ActualitésSuisse: quelques 586.643 animaux utilisés pour l’expérimentation animale en 2018

Actualités

epa04570492 (17/20) One-month-old Ezo (or Hokkaido) red foxes huddle in Shibecha, Hokkaido Island, Japan, 23 May 2014. The island of Hokkaido hosts a variety of rare animals. Some are endangered species under special protection by the country.  EPA/KIMIMASA MAYAMA PLEASE REFER TO ADVISORY NOTICE (epa04570474) FOR FULL FEATURE TEXT
12 Juil

Suisse: quelques 586.643 animaux utilisés pour l’expérimentation animale en 2018

Genève- En 2018, un total de 586.643 animaux ont été utilisés pour l’expérimentation animale en Suisse, ce qui représente une baisse de 4,6 % par rapport à 2017, indique un récent rapport de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), notant que deux tiers des animaux sont des souris.

Notant qu’aucun animal n’a servi à tester des cosmétiques, le rapport relève que, par rapport à 2009, le nombre d’animaux utilisés a diminué de plus de 16,9 %.

Le nombre d’animaux utilisés à des fins expérimentales en 2018 a ainsi diminué de 27.938 par rapport à l’année précédente. Cette baisse confirme la tendance de ces dix dernières années, même si des variations peuvent toujours avoir lieu d’une année à l’autre. En 2018, la baisse est essentiellement due à une diminution de l’utilisation de poissons et de volailles, fait observer l’OSAV.

Les contraintes subies par les animaux d’expérience sont classées selon quatre degrés de gravité, de 0 à 3. Les expériences de degré de gravité 0 sont celles qui ne causent pas de contrainte, par exemple dans les domaines de l’alimentation ou de la détention. Inversement, les expériences de degré 3 provoquent des contraintes sévères.

En 2018, 71,1 % des animaux ont été utilisés dans des expériences ne provoquant aucune contrainte ou des contraintes légères (degré de gravité 0 et 1). Quelque 26,2 % des animaux ont subi des contraintes moyennes (degré de gravité 2) et 2,7 % des contraintes sévères (degré de gravité 3).

Voir Aussi