ActualitésSuède/COBSEA : Signature d’une convention pour lutter contre la pollution marine et plastique en…

Actualités

An Emergency Intervention Team specialised in marine pollution, clean a beach of Assinie, on June 9, 2017, during a simulation of an oil spill, as part of the World Oceans Day. / AFP PHOTO / Sia KAMBOU
11 Sep

Suède/COBSEA : Signature d’une convention pour lutter contre la pollution marine et plastique en Asie du Sud-Est

Copenhague- La Suède et le programme des Nations-Unies pour l’Environnement et l’Organisme de coordination des mers d’Asie orientale (COBSEA) ont convenu lundi de conjuguer les efforts pour lutter contre la pollution marine et plastique en Asie du Sud-Est au cours des quatre prochaines années pour réduire les fuites de plastique dans les systèmes de gestion des déchets.

Le projet, financé par l’Agence suédoise de développement international (Sida) et mis en œuvre par UN Environment et COBSEA, impliquera les parties prenantes tout au long de la chaîne de valeur plastique, des producteurs de plastique aux gestionnaires des déchets.

Plusieurs pays d’Asie du Sud-Est sont d’importants producteurs de plastique et génèrent des quantités importantes de matières plastiques qui se retrouvent dans les déchets marins. Des emballages en plastique bon marché sont également facilement disponibles dans la région, et la culture de l’alimentation de rue « à emporter » qui prévaut dans certains pays, comme la Thaïlande, contribue à l’utilisation généralisée des plastiques à usage unique.

Dans le même temps, la capacité de gestion des déchets est limitée dans la région et la proportion de déchets plastiques mal gérés est supérieure à 75% dans la plupart des pays d’Asie du Sud-Est.

« La pollution plastique est un problème mondial, mais 60% de tous les plastiques qui se retrouvent dans nos océans ne proviennent que de 6 pays d’Asie. En abordant le problème ici, nous pouvons faire de grands progrès vers une planète exempte de pollution plastique. Nous sommes heureux d’avoir l’appui du gouvernement suédois pour nous attaquer au problème », s’est félicité Dechen Tsering, directeur régional d’ONU Environnement en Asie et dans le Pacifique.

L’ambassadrice de Suède pour l’Océan Helen Ågren a affirmé que « pour lutter contre la pollution plastique, nous devons travailler sur plusieurs fronts : développement matériel et normalisation afin de faciliter le recyclage, la sensibilisation accrue des consommateurs et le changement des comportements, le développement de politiques encourageant une économie circulaire, et l’utilisation efficace des ressources et des systèmes de gestion durable des déchets ».
Pour réduire le gaspillage, UN Environment et COBSEA travailleront avec des instituts de recherche, des entreprises, des organismes gouvernementaux et la société civile pour réduire l’utilisation des plastiques les plus nocifs et les plus difficiles à recycler, et susciter une prise de conscience et un soutien du public à l’échelle de la région en faveur de meilleures politiques en matière de pollution plastique.

La base scientifique de la lutte contre les déchets marins sera renforcée par la collecte et l’analyse de données sur les fuites de plastique et les déchets marins aux niveaux local, national et régional.

UN Environment, COBSEA et ses partenaires utiliseront ces données de base pour aider toutes les parties prenantes du cycle de vie plastique à élaborer des politiques et des plans fondés sur des données probantes qui réduiront la quantité de déchets marins provenant de la région.

Par ailleurs, Voici le bulletin de l’écologie de de l’Europe du Nord pour la journée du Mardi 11 septembre :

Copenhague- Plus de quatre millions de Danois séparent régulièrement leurs déchets plastiques chez eux, mais seulement 15% environ des 30 mille tonnes de déchets collectés finissent par être recyclés, selon un rapport publié lundi.

Malgré les efforts de recyclage accrus des résidents, la plus grande partie est brûlée dans des incinérateurs de déchets ou enfouie dans des décharges, Selon Mikkel Brandrup de Dansk Affaldsforening, une organisation représentant les collecteurs de déchets du pays.

« Jusqu’à récemment, la moitié du plastique collecté, en particulier le plastique de qualité inférieure, était exporté en Chine, mais la Chine a complètement cessé ses importations. Par conséquent, la majorité du plastique finit probablement par être brûlé, tandis que seulement 15% sont recyclés », a déclaré Brandrup au journal Jyllands-Posten.

La décision de la Chine, au début de 2018, de cesser d’importer des plastiques recyclables a entraîné des stocks énormes dans tout l’Ouest, les autorités locales se battant pour une nouvelle solution.

De nombreux types de plastique ne peuvent tout simplement pas être fondus pour créer de nouveaux plastiques et de nombreux produits de consommation contiennent différents types de plastiques qui sont soudés ensemble et ne peuvent pas être séparés pour le recyclage.

« Si nous voulons faire quelque chose au sujet du recyclage du plastique, il doit y avoir des demandes fermes sur le secteur », a souligné M. Brandrup.

**********************************

.- Oslo- Le plus long oléoduc de Norvège a été installé la semaine dernière sur l’immense champ de Johan Sverdrup en mer du Nord.

Le pipeline de 175 milles s’étend du champ exploité par Equinor (ex Statoil) au terminal pétrolier de Mongstad, près de Bergen.

En fin de semaine dernière, le dernier tuyau a été installé par le navire Saipem Castorone.

Lorsque Johan Sverdrup atteindra son pic de production, il acheminera 660 000 barils de pétrole par jour à Mongstad, selon Equinor.

Saipem Castorone a entamé ses opérations de pose de conduites en avril et se prépare maintenant à installer un gazoduc de 97 milles qui sera relié au système de pipeline de Statpipe.

La pose des conduites est la phase d’installation finale pour le champ, qui devrait démarrer en novembre prochain.

On estime que Johan Sverdrup dispose de ressources récupérables de 2,7 milliards de barils d’équivalent pétrole.

Geir Bjaanes, d’Equinor, responsable de l’électricité sous-marine et des pipelines pour le projet Johan Sverdrup, a déclaré qu’ »avec notre fournisseur Saipem, nous avons réussi à poser l’oléoduc à Johan Sverdrup sans incident grave. L’opération a été importante, impliquant plus de 600 personnes au maximum, qui ont soudé plus de 23 000 tuyaux pour créer ce qui est devenu l’oléoduc le plus long de Norvège ».
.- Le gouvernement norvégien a défini la composition d’un nouveau comité chargé d’étudier diverses formes de taxation dans le secteur de l’aquaculture, faisant naître quelques préoccupations auprès des professionnels du secteur.

« L’aquaculture est l’une des industries d’exportation les plus importantes de Norvège et a toutes les conditions préalables pour poursuivre sa croissance. Pour y parvenir, le secteur doit être investi », a déclaré Geir Ove Ystmark, PDG de Seafood Norway.

« La dernière chose dont nous avons besoin est un formulaire fiscal dévastateur qui entrave la performance des investissements dans une entreprise innovante et tournée vers l’avenir », a-t-il soutenu.

La création d’un nouveau comité est la conséquence directe d’une décision parlementaire en juillet, lorsque le gouvernement a ordonné la nomination d’une commission paritaire, a déclaré Seafood Norway.

« Je suis heureux que les problèmes fiscaux fassent maintenant l’objet d’une étude scientifique approfondie, mais il est inacceptable que le gouvernement ait déjà exigé beaucoup de travail pour établir qu’il existe une rente économique qui pourrait servir de base à une surtaxe sur l’aquaculture », a-t-il ajouté.

En 2018, le nouveau fonds pour l’aquaculture fournira au public environ 4 milliards de couronnes (412 millions d’euros), dont 3 milliards aux autorités locales et régionales. Cela comprend les revenus tirés des achats de nouvelles licences par l’industrie et fournit des revenus très précieux aux communautés locales de la côte.

**********************************

.-Helsinki- Le coût total de la sylviculture était de 211 millions d’euros en 2017, ont révélé lundi des statistiques de l’Institut des ressources naturelles de Finlande (Luke).

Le montant est légèrement supérieur à celui de l’année précédente. De tous les types de travaux, les éclaircies pré-commerciales ont généré les coûts les plus élevés, à savoir 58 millions d’euros.

Les coûts d’amélioration des jeunes peuplements ont été de 19 millions d’euros, tandis que 48 millions d’euros ont été investis dans la régénération artificielle et 35 millions d’euros dans la préparation des sols.

Les investissements dans l’amélioration des forêts ont presque diminué de moitié en glissement annuel.

« Au total, les coûts de construction et d’amélioration de base des routes forestières et de l’entretien du réseau de fossés se sont élevés à 23 millions d’euros. Ce déclin résulte de la diminution des améliorations de base des routes forestières. L’attribution de projets pluriannuels concernant l’entretien des routes forestières détermine l’année au cours de laquelle chaque route spécifique est enregistrée dans les statistiques », a déclaré Aarre Peltola, statisticien principal chez Luke.

Sur la base des notifications d’utilisation des forêts, la superficie traitée par abattage était estimée à 688 000 hectares. Les abattages intermédiaires représentaient 73% de cette superficie. La superficie d’abattage était de 176 000 hectares. Sur ce total, la coupe à blanc représentait 144 000 hectares. En ce qui concerne la régénération des forêts, la coupe à blanc était clairement plus fréquente que la régénération naturelle.

En 2017, l’aire de régénération artificielle a diminué de 5% par rapport à l’année précédente pour s’établir à 103 000 hectares. De ce nombre, environ trois quarts ont été plantés et un quart a été ensemencé. Sur la superficie plantée (79 000 hectares), 67% ont été régénérés pour l’épicéa et 28% pour le pin. Le bouleau représentait 5% de cette superficie. La plantation de forêts a presque toujours eu lieu manuellement. Les zones ensemencées sont généralement régénérées pour le pin, et la plupart du temps, elles sont effectuées mécaniquement.

Les conditions de croissance des peuplements naturellement et artificiellement régénérés peuvent être améliorées grâce à la préparation du sol. « En 2017, l’aire de préparation des sols était de 105 000 hectares, soit un peu plus que l’année précédente. La méthode la plus courante était le dénuement, qui représentait les deux tiers de la zone de préparation du sol », a expliqué Peltola.

***************************

.-Reykjavik- Les activistes de l’environnement en Islande ont organisé la semaine dernière la troisième marche annuelle du climat et une manifestation à Reykjavík.

Dans un communiqué, les organisateurs ont émis l’espoir de voir cette initiative attirer l’attention sur les problèmes liés au changement climatique et obliger le gouvernement à prendre des mesures significatives pour y remédier.

« Nous avons une simple demande : Des mesures efficaces doivent être prises immédiatement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », relève le communiqué.

Les organisateurs affirment que le gouvernement doit montrer la voie dans ces efforts, car sans un solide leadership, « les municipalités, les entreprises, les et les individus ne pourront pas faire leur part ».

La première Marche sur le climat en 2014 s’est tenue dans le cadre de la marche mondiale du climat des peuples, au cours de laquelle 2 700 manifestations similaires ont eu lieu le même week-end dans 160 pays.

Bien qu’un effectif exact n’ait pas été enregistré lors de la marche pour le climat de cette année à Reykjavík, le co-organisateur Hildur Knútsdóttir a estimé qu’environ 200 personnes y ont participé. L’événement faisait également partie d’une manifestation mondiale sur les questions climatiques. La Première ministre islandaise Katrín Jakobsdóttir a annoncé dimanche dernier que le nouveau budget de l’État accordera la priorité au financement des questions climatiques, notamment la réforme fiscale et l’amélioration du système de santé.

« Le gouvernement va présenter des mesures sur les questions climatiques et, bien sûr, nous devrons examiner un système complètement transformé. Nous voulons voir des changements systémiques en ce qui concerne les problèmes climatiques », a-t-elle indiqué.

Voir Aussi