricole à utiliser l’eau plus efficacement en fournissant des données sur l’évaporation et l’humidité du sol, l’objectif étant d’informera les agriculteurs lorsque les cultures ont le plus besoin d’eau.

Cela augmentera les rendements des cultures et profitera à l’environnement car il réduit les éléments nutritifs de lessivage dans le sol. Le bénéfice économique annuel du projet est estimé à 13,4 millions d’euros au Danemark seulement.

Lancé pour un budget total de 1,4 million d’euros sur une période de trois ans, ce système projet est porté par des entreprises du Danemark, d’Espagne et d’Italie, en collaboration avec l’industrie agricole.

Pour commencer, le projet aura lieu au Danemark. Cependant, les résultats seront plus tard étendus au marché international, dans les zones où les ressources en eau sont rares.

Il y a plus de 325 millions d’hectares de terres agricoles dans le monde. Une moyenne de 7.700 mètres cubes d’eau par hectare est consommée chaque année dans le monde entier. La nécessité de soutenir la croissance de la population constitue un grand défi, en particulier en Afrique subsaharienne, où les famines se produisent de manière semi-fréquente.

Au Danemark, il y a 450.000 hectares de terres agricoles. 30% de toute l’eau provenant des pompes est utilisée pour irriguer les champs au Danemark.

***************************

-Helsinki – La Finlande et le Sri Lanka ont convenu de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine du développement des énergies propres, a indiqué un communiqué du gouvernement finlandais.

Lors d’une réunion cette semaine à Helsinki, le Premier ministre Juha Sipilä et son homologue sri-lankais Rasil Wickremesinghe ont convenu de donner un nouvel élan à coopération bilatérale en la matière.

À la sortie de la réunion, les Premiers ministres ont publié une déclaration conjointe sur une coopération énergétique plus étroite. Selon la déclaration, les deux pays souhaitent promouvoir le développement des énergies propres et renouvelables et soulignent l’importance des technologies innovantes dans l’atténuation des changements climatiques, tant au niveau national qu’à l’échelle internationale.

« J’espère qu’avec cette déclaration commune, de nouvelles opportunités seront ouvertes aux entreprises finlandaises et sri-lankaises pour qu’elles collaborent dans le secteur de l’énergie. Nous avons également parlé de nombreux autres domaines où la Finlande a une expertise et des technologies à offrir au Sri Lanka – la numérisation, l’éducation, la santé et les technologies de l’eau », a déclaré M. Sipilä, cité dans le communiqué.

*************************

.-Reykjavik- Un nouveau projet révolutionnaire à Hellisheiði Power Station dans le sud de l’Islande pourrait marquer un tournant dans la lutte contre le changement climatique, grâce à une démarche novatrice qui consiste à transformer le dioxyde de carbone en pierre.

 

Le projet, appelé CarbFix, a développé un moyen d’absorber le dioxyde de carbone de l’atmosphère, de le pomper profondément dans le sol et de le transformer en pierre.

« Pour le moment, pour la première fois dans le monde, nous extrayons du dioxyde de carbone directement de l’atmosphère à travers les collecteurs de carbone. Ensuite, nous prenons ce dioxyde de carbone purifié et nous le pompons dans le sol, et ainsi nous le retirons définitivement de l’atmosphère », a expliqué Edda Sif Aradóttir, chef de projet.

Les grands collecteurs extraient le dioxyde de carbone directement de l’atmosphère. Le gaz est dissous dans l’eau et pompé dans le sol, jusqu’à une profondeur de deux kilomètres (1,25 miles). Là, le dioxyde de carbone se transforme en pierre, plutôt que de polluer l’atmosphère.

Le projet est une collaboration entre Reykjavík Energy et la société suisse Climeworks, avec la participation de l’Université d’Islande, de l’Université de Columbia à New York et du Centre national de la recherche scientifique.

Les collecteurs seront opérationnels à Hellisheiði pour un essai d’un an et permettront d’éliminer 50 tonnes de dioxyde de carbone de l’atmosphère. Les émissions annuelles s’élèvent cependant à 30-40 gigatonnes dans le monde.

« Il est très clair que si nous voulons atteindre les objectifs climatiques, nous devons prendre des mesures telles que l’extraction du dioxyde de carbone directement de l’atmosphère comme nous le faisons maintenant. Cela sera sans aucun doute l’une des solutions », a déclaré Sandra Ósk Snæbjörnsdóttir, ingénieur chez Reykjavík Energy.

****************************

.- Oslo- L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a qualifié d’' »insuffisantes » les conditions des installations nucléaires de l’Institut norvégien de technologie énergétique (IFE) de Kjeller, rapporte le radiodiffuseur NRK.

Le réacteur JEEP II de Kjeller, à 25 kilomètres au nord d’Oslo, est l’un des deux réacteurs nucléaires en Norvège, l’autre étant situé à Halden (à la frontière avec la Suède).

Le physicien nucléaire et directeur de l’ONG environnementale Bellona Nils Bøhmer a déclaré à NRK que la situation du réacteur était « préoccupante ».

« Il est alarmant que l’Agence norvégienne de protection contre les radiations (NRPA) et l’AIEA aient souligné un certain nombre de problèmes. Il y a une liste de plus de 30 questions plus ou moins graves qui doivent être traitées », a-t-il dit.

Selon lui, le rapport de l’AIEA montre que les normes de sécurité internationales « sont actuellement violées » dans un certain nombre de domaines.

Les systèmes de sécurité d’incendie, d’alarme et de sécurité sont également critiqués par les experts internationaux.

La NRPA a déclaré qu’elle suivait de près les développements concernant la centrale.

La direction d’IFE a expliqué que le dernier rapport n’était pas le résultat d’une inspection, mais un examen d’expert de l’AIEA demandé par la centrale nucléaire de Kjeller.

« Le groupe d’experts a souligné à la réunion de clôture de mardi que le réacteur de Kjeller est en bon état technique et bien entretenu », a déclaré le directeur administratif de l’IFE, Nils Morten Huseby.

 

Voir Aussi