ActualitésNorvège: Les chutes de neige continuent d’établir de nouveaux records

Actualités

neige-ifrane-
22 Fév

Norvège: Les chutes de neige continuent d’établir de nouveaux records

Oslo- De fortes chutes de neige cet hiver continuent d’établir de nouveaux records dans les collines autour d’Oslo et dans tout le sud de la Norvège, alors qu’en même temps, des avertissements sont lancés contre le surmenage quand il faut l’enlever des allées et des toits.

La direction norvégienne des voies navigables et de l’énergie NVE a signalé qu’il n’y avait pas autant de neige dans les collines autour d’Oslo depuis 1995. Dans certaines régions, les profondeurs de neige n’ont pas été aussi importantes depuis le milieu des années 1960.

Il y a eu au moins 80 centimètres à basse altitude cet hiver et plus d’un mètre à des altitudes plus élevées, les collines entourant la banlieue de Bærum, par exemple, signalant environ 120 centimètres de neige au sol.

Il y a également eu beaucoup de neige le long des côtes sud et ouest, ainsi que dans les montagnes et les régions intérieures. Le radiodiffuseur d’État NRK a présenté plusieurs incidents de propriétaires de cabines (hytte) arrivant à leurs propriétés pour les trouver enneigées, avec un besoin de creuser des tunnels aux portes d’entrée. Les quantités de neige observées en Norvège cette année sont rarement plus d’une fois tous les dix ans environ, selon les météorologues.
Les responsables de la santé se sont sentis obligés d’émettre des avertissements pendant le week-end, cependant, que pelleter toute la neige peut être dangereux pour toute personne ayant une maladie cardiaque. La neige lourde qui s’entasse sur les toits, pendant ce temps, doit aussi être pelleté, mais soigneusement.

Voici par ailleurs le Bulletin écologique de l’Europe du Nord pour la journée du jeudi 22 février 2018:

Suède :

.- Les autorités suédoises ont donné aux chasseurs la permission de restreindre la population de lynx d’un comté dans une chasse autorisée.

Les chasseurs peuvent abattre 33 des animaux insaisissables dans le comté de Jämtland au cours de la période allant du 1er mars au 15 avril, a annoncé mercredi le conseil administratif du comté.

Le comté a déclaré avoir dépassé sa cible pour la population de lynx pendant plusieurs années et que l’abattage était surtout destiné à réduire le nombre de ces animaux dans la région pour protéger les rennes appartenant aux Samis, les populations indigènes.

La population de lynx de la Suède s’élevait à 1 220 en 2016/2017, soit une diminution par rapport à l’année précédente, mais elle marque une augmentation quand même par rapport à 2013/2014, la période où les fonctionnaires ont enregistré environ 840 lynx.

Le minimum pour une population saine de lynx est considéré comme étant d’au moins 870 individus.

Le lynx est facilement reconnaissable à ses touffes de poils noirs qui jaillissent de ses oreilles et à ses grandes pattes rembourrées qui aident le chat sauvage à marcher rapidement sur la neige nordique en hiver.

Il est plus commun dans le nord et le centre de la Suède, mais comme le loup il s’est déplacé plus au sud ces dernières années.

Danemark :
L’Université technique du Danemark (DTU) a annoncé mercredi avoir testé la capacité des cellules d’électrolyse à stocker l’énergie produite par les éoliennes dans un parc éolien sur l’île danoise de Bornholm.

Les cellules d’électrolyse utilisent l’électricité pour séparer par exemple les molécules d’eau (H20) en hydrogène (H2) et en oxygène (O2). De cette façon, l’excès d’électricité provenant de sources d’énergie renouvelable telles que les éoliennes peut être converti en énergie liée dans des molécules d’hydrogène et stocké comme gaz pour une utilisation ultérieure.

Le projet a été réalisé avec le soutien de l’opérateur danois de systèmes de transport, Energinet.

« Nous parlons toujours des avantages d’utiliser des cellules d’électrolyse pour convertir l’énergie excédentaire des sources d’énergie renouvelables telles que les éoliennes en gaz, et maintenant nous l’avons fait dans une pile ultramoderne », a expliqué Ming Chen, chercheur au département de conversion d’énergie et stockage.

Le réseau de Bornholm compte environ 28 000 clients et accueille une longue série de sources d’énergie durable avec de faibles émissions de CO2, y compris l’énergie éolienne de quatre parcs totalisant 38 éoliennes, ce qui peut produire environ 30 MW.

« Nous avions accès à toutes les données de vent de 2013 du parc éolien de Bornholm, divisé en cinq minutes d’intervalle. Cela nous a donné la possibilité de créer des simulations précises avec nos cellules et piles à partir de données réalistes », a expliqué Ming Chen.

« Nous avons maintenant démontré avec succès que les cellules et les conceptions de pile les plus récentes sont robustes et qu’elles peuvent supporter des opérations dynamiques avec des ajouts fluctuants de vapeur et/ou de charges électriques différentes », a pour sa part relevé Peter Blennow, directeur de la recherche chez la compagnie Haldor Topsøe, un des partenaires du projet.

Les chercheurs du Département de conversion et de stockage de l’énergie de l’Université DTU vont maintenant travailler sur l’amélioration des cellules d’électrolyse.

Le projet, baptisé « Vers des installations d’électrolyse à oxyde solide en 2020 », a été financé par Energinet.dk et consiste en une coopération étroite entre quatre experts travaillant sur différents aspects des systèmes énergétiques et énergétiques.

.- Le fabricant danois des éoliennes Vestas a annoncé, mercredi, avoir reçu une commande de 50 MW de turbines V136-3.45 MW livrées en mode Power Optimized de 3,6 MW.

« La commande vient s’ajouter aux plus de 900 MW de commandes V136-3.45 MW annoncées aux États-Unis depuis la réception de la première commande en octobre 2017 », indique un communiqué de la compagnie, qui précise que les turbines seront toutes fabriquées dans les quatre usines de Vestas au Colorado qui ont été modernisées en 2017 pour inclure des lignes de production pour les V136-3.45 MW.

« Cette commande souligne encore une fois la dynamique de la plateforme de 4 MW sur le marché américain traditionnellement dominé par 2 MW et comment l’introduction continue de la nouvelle technologie éolienne sur ce marché et le dévouement à la fabrication locale permettent de nouveaux projets éoliens et soutiennent les communautés locales », a souligné Chris Brown, président de la division ventes et services de Vestas aux États-Unis et au Canada.

« Ces éoliennes et le projet éolien généreront des retombées économiques de centaines de millions de dollars pour la collectivité et favoriseront la croissance d’une chaîne d’approvisionnement manufacturière américaine florissante », a-t-il indiqué.

La grande majorité des principaux composants étant d’origine locale, la fabrication d’éoliennes est un important facteur de croissance pour la fabrication américaine.

En 2017, Vestas a dépensé plus de 1,4 milliard de dollars dans sa chaîne d’approvisionnement basée aux États-Unis pour soutenir la production, le transport et l’exploitation des éoliennes.

La livraison des turbines devrait débuter au troisième trimestre de 2018, avec une mise en service prévue pour le quatrième trimestre.

La commande inclut la fourniture et la mise en service des éoliennes, ainsi qu’un contrat de service pluriannuel.

Le projet et le client ne sont pas divulgués à la demande du client, signale la compagnie danoise.

 

 

Lettonie:

.- En 2017, la Lettonie a exporté pour 2,22 milliards d’euros de produits forestiers, en hausse de 6% par rapport à 2016, selon des informations publiées mercredi par le ministère de l’Agriculture.

Le bois et les produits du bois constituaient en grande partie 84,7% (contre 84,9% il y a un an) des exportations totales de produits forestiers en 2017, représentant 1,88 milliard d’euros et en hausse de 5,7% d’une année sur l’autre.

L’année dernière, les exportations de bois ont représenté 604,245 millions d’euros de bois scié, en baisse de 1,1% d’une année sur l’autre. Les exportations de bois de chauffage ont diminué de 3,1% à 284,557 millions d’euros et les exportations de contreplaqués ont baissé de 12,9% à 192,94 millions d’euros. Les exportations de plaquettes forestières ont augmenté de 23,3% à 192,45 millions d’euros et les exportations de bois rond ont diminué de 0,8% à 139,815 millions d’euros.

Les exportations de meubles ont progressé de 0,2% en glissement annuel à 148,356 millions d’euros l’année dernière et les exportations de papier, de carton et de leurs produits ont progressé de 11,3% d’une année sur l’autre à 118,911 millions d’euros.

L’année dernière, la Lettonie a fourni ses produits forestiers principalement au Royaume-Uni (17,2%), en Estonie (10,9%) et en Allemagne (9,8%). Par rapport à 2016, les exportations de l’industrie forestière vers le Royaume-Uni ont diminué de 3,6% à 380,777 millions d’euros, les exportations vers l’Estonie de 240,892 millions d’euros et les exportations vers l’Allemagne de 218,173 millions d’euros.

En 2016, la Lettonie a exporté pour 2 095 milliards d’euros de produits forestiers.

Islande:

.- La construction prévue d’un centre de service sur les hauts plateaux d’Islande, un site sur le célèbre sentier de randonnée Laugavegur, fera l’objet d’une évaluation environnementale de l’Agence nationale islandaise de planification.

L’Agence a décidé que le plan serait d’abord évalué pour déterminer son impact sur l’environnement. Les bâtiments prévus sont évalués à environ 2 000 mètres carrés. Les plans de construction comprennent des bâtiments, des plates-formes, des abris, des marches, des ponts, des piscines, des terrains de camping et un stationnement. Toutes les constructions prévues seront réparties sur une superficie de 4 900 mètres carrés.

Selon l’Agence de planification, bien que l’objectif de ce centre soit d’améliorer les services dans la région et de réduire l’impact touristique, sa construction implique des cadres bâtis dans une zone dont le développement ultérieur modifierait l’apparence.

La zone de Landmannalaugar est l’une des destinations touristiques les plus populaires dans les hautes terres islandaises, et la recherche dans le tourisme a révélé qu’un nouveau centre de service est peu susceptible de résoudre les problèmes existants. Un sondage d’opinion réalisé en 2012 a montré qu’un tiers des visiteurs de la zone estimait qu’il y avait trop de touristes sur le site. La demande dans la région continue de croître, ce qui signifie qu’il est probable que des difficultés similaires se présenteront bientôt dans d’autres endroits.

La décision de l’agence d’effectuer une évaluation environnementale peut faire l’objet d’un appel jusqu’au 21 mars 2018.

Voir Aussi